Insectes exotiques ravageurs: comment protéger nos forêts?

Intervenant: Dr René Eschen, Centre for Agriculture and Biosciences International (CABI) – CH
René Eschen est scientifique au centre de recherche CABI à Delémont (Suisse) et s’intéresse au rôle du commerce international dans la dispersion des ravageurs exotiques, ainsi que l’impact des espèces envahissantes sur la flore et la faune indigène. 

Le volume du commerce intercontinental a fortement augmenté durant les dernières décennies. De nombreuses marchandises  sont transportées autour du globe, dans des temps souvent très courts. Les plantes vivantes, importées en Europe en grand nombre depuis le monde entier, sont des vecteurs importants pour les ravageurs des plantes ligneuses et des forêts. La diversité des plantes importées est immense, tout comme celle des ravageurs potentiels associés.

Des ravageurs exotiques ont fait, et font, des dégâts importants dans différents pays, ce qui peut mettre en danger la biodiversité et parfois l’économie locale. Par exemple la pyrale du buis, arrivée récemment de l’Asie de l’est avec des buis ornementaux, menace le buis indigène et les buis plantés dans les jardins ; ou Xylella fastidiosa, bactérie arrivée il y a quelques années, probablement avec des caféiers du Costa Rica, menace les oliviers en Italie, en Espagne et en Corse et peut s’attaquer à plusieurs autres essences européennes. Il est donc essentiel de viser à réduire les risques d’importer d’autres ravageurs importants afin d’éviter des dégâts supplémentaires.

Il existe une grande diversité d’espèces de ravageurs potentiels qui n’ont pas encore atteint l’Europe. C’est pourquoi les services phytosanitaires identifient les ravageurs potentiels et les voies d’introduction les plus risquées et mettent en place des mesures pour réduire le risque d’introduction des ravageurs en Europe. La plupart de ces organismes ne sont pas connus et nous ignorons leur potentiel de dommage. Des nouvelles méthodes de détection et d’identification des ravageurs avant leur arrivée pourraient faciliter les efforts de protection de nos forêts.

Mercredi 18 octobre 18 h 30

Hôtel Dupanloup
1 rue Dupanloup 45000 Orléans

http://www.lestudium-ias.com/

 






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail