Loir-et-Cher : Jacqueline Gourault à cheval sur la prévention routière

Visite en terrain connu pour la ministre auprès du ministre de l’Intérieur Jacqueline Gourault, vendredi 10 novembre. Avant de participer au congrès des maires de Loir-et-Cher, elle a visité le Centre départemental de Prévention routière, à Blois. À cette occasion, elle a remis les attestations de participation à un stage de prévention routière aux élèves de CM1-CM de l’école de la rue du Foix.

Jacqueline Gourault en discussion avec des jeunes du service civique.

Au centre départemental de Prévention routière, rue Vasco-de-Gama à Blois, les élèves des écoles viennent apprendre une chose essentielle à leur survie en milieu urbain, et rural : la route blesse, tue ; la route est le théâtre de tous les excès comportementaux de la vie des hommes, même les pires. « En France, depuis quelques années, la mortalité routière ne baisse plus : 3460 tués dans des accidents de la route en 2016 », explique Philippe Paris, directeur départemental de l’association Prévention routière. « 540 piétons décédés en 2016, soit plus 15 % par rapport à l’année précédente. Les cyclistes c’est pareil : il y en a de plus en plus ; vulnérables ils ont des accidents comme les autres ».

Tout ceci devant une figure locale, bien connue de tous, actuellement ministre auprès du ministre de l’Intérieur : Jacqueline Gourault. Dans le cadre de la semaine des associations – et avant d’aller faire une séance de câlinothérapie devant celle des maires de Loir-et-Cher vendredi 10 novembre en fin d’après-midi – elle a tenu à rendre une visite officielle à la Prévention routière. Attentive, concernée, la ministre a aussi remis en main propre les attestations « de stage » d’élèves de CM1-CM2 de l’école du Foix. Dans un silence et un calme quasi parfait – la présence d’uniformes police et gendarmerie plus la ministre, le préfet et le maire de Blois ainsi que quelques élus départementaux y est sans doute pour beaucoup – les jeunes apprentis cyclistes et piétons de nos centres-villes ont doctement écouté la leçon du jour.

 

 

“On va changer de registre sur la communication”

Le préfet de Loir-et-Cher, Jean-Pierre Condemine.

Pourvu que ça dure, a-t-on envie de dire ! Car, une fois sortis de la salle, le préfet Jean-Pierre Condemine accompagné du directeur départemental de la sécurité publique Guy Milin et du commandant de gendarmerie de Loir-et-Cher Guilhem Phocas ont changé de registre ! « Les chiffres ne sont pas bons », a annoncé le préfet. « Depuis le 1er janvier jusqu’au 5 novembre, nous sommes à + 17 % d’accidents toutes zones confondues : police et gendarmerie. Le nombre de blessés est en augmentation de 33 % (1) ; 29 morts à ce jour sont à déplorer dans le département, soit le chiffre de 2016 mais nous ne sommes pas encore à la fin de l’année ! ». Le colonel Guilhem Phocas ne dit pas mieux : « Depuis le début de l’année, nous avons intercepté 1000 véhicules en dépassement de vitesse de 40 km/h et plus. 1.470 rétentions de permis ont été faites à ce jour ; et des conduites toujours plus importantes sous l’emprise des stupéfiants », avoue-t-il. « Il y a un relâchement des comportements : vitesse, alcool, fatigue. Plus les distracteurs : téléphones portables essentiellement ». Le préfet annonce – mais ça n’est pas la première fois ! : « On va changer de registre sur la communication ! Il faut mettre en lumière les drames humains et ce que cache la sécheresse des chiffres ».

Des maires inquiets et pas seulement depuis cinq mois

La ministre Jacqueline Gourault a écouté tout cela avec attention, évoquant au passage la « police du quotidien », sorte de « police de proximité » des années Jospin et abandonnée durant le quinquennat Sarkozy. Une réunion police-gendarmerie-préfecture avait eu lieu le matin même sur le sujet, et le maire de Blois Marc Gricourt s’est dit « intéressé ». On devrait en réentendre parler dans le Blaisois donc…

En attendant, la ministre et sénatrice a poursuivi sa visite officielle, dans une ambiance quasi familiale, au congrès des maires de Loir-et-Cher, où elle a sûrement dû câliner dans le sens du poil des élus un peu à cran et surtout inquiets de leur sort, en pleines préparations budgétaires : « Les maires ne sont pas inquiets seulement depuis 5 mois que nous sommes au gouvernement », a-t-elle précisé en marge de la visite. « Ils sont inquiets depuis des années, surtout dans le monde rural. C’est un peu facile de la part de l’Association des Maires de France de dire que la situation est liée à ce qui a été décidé depuis 5 mois. Surtout quand d’autres responsables politiques prévoyaient pire pour les collectivités ! Nous devons continuer de faire confiance aux maires, la dotation globale de fonctionnement ne baissera pas cette année mais il faut quand même ralentir la courbe des dépenses ». Une chose est certaine : ce n’est pas parce qu’elle est un peu moins en Loir-et-Cher que Jacqueline Gourault a perdu son sens de la répartie.

F.Sabourin.

(1) Ce chiffre est à tempérer, car il prend en compte, depuis le début de l’année, les personnes blessées conduites à l’hôpital et qui sortent dans la journée, ce qui n’était pas le cas auparavant.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. C’est effectivement au plus jeune âge qu’il convient d’éduquer à la “prévention routière”.
    Ainsi, les enfants sont éduqués pour leur avenir et pourront peut être aussi changer les comportements inappropriés de leurs parents.
    J’ai en mémoire les panneaux de la Prévention Routière montrant un enfant avec ce slogan “Papa, je t’aime”. C’était une époque où j’effectuait professionnellement de nombreux kilomètres; je peux dire que cela m’avait fait “lever définitivement le pied”.
    Education, éducation, éducation : c’est le maître mot pour la vie en société.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail