Alexandre Jardin : roman à sa mère tant aimée

Alexandre Jardin cl Pierre-Yves Beaudouin / Wikimedia Commons

Robin des bois autoproclamé, Alexandre Jardin revient sur la scène littéraire avec « Ma mère avait raison », un roman qui constitue « la pierre d’angle de la grande saga des Jardin » qu’il a égrenée au fil de ses livres. Les Jardin, une famille, surprenante et secrète qui, suivant les générations, a vécu à l’ombre du pouvoir et dans les allées du cinéma.

Ecrivain, militant et acteur associatif, cinéaste, éphémère candidat à présidentielle, politique à sa façon, Alexandre Jardin semble un touche à tout, « un chien fou » disent certains. Avec ce dernier livre, ce conteur de talent apporte encore  la preuve, si besoin était, qu’il est un écrivain maniant merveilleusement notre langue.

Les mots sont son domaine, sa passion, partie prenante de sa vie, incontournables, nécessaires : «  J’écris pour sortir la folie du silence, pour que la réalité devienne accessible par la parole. Les mots, pour vibrer  avec justesse, ont besoin de voler au silence sa force d’émotion », reconnait-il.

Des mots pour nommer des buts à atteindre que sa mère désignait sans jamais les définir et les imposer, renvoyant chacun à sa liberté. Stéphane Jardin, Fanou, cette mère, sujet du livre, fantasque et flamboyante, « une femme qui s’autorisait absolument à vivre ». Ce livre telle une lettre qu’il adresse à celle qui, âgée va quitter notre monde, « une femme avec un courage dément ». Ce livre où les chapitres peuvent se lire dans le désordre et qui, chacun donne à penser.

Alexandre Jardin, la cinquantaine venue, retrace le parcours de cette mère si différente de celles de ses camarades de classe « profondément amoureuse de cinq amants » qu’elle loge sous son toit tous en même temps, tous très brillants, tous issus du monde du cinéma dont Claude Sautet. Chacun avait sa chambre dans la maison que l’un d’eux lui avait offerte, à Verdelot en Seine-et-Marne, en quelque sorte sa maison du bonheur. C’est là, dans ce monde particulier qu’Alexandre Jardin a grandi et s’est construit.

Avait-elle raison,  Stéphane Jardin ? son fils ne la juge pas, cela aurait été contraire à la morale que cette mère si singulière lui a inculquée. Dans son décor et pour son fils elle est l’héroïne positive de son roman, «l’antidote absolu » de notre époque fort timorée. « J’ai écrit le livre sur un ton gai  mais se défiler, mentir, esquiver, est notre lot à tous, y compris le mien parfois. J’ai vu une femme d’un courage inouï, indépendante, courageuse et qui n’a cessé de m’inspirer. Elle s’est autorisée à vivre, elle m’a vacciné contre la peur de vivre. Être absolument vivant, avoir ce culot-là…. », déclare l’auteur.

Est-ce qu’on y arrive ? C’est en filigrane la question que pose ce roman.

F.C.

 
 
« Ma mère avait raison »

Alexandre Jardin

Grasset 215 pages 18,50 euros

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Amélie Nothomb, Alexandre Jardin, “Mag Centre” joue vraiment un rôle de découverte d’auteur.e.s de la région en s’arrêtant sur les oeuvres magistrales de ces inconnu.e.s qui courent de studios de télévision à studios de radio.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail