Le Livre d’heures de François Ier doit rentrer en France 

 Le  livre d’heures, très prisé au Moyen-Age, est un  livre liturgique destiné aux fidèles catholiques laïques à la différence du bréviaire réservé aux clercs. Il  permet de suivre les prières   heure après heure dans la journée. Tous ne sont pas enluminés même si beaucoup le sont surtout s’ils appartiennent  à de grands seigneurs à plus forte raison  à une famille royale.

 François Ier ne fut pas qu’un grand bâtisseur, il avait du goût pour les arts en général et, poète à l’occasion, il aimait les livres. Son  livre d’heures dont il ne se séparait pas même lorsqu’il chassait en Val de Loire est un véritable bijou. Petit  (6x8cm) celui-ci possède une reliure en or émaillé garnie de rubis, de turquoises et de  deux intailles en cornaline ovales représentant la Crucifixion et la Vierge à l’ l’Enfant. Il est accompagné de son signet ou marque- page sculpté figurant le Christ à la colonne. Entièrement manuscrit il  comprend seize peintures en pleine page, trois petites et de nombreuses lettres ornées. Ce  travail témoigne de l’intérêt que  ce Valois très attiré par la Renaissance  italienne portait à  à l’art flamand

 A sa mort le roi  lègue cet ouvrage à sa nièce, Jeanne d’Albret, reine de Navarre et mère d’Henri IV.  Ce précieux livre est signalé au château de Pau  dès 1561. Pendant la minorité de Louis XIV, Mazarin s’en empare puis on perd sa trace bien qu’il échappe aux destructions révolutionnaires. Au XIX ème siècle il réapparait dans les collections de la branche anglaise des Rothschild qui le revend à une grand famille d’antiquaires londoniens les Phillip. Ceux-ci désirent maintenant  s’en séparer : mise à prix 7,8 millions de livres soit 10 millions d’euros. Une paille !

L’Etat fait appel au mécénat 

 Ce livre d’heures déclaré trésor national par le ministère de la Culture doit rentrer en France. Il est temps que l’anomalie anglaise disparaisse. Certes l’argent manque à l’Etat français aussi  en appelle-t-il au mécénat depuis le 22 septembre. 5 millions d’euros ont déjà été réunis mais il en manque autant.

 Le 22 novembre, le Louvre organise une conférence de Philippe  Malgouyres, conservateur au département des Objets d’art du musée pour évoquer cet exceptionnel ouvrage  que le monarque acquit en 1538. A cette occasion le livre sera présenté en video

 

.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. il manque 5 millions d’euro ! quel heureux hasard il suffitr de prendre dans les 6,5 millions d’euros que va rapporter en novembre la baisse de l’APL puisque 5 euros par mois multlplié par 6,5 millions de foyers qui subissent cette baisse paiera largement ce livre qui par le plus grand des hasards s’est retrouvé chez de très riches banquiers! Comme le monde est bien fait non!

Comments are closed.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail