De belles « Quatre Saisons » à perdre la raison

Passionnante de musicalité  et d’intensité est la nouvelle création de l’ensemble de musique baroque Les Folies Françoises qui consiste à interpréter “Les Quatre Saisons” de Vivaldi en faisant précéder chaque pièce des sonnets de Vivaldi que le compositeur Antonio Juan-Marcos  a mis en musique sous le titre générique « Paesaggi Corporei » (“Paysages Corporels”).

Dans cette œuvre,  chacun ne peut,  en effet,  que découvrir avec passion la puissante attention qu’a portée le compositeur à la mélodie et à  la verve de Vivaldi pour évoquer, sans nulle imitation mais avec une émouvante profondeur, l’amour de la nature  et la fragilité de l’être humain au cœur de tous ces courants telluriques et aériens célébrés.

Créées ce jeudi au Théâtre d’Orléans par l’ensemble placé sous la direction de Patrick Cohën – Akenine et avec la partition de la soprano Mailys de Villoutreys faisant montre d’une flamme intérieure d’une extrême comme unique beauté, ces “Quatre saisons” précieusement augmentées de chair et de verbe, ont notamment permis,  dans le second mouvement de “L’automne”,  d’entendre avec infiniment de bonheur la claveciniste Béatrice Martin . Cette dernière y distille, à la manière de cette fameuse “obscure clarté qui tombe  des étoiles” (Pierre Corneille),  des notes perlées  d’une infinie  comme enchanteresse délicatesse sur le prenant sostenuto de cordes en abîme.

Les Folies Françoises en répétition

Bref, voici de nouvelles “Quatre saisons” où il est bel et bien  question de chant et de plaisir (“Canti Piacere”), d’hésitation et de tant jouir (“Tanti Godere”), de souffle et de solitude, d’allégresse et de tremblement, d’âme et de réjouissant comme forcené hymne à la vie.

Coup de chapeau et d’archet à la virtuosité d’une douceur incandescente de Patrick Cohën-Akenine dirigeant l’orchestre du violon. Et de nouveaux remerciements à Antonio Juan-Marcos, pour ces paroles sculptées, ces  lignes mélodiques et délicatement battantes, véritables filigranes  emplis d’âme allant piano crescendo de l’œuvre de Vivaldi.

En résumé voici une musique éternelle et  porteuse d’émotions à en perdre si ce n’est la saison, toutefois délicieusement la raison.

Jean-Dominique Burtin.

19/10/2017
20h30 – Scène Nationale d’Orléans (45)
Les 4 Saisons l Paesaggi Corporei
A.Vivaldi l A. Juan Marcos
Maïlys de Villoutreys, soprano
Patrick Cohën-Akenine, direction
Orchestre des Folies françoises

http://www.scenenationaledorleans.fr/

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Quatre Saisons d’une beauté exceptionnelle, certes, avec au violon solo, le virtuose Patrick Cohen-Akenine. On ne se lasse pas de l’entendre…
    Quant à la composition musicale contemporaine qui accompagnait la soprano et les sonnets, je dois avouer que cela me laisse d’une froideur parfaite. Je n’y comprends goutte, comme d’ailleurs tous ceux que je connais.
    Et honte aux tousseurs qui devraient, et c’est le minimum, aller se réfugier au fond de la salle, apporter une bouteille d’eau, des pastilles, enfin faire quelque chose pour ne pas gêner le public.

Comments are closed.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail