Médecins des riches et “serment d’hypocrites”

En matière de médecine il existe deux tabous: la liberté d’installation des médecins alors que les six départements de la région Centre-Val de Loire sont ceux qui souffrent le plus en France de la désertification médicale. Deuxième tabou, au pays des deux métropoles, l’installation d’un CHU (Centre Hospitalier Universitaire) dans la capitale régionale, Orléans. 

Pourtant, certains commencent à mettre les pieds dans le plat. Comme Hugues Saury devenu sénateur le 24 septembre et qui se lâche sur ce problème de carence de médecins devenu un cancer de notre société. “Il est plus facile de construire des bâtiments que de faire venir des médecins”, lance t-il lors d’une émission Agora sur RCF. “Le problème c’est celui de la répartition des médecins sur le territoire. Ce n’est un secret pour personne les médecins qu’ils soient généralistes ou spécialistes, dès lors qu’ils en ont la liberté, préfèrent s’installer sur la côte d’azur ou sur la côte Basque. Alors les collectivités locales, régions départements, selon le terme du sénateur du Loiret, “draguent les médecins”. Tapis rouge pour les attirer. Des millions d’euros sont dépensés (l’argent du contribuable, donc du patient) pour construire des MSP (Maisons Pluridisciplinaires de Santé) où l’on propose aux médecins de s’installer avec des professions paramédicales  (infirmière, kiné…). 

Hugues Saury, sénateur du Loiret.

Problème: bien souvent ces MSP sont occupées par des médecins qui avaient déjà un cabinet dans la même commune mais qui trouvent en MSP un confort de vie  avec notamment des gardes partagées… Pire, dans d’autres petites villes les MSP sont vides ou presque, comme à Bray-en-Val dans le Loiret. 

 

 

35 mesures régionales

Durant la session qui vient de s’ouvrir la région a proposé “35 mesures pour la santé” avec “dix actions phares”. “La désertification médicale c’est la rupture du pacte républicain”, lance convaincu François Bonneau le président de région qui veut lier son action “à celle de l’État”. (Lire par ailleurs). 

François Bonneau, ici avec serge Grouard, en visite à la Maison de santé de l’Argonne à Orléans.

 Récemment le Conseil départemental du Loiret s’est aussi mobilisé. Outre la construction de 125 maisons de santé contre 100 prévues, la région va maintenant jusqu’à proposer d’accompagner financièrement le conjoint. Elle demande aussi à l’État de relever le numérus clausus à 300 médecins, formés à Tours. “On peut se demander si les collectivités ne vont pas au delà de leur rôle”, s’interroge Hugues Saury, pharmacien à Olivet à l’origine, qui prend l’exemple de sa profession de santé, elle parfaitement réglementée. “Je suis pour une forme d’organisation et de contrainte“, dit Hugues Saury, “peut être pas aussi drastique que celle des pharmaciens…afin que l’on puisse avoir un médecins près de chez soi”.

Quant à la télé-médecine, la tarte à la crème servie pour pallier à la désertification, va t-elle aboutir  demande-t-il,  à “des médecins installés dans des régions à haute qualité de vie et de l’autre des patients soignés devant leur écran qui n’auront la perspective que d’avoir comme médecin un praticien installé dans une zone ensoleillé”, se demande le sénateur.

Ce sera surtout pratique pour ces signataires du serment d’Hippocrate qui pourront ainsi d’un œil soigner leur patient et de l’autre surveiller la santé de leur voilier amarré dans le port de Cannes ou de Saint-Jean-de-Luz ?

Vigier en pointe 

Philippe Vigier.

Pour le député d’Eure-et-Loir, Philippe Vigier, (UDI) pharmacien de formation lui aussi, auteur de la proposition de loi visant à établir un accès équitable aux soins sur tout le territoire, qui avait été retoqué sous la gauche, le plan présenté par le gouvernement sera malheureusement insuffisant pour stopper la progression des déserts médicaux. « S’il présente de vraies avancées, ce plan n’est pourtant pas à la hauteur de la fracture médicale qui mine notre cohésion sociale et territoriale.”. Philippe Vigier demande en outre, “où est la suppression du numérus clausus, promise par Emmanuel Macron?”.

Pour sa part le CESER (les socio-économiques) de la région qui siégeait lundi en amont du conseil régional, prône aussi l’augmentation du numerus clausus en région Centre-Val de Loire de à 300 médecins qui est “indispensable” (255 en 2017), mais qui ne “portera ses fruits que dans quelques années”.

Mais il suggère aussi d’aller au-delà des transferts d’internes et de praticiens au niveau chefs de clinique du CHU de Tours vers CHRO d’Orléans. Il ose demander, “dans le cadre de la métropolisation”, il serait “nécessaire que les deux métropoles de la région disposent d’un centre hospitalier universitaire, Orléans demeurant la seule capitale régionale à ne pas en être dotée”. Conseil suivi par la droite régionale qui propose une vraie fusion des deux hôpitaux métropolitains.

Organiser l’installation territoriale des médecins dans les régions et créer un CHU à Orléans: avant que ces deux réformes ne voient le jour, nombreux seront encore pendant des années les patients à se casser le nez pour décrocher une rendez-vous chez un généraliste ou un spécialiste.

Ch.B.

Les médecins des “fonctionnaires libéraux” qui font “le serment d’hypocrites”

Guillaume Peltier

Pour soigner la Région Centre-Val de Loire, premier désert médical français, la classe politique s’est prononcé à l’unanimité pour des remèdes d’urgence. Pas un traitement de cheval, pas encore. En effet le Conseil régional, bien qu’il n’ait aucune compétence dans ce domaine s’est doté de plans “urgence santé” depuis 2011. Il investi 20 millions par an pour construire des Maison de Santé Pluridisciplinaires et 35 millions sur les formations paramédicales (infirmières,, kiné, orthophonistes…). Cautère sur une jambe de bois ? Droite et gauche se sont affichées déterminées à changer de logiciel. Témoin la “transgression” de Guillaume Peltier, le patron de l’opposition de droite qui n’hésite pas à dire à propos des médecins : “ce sont des fonctionnaires-libéraux”. Comment mieux qualifier en effet ces professionnels qui sont payés par la Sécurité sociale (et par les mutuelles) et qui ont a liberté de s’installer où bon leur semble? Le beurre et l’argent du beurre en somme. “L’État va devoir réfléchir à une forme de contrainte”, a poursuivi le député du Loir-et-Cher qui est allé jusqu’à évoquer “le serment d’hypocrite”.

.

Premier remède, le conventionnement sélectif

Jean-Patrick Gille (PS-Indre-et-Loire).

Pour Jean-Patrick Gille, le patron du groupe PS, “le conventionnement différent selon les zones géographiques”, proposé par le plan régional 2017 à l’adresse de l’État, n’est pas une panacée mais une bonne formule quant même. Contrainte, coercition, les mots tabous ont (enfin) été prononcés jeudi dans l’hémicycle régional.

Mais comme Harold Huwart, le vice-président à l’économie on peut s’étonner du grand “mystère” de la politique de santé en France: “nous sommes dans un consensus. Quand on écoute les élus, nous sommes tous d’accord pour aller plus loin que l’incitation”. Et l’élu de Nogent-le-Rotrou de citer  une saillie du  président du département d’Eure-et-Loir, Claude Térouinard, “fraîchement élu” mardi: “il est plus facile d’envoyer un cosmonaute sur la lune que de faire venir un médecin en zone rurale”. Et pas seulement en zone rurale, puisque selon Jean-Patrick Gille, même à Tours, ville du CHU, la métropole commence à manquer de généralistes. Conclusion d’Harold Huwart, “il n’y a qu’une seule personne favorable à la liberté d’installation, c’est la ministre de la Santé“, a dit le vice-président de région, évoquant aussi des “lobbies présents partout”. 

Veut-il par là évoquer l’Ordre des médecins et  leurs confrères parlementaires? Quant à la ministre de la Santé d’avant, personne n’a oublié qu’elle s’appelait Marisol Touraine et comme son nom l’indique, qu’elle était élue de la région de France… la plus sinistrée en matière médicale. C’est dire si l’obstacle est de taille !

Ch.B

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Le regroupement des Hôpitaux et cliniques dans un centre hospitalier unique, ne favorise pas l’accès aux soins et à la communication. Oréliance en est un exemple, pour prendre rendez-vous avec un cardiologue, c’est 8 à 9 mois d’attente. Si vous êtes hospitalisé, ne comptez pas sur l’horaire que l’on vous donne pour vos examens, ça arrive de partout, externes et hospitalisés sont mélangés dans un joyeux bordel, dommage, il y a des praticiens de qualité, mais une organisation désastreuse.

  2. Mr Pelletier dit “Fonctionnaires libéraux ” !!! A quel âge est la retraite des médecins, quel est leur durée d’études, quel est le temps de carence en cas de maladie, qui finance leur outil de travail (fournitures de bureau, cabinet, logiciel métier et entretien…), combien sont-ils payés alors que ce sont les internes qui font tourner les hôpitaux, quelle est la rémunération des médecins par rapport à leurs confrères européens, combien ont-ils de RTT et de congés payés, combien paient ils la taxe foncière de leur entreprise, et l’ex taxe professionnelle etc etc.. alors comparer des médecins à des fonctionnaires faut vraiment oser… continuez cette entreprise de dénigrement et le jeunes ne s’installeront pas et les vieux comme moi ont bien envie de f… le camp avant l’âge de la retraite (65 et demi pour ce qui me concerne!)

    • « Des fonctionnaires liberaux ».
      L’erreur de raisonnement vient du fait que ces fonctionnaires de la politique ne savent meme pas que la sécu qui « rémunère » les actes des médecins est un organise de droit privé.
      Les médecins installés sont libéraux. point final.

  3. Ce serait presque amusant de lire les propos de ces enfonceurs de portes ouvertes, si ce n’était aussi pitoyable. Accumulation de clichés, sophismes, et l’éternel scotome quant à la rémunération des médecins libéraux. Ce serait pourtant si simple : octroyer aux praticiens la moitié des prébendes des sénateurs et miraculeusement les problèmes de répartition seraient réglés !

  4. Les élus sont les SEULS responsables de la pénurie de médecins. Lisez le rapport Choussat de 1997 sur “La démographie médicale”, qui montre bien que la pénurie a été décidée par nos hommes politiques qui pensaient que les médecins pourraient s’adapter à la carence…. eh bien, à vous de vous adapter, messieurs et mesdames les élus, et laissez-nous vivre.

  5. Cela fait 40 ans qu’on aurait du donner l’autorisation à la cnam et aux cpam de conventionner les médecins en fonction des besoins des territoires, et non pas de leurs seuls désirs. Zones surdotées avec surconsommation d’examens, zones sous-dotées avec la détresse des habitants… quel gâchis. Tout cela pour complaire à quelque corporation…

  6. il y a des deserts medicaux,y compris en plein paris!

    que les politiciens aident les medecins, notamment en diminuant la charge administrative de plus en plus lourde, au lieu de les enfoncer… mais c’est plus facile de taper sur des liberaux qui bossent 70h par semaine pour un miserable 23€ la consultation, le tarif le moins cher d’Europe!
    Si la region veut des medecins, qu’elle les fonctionnarise justement! Paye de haut fonctionnaire, 35h, congés payés et RTT, il y aura des candidats.

  7. Si les médecins étaient mieux payés. Quand on leur propose un poste d’assistant dans les hôpitaux a 2000€ o comprend pourquoi certain postes reste vacants. La dersitification est la faute de ces mêmes élus qui se gavent d’argent publique qui dans les année 90 on réduit drastiquement le numerus clausus. Voilà les responsables. Ce ne sont pas les médecins. Un scoop : la France est un désert médical est ce n’est que le début !

  8. Voir la vraie vie dans les déserts médicaux.
    Nos confrères ont des idées.
    Pourquoi ne pas élargir le scandaleux numerus clausus aux futurs médecins qui accepteraient par contrat de travailler dans les zones sous dotées.
    « Les déserts médicaux : le Nord Aveyron, le canton de Lot et Truyère témoignage du Dr Gilles Verrez »
    goo.gl/xjJcva
    Dans http://innovationesante.fr/

  9. Ah…. ces politiques « fonctionnaires » qui aiment avoir des avis sur tout sans rien y connaître et qui aiment depne n’est la gent du contribuable… le jour où ils comprendront que ce n’est pas le fait de faire pousser des maisons médicales comme des champignons, ce cela donnera envi aux jeunes de s’installer!
    Et les médecins libéraux « fonctionnaires « !!! Il vaut mieux en rire! Le lecteur SALA a bien résumé la situation…

  10. On a pas assez de médecins : foutez-leur la paix !
    On a trop d’énarques senateurs et directeurs bidons : virons-en !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail