Patte de velours et fine griffe avec les “Visions secrètes” de Gélis

Il fait patte de velours et sort furtivement comme magnifiquement son coup de griffe. A l’occasion de son exposition “Visions secrètes”,  remarquablement mise en scène par Michel Dubois à la galerie Le Garage, le peintre Daniel Gélis, qui vit et travaille à Orléans, présente bon nombre de dessins à l’encre de Chine à la plume qu’il n’a pratiquement jamais montrés si ce n’est en Hollande et en Allemagne.

Figurent ainsi  aux cimaises,  ce couple empli d’abandon las intitulé “Tendresse“, l’arrogante effronterie tonitruante des lignes de “S et les vieillards”, ou le piquant ensorcellement de “Péchés capitaux” qui ne sont pas sans faire penser à la force  des dessins de Gourmelin.

 En vérité, audacieuse et malicieuse personne  célébrant l’allégorie,  cet artiste, ouvrant ses jardins secrets, se livre sans ambages à des noces de plaisir gourmand et à des farandoles, voire des bacchanales revigorantes de corps emplis de joie. 

Ici, Gélis, peintre de l’air et de l’eau, maître des respirations secrètes de l’intime, nous offre également de somptueuses sanguines de nus féminins emplis de pudeur amoureuse. Ici la lumière est caresse , et le trait doux, apeuré, feutré, à l’orée de l’aimée. 

A n’en pas douter, cette exposition  nous offre la diversité radieuse de trente-six œuvres au catalogue,  invite à mesurer l’adresse d’un artiste, exigeant interprète de l’art de la mine de plomb, de l’huile lumineuse et chantante, du lavis troublant, de l’aquarelle,  du collage et du graphite. 

Le grand sommeil

En vérité, avec Gélis, toutes les techniques  artistiques sur papier sont essentielles  afin de participer, avec une exigence périlleuse , à la création d’un hymne à la beauté. Chez ce maître au chevalet, artiste à la vigueur de patriarche généreux, voici de beaux songes, des nefs, des mutants, d’heureux et fragiles êtres  participant au beau flux des peintures des maîtres flamands et des nobles déstabilisateurs de forme dont fait partie le beau sculpteur Zadkine.  

Lyrique, musicale et dépouillée, l’œuvre de Gélis, avec moelle et finesse,  se montre tendrement et vigoureusement ouverte aux mystères de la beauté,  affirme l’attrait de la vérité du geste, le goût l’abandon rêveur,  la passion sans voile de l’amour nourricier et du mouvement  suspendu des corps.

Jean-Dominique Burtin.

« Visions secrètes »,
Galerie Le Garage, 9, rue de Bourgogne, Orléans. 
Du 18 novembre au 10 décembre. 
Vernissage le 17 novembre en fin de journée. 
Galerie ouverte les samedis et dimanches, de 15 heures à 19 heures.
En semaine sur appel téléphonique au 06.08.78.34.02. 

En savoir plus: www.galerielegarage.net

 

 

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail