Bodrum, le joyau de la côte égéenne

Au sud de la mer Egée, Bodrum est l’une des plus célèbres stations balnéaire de Turquie. Site archéologiques, criques, plages, discothèques, marchés, constituent quelques-uns des innombrables attraits de l’antique Halicarnasse et de sa région…

Hosgeldiniz ! Bienvenue, c’est ce que vous entendrez souvent lorsque vous arriverez en Turquie et sur la côte égéenne, carrefour entre l’occident et l’orient. Dans la ville de Bodrum, lorsque la saison bât son plein, cette sensation y est encore plus flagrante. Français, Allemands, Russes mais également Anglais, Australiens sans oublier les Stambouliotes… tous se côtoient aux terrasses des restaurants, sur les plages ou encore sur les sites antiques, et le soir dans les clubs sur le bord des plages.

Comment cet ancien port de pêcheurs à l’éponge, niché au cœur des champs d’oliviers et de mandariniers, a-t-il pu devenir un « hot spot » de la côte turque ? Bodrum doit en partie sa renommée de “Saint-Tropez” turque, à l’écrivain et journaliste Cevat Sakir Kabaagaçli, en exil, à cause de ses écrits très controversés sur le pouvoir en place de l’époque.  En 1925, le “pêcheur d’Halicarnas­se”, comme il se baptise lui-même, tombe amoureux de ce village dès son arrivée, quelques maisons blanches construites en terrasse, sur un fond de mer bleue turquoise, Cevat Sakir Kabaagaçli, dont le buste orne aujourd’hui l’entrée du château Saint-Pierre, ne quittera plus, ce pe­tit coin de paradis ouvert sur le golfe de Gökova. Passionné d’histoire an­cienne et des peuples d’Asie mineu­re, il décou­vre le mode de vie ancestral des fameux pêcheurs d’épon­ge de Bodrum, qui lui inspirent nom­bre de poèmes et de récits.

Eaux turquoise

L’un des plus célèbres, Le voyage bleu, a donné son nom à des croi­siè­res en goélettes au départ de la marina, encore proposées aujourd’hui par les tours-opérateurs. Ces splendides deux mats en bois, sont encore construits de manière traditionnelle dans la ville de Güllük, près de Bodrum. Prendre le temps de faire une croisière sur l’un de ces « Gulet » permet de découvrir la côte Turque et ses nombreuses criques, leurs eaux turquoise. Une invitation à plonger et à découvrir les fonds marin, jonchés d’épaves. Face à la mer, quelques mezzés, un verre de raki glacé, détendez-vous, vous êtes à Bodrum… A l’emplacement actuel de Bodrum s’élevait sous l’antiquité Halicarnasse, une cité Gréco-Anatolienne fondée à la fin du 11e siècle av J.-C. par des colons Doriens. Elle deviendra l’une des plus importantes colonies de la région, la Carie, avant de passer sous domination Lydienne puis Perse. Ce n’est qu’au IVème siècle av. J-C. que le satrape Mausole, gouverneur de Carie, transfère sa capitale à Halicarnasse et en fait une cité prestigieuse, et l’un des ports les plus prospères du bassin égéen. Son nom passe à la postérité (mausolée) grâce au temple funéraire que son épouse Artémise fit ériger à sa mémoire. De cette merveille antique, il ne reste aujourd’hui plus grand-chose. Ce mausolée d’Halicarnasse qu’Hérodote considérait comme l’une des Sept Merveilles du monde antique, se situe en face d’une petite mosquée, dans la rue Turgut Reis. Le souvenir de ce cénotaphe haut jadis d’une cinquantaine de mètres, tient à quelques colonnes tronquées et aux vestiges des soubassements, car après plusieurs séismes, il fut complètement démantelé jusqu’à la dernière pierre afin de construire une partie du château. Une visite est toutefois envisageable, ne serait-ce pour la beauté du jardin.

Position stratégique

Plus intéressant encore est la visite de l’autre monument incontournable de la ville, l’imposant château Saint-pierre (souvent nommé St Jean). En 1402, un désordre de l’empire Ottoman permet aux Chrétiens et à l’ordre des chevaliers Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, de s’implanter dans la ville et d’y commencer l’édification de cette forteresse. Ils y resteront un siècle, jusqu’à ce que Soliman le Magnifique, Sultan de la dynastie Ottomane, les chasse. Le château Saint-pierre (Petrum) prêtera son nom à la ville qui, par légère déformation, deviendra Bodrum.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Il est devenu un musée d’archéologie sous-marine mondialement réputé. La montée vers l’enceinte intérieure permet d’admirer les armoiries de ses bâtisseurs et d’accéder aux différentes salles d’exposition. Les visiteurs y trouveront une exceptionnelle collection de vestiges entre les esplanades, galeries et tours. Sont exposés des objets provenant notamment de la plus ancienne épave connue à ce jour (l’Uluburun, un navire de Néfertiti datant du 14e siècle av. J.C) La galerie des amphores, abrite également une exposition de vases, d’amphores, d’ancres et d’objets remontant à l’âge du bronze. La salle de la princesse carienne Adra (sœur de Mausole) expose son squelette ainsi que ses bijoux en or et le mobilier découvert dans sa tombe. La salle des verreries dévoile une des plus importantes et des plus anciennes collections au monde, allant du 14e siècle av J.-C. jusqu’au 2e siècle  de notre ère. Une 

autre salle présente les restes d’épaves de bateaux romains ou grecs retrouvés lors des fouilles effectuées au sud-ouest de la Turquie. La position stratégique et dominante du château, permet en fin de visite, de contempler les jardins où prospèrent des plantes et des arbres du bassin Méditerranéen. C’est le cas du platane d’Orient, dont l’ombre renforce la santé, et du myrte, plante d’Aphrodite, symbole d’amour et de désir… Du haut des esplanades, les deux baies aux eaux turquoise de la ville, offrent un panorama exceptionnel sur la cité qui fut surnommée jadis par Homère « l’éternel paradis des bleues ».

Thé turc

Un autre site remarquable à découvrir se situe à quelques kilomètres au nord de Milas. Niché au cœur des reliefs montagneux, Labranda est un fascinant terrain de fouilles pour les archéologues. La première sensation que procure le site est son gigantisme et son étonnante conservation. Ce sanctuaire carien, dédié à Zeus, était le point central de cette puissante civilisation, dont le rayonnement et les pratiques cultuelles se retrouvent également à Bodrum. Le satrape de Carie, Mausole, en fit même, son sanctuaire familial. Le guide du lieu vous proposera certainement un incontournable thé turc, préparé de façon traditionnelle, dans une double théière, un peu à la manière d’un samovar. Tout bonnement délicieux…

Pour une détente plus sportive, le White river country club s’offre à vous.  Ce magnifique golf conçu par Gary Player & Reg Taylor propose sur un ancien 9 trous complètement repensé un superbe 18 trous. Ce parcours est aussi ludique pour les amateurs, qu’accrocheur pour les golfeurs professionnels. L’abondance de l’eau, sur les trous numéro 9 et le 11 entretient une agréable difficulté. A mi-parcours, il est possible de  déjeuner au restaurant du club. La qualité du service et de la carte est tout simplement parfaite, tout comme le plaisir qu’il y a le dimanche à participer au brunch du club.

Folle exubérance

Bodrum est aussi renommée pour ses restaurants exotiques et la folle exubérance de sa vie nocturne. C’est sans conteste, la ville la plus dynamique de la côte égéenne. Pour les noctambules, un passage au « Halicarnas The club », la discothèque la plus connue de Turquie s’impose.  De son côté, le « catamaran » propose d’embarquer à son bord pour une ambiance « clubbing » dans la baie éclairée de Bodrum avec un départ de la marina vers 23 heures et un retour au petit matin au lever du soleil. Pour les fêtards qui n’auraient pas le pied marin, les rues Barbar Sokagi ou Gumbet, alignent une large sélection de bars et de clubs pour toutes les humeurs et envies…Farniente, visites culturelles, golf, musées, croisières en goélette, gastronomie, la région de Bodrum offre un tel choix d’activités qu’il est impossible de tout faire en un seul séjour. Une raison de plus qui pousse la plupart des visiteurs à revenir sur cette péninsule paradisiaque afin de profiter à nouveau, seul en couple ou en famille du soleil, des eaux cristallines de la côte turque et de l’accueil exceptionnel de sa population. 

Dominique Marché.

Informations pratiques

 
Office de tourisme de Turquie
102 avenue des Champs Elysées
75008 Paris
Tél. : 01 45 62 78 68
www.goturkey.com

Office du tourisme de Bodrum
www.bodrum.bel.tr

Mondial tourisme
www.mondialtourisme.fr

Pour apprendre

Musée Bodrum d’archéologie sous-marine
Château Saint-Pierre
Tél. +90 252 316 10 95
www.bodrum.org

Pour dormir

Voyage Bodrum
www.voyagehotel.com

Mandarin Oriental,
www.mandarinoriental.fr

Swissôtel Resort
Bodrum beach
Tél. +90 252 311 33 33
www.swissotel.com

Pour le sport

Golf Club Bodrum
Kerner Mevki, Ortakent
Bodrum
Tél. +90 252 313 46 53
www.bodrumgolf.net

Pour dîner

Maserati restaurant
Marina Yacht Club Bodrum
Tél. +90 252 316 12 28

Golf Club restaurant Bodrum
Kerner Mevki, Ortakent
Bodrum
Tél. +90 252 313 46 53

 
Pour le transport

ATLAS GLOBAL
+90 850 222 00 00
www.atlasglb.com

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail