USO foot: on n’est pas sorti de l’Auberge…

“C’est pour voir ce genre de match qu’on va au foot”. Ce constat enthousiaste a été fait par l’entraîneur allemand des visiteurs vendredi dernier à l’issue de la rencontre US Orléans-Sochaux. Mais aussi par les 4 000 spectateurs du stade de la Source, ravis d’assister à une partie de football de ce niveau, basée sur l’attaque, le beau jeu, la technique, le jeu collectif, avec au final six buts (3-3). Et encore les deux gardiens et surtout Thomas Renault, le portier orléanais ont-ils évité par leur parade une addition plus salée. Des matches comme celui-là, on en redemande.

L’entrée de l’Auberge de Jeunesse au stade de La Source.

Seule fausse note, au coup d’envoi (fictif), des sifflets sont partis de la tribune Vagner et des rangs des drouguis, les supporters de l’USO. Ils étaient adressés à Olivier Carré qui a donné ce coup d’envoi, flanqué de son adjoint aux sports Soufiane Sankhon. En cause, notamment, une ardoise de 1 000€ que le club a du régler à la suite de dégâts occasionnés au Stade de la Vallée du Cher à Tours.

La salle de jeux.

Mais ces sifflets traduisent aussi la déception et l’impatience des supporters à propos de l’affaire de la nouvelle tribune avec des loges VIP dignes de ce nom  qui devrait voir la jour à l’étage de la tribune d’honneur. Or celle-ci est en partie occupée par l’Auberge de jeunesse. Depuis le démarrage de l’opération ZAC Madeleine, la ville et son maire Olivier Carré ont annoncé le déménagement de l’auberge de jeunesse dans un des sites historiques de l’ancien hôpital Madeleine. Il s’agit de locaux parfaitement adaptés à l’accueil des jeunes touristes et des groupes. Cette maison au look très “vacances” abritait les internes lorsque le “vieil hôpital” était en fonction. Selon les chiffres donnés en décembre 2016, la remise à niveau coûterait 1,7 million d’euros. 

A 35 minutes du centre ville!

L’emplacement actuel de l’auberge de jeunesse dans les entrailles du stade de la Source est sans doute bien adaptée aux groupes constitués d’équipes sportives. Avec ses 60 lits, ses salles de réunion, son parking gratuit, ses équipements de loisirs (ping-pong, baby foot) et sa proximité des terrains de sports, l’auberge de jeunesse a des arguments à faire valoir. Elle est parfaitement adaptée à un séjour “au vert”. En revanche, pour les visiteurs qui débarquent à Orléans par le train ou en co-voiturage avec l’objectif de visiter le centre historique ils en sont à 35 mn par le tram et un peu de marche à pied. Le déménagement en centre ville ne serait de fait pas du luxe en matière de “rayonnement” de la métropole.

Un stade vétuste

L’auberge de Jeunesse est abritée par la tribune d’honneur du stade.

Selon certaines sources, le coût de l’aménagement des loges au stade de la Source en lieu et place des chambres de l’auberge de jeunesse se monterait à un million d’euros. “L’adjoint aux sports fait de la figuration… Le stade est vieillot, l’accessibilité est problématique, toutes les entrées ne se font qu’à un un seul endroit. Les loges qui accueillent les partenaires, source de revenus importants, ne sont pas à la hauteur  d’un club qui évolue en Ligne 2 (rien n’a changé depuis que le club était en CFA”, estime Tahar Ben Chaabane, ancien conseiller municipal centriste. Ce supporter de l’USO n’hésite pas non plus à mettre l’accent sur le budget du club, le 19 ème sur 20 de Ligue 2. Lorsque l’on sait que Sochaux a le 6 ème budget de Ligue 2 avec 16 millions contre 7 à Orléans, on mesure encore mieux la perf des footballeurs de l’USO, même si l’argent ne fait pas tout. 

Tout pour le basket

Les chambres de l’Auberge de jeunesse au premier étage de la tribune.

Or, ce que les Drouguis et les autres supporters ont du mal à digérer, c’est le montant de la subvention de la ville d’Orléans à son club de football, largement le sport le plus populaire, à Orléans comme ailleurs: 420 000€ dont il convient de retirer 120 000€ que verse l’USO pour la location du stade de la Source. A comparer aux 1 millions d’euros annuels dont bénéficie l’OLB, le Club de basket, le chouchou de la municipalité en place et qui a bénéficié d’une rallonge de 100 000 euros en avril.

 Lors de son bilan de mi-mandat il y a quelques jours, Olivier Carré a indiqué, sans plus de précision, que ce déménagement de l’Auberge de jeunesse sur le site de l’ancien hôpital, est toujours à l’ordre du jour. Mais quand? Il était question de mars 2018, au moins pour que l’Auberge quitte le stade, mais au train où vont les choses, l’affaire parait bien mal engagée. On n’est pas sorti de l’auberge….

Ch.B

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Moi je suis pour diminuer la subvention de l’OLB et augmenter le prix des places à La Source. Ce n’est pas au contribuable de payer pour les clubs professionnels. Monsieur Tahar Ben Chaabane devrait le savoir, lui qui vise la mairie.

  2. Votre article est intéressant. On y apprend des choses et notamment tout l’espace occupé par l’Auberge de Jeunesse dans un stade d’une équipe de Ligue 2 au détriment de loges ou d’autres pièces.

    Cependant, il manque de recul et d’objectivité sur certains points. Deux expressions sont déplacées et font plus preuve d’un avis personnel que d’une rigueur journalistique.
    La première, citant le football comme étant” largement le sport le plus populaire à Orléans comme ailleurs”. Certes, c’est le sport le plus populaire en France. Mais pas dans le Loiret, où le basket occupe une place plus importante et notamment depuis une dizaine d’années.
    La deuxième est l’utilisation du terme “chouchou”, alors qu’il n’a aucune pertinence et décribilise l’article. Oui, les sommes versées devraient être plus équilibrées mais les attentes des deux clubs ne sont pas les mêmes. La subvention de 100 000 euros a été accordée car le club risquait de quitter la Pro A, division qu’elle occupait depuis 11 onze ans ce qui est considérable.

    Ne pas le mentionner conduit à une mauvaise compréhension du sujet, pourtant bien traité.

    • il suffit de comparer les affluences en L2 de foot et celles de l’OLB lorsqu’elle était en pro A pour voir que la L2 de foot attire quand même plus de monde que la pro A de basket sur Orléans. En tout état de cause , les différences de subvention et de traitement du football et du basket à Orléans sont totalement disproportionnées et injustifiées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail