François Bonneau : « c’est un carcan, une suspicion, une mise en cause des régions ! »

Alors que le Conseil régional Centre-Val de Loire se réunira en session plénière jeudi 16 novembre prochain, le président François Bonneau – également président par intérim de l’Association des régions de France – durcit le ton envers un gouvernement qu’il juge brutal dans ses décisions envers les régions.

« On ne peut pas dépenser l’argent qu’on n’a pas ! » tonne François Bonneau lors de la présentation aux médias des orientations budgétaires 2018 qui se dérouleront à Orléans au Conseil régional jeudi prochain 16 novembre. En cause : la décision de ne pas attribuer la compensation de 450 M€ aux régions pour leur compétence économique (annoncé lors de la venue au congrès de l’ARF le 28 septembre dernier par Édouard Philippe, ayant entrainé une fronde des présidents de régions). « C’est un enjeu important pour notre région », ajoute-t-il : « cette année ce seront 16,5 M€ en moins ; sur quatre années d’exercice ce seront 96 M€. C’est du jamais vu ! Le pacte de confiance se traduit désormais par un pacte de défiance ».

Édouard Philippe et François Bonneau, à Matignon. (c) ARF.

300 millions pour l’investissement

L’autre sujet sur lequel le président de région se cabre “légèrement” quand on appuie sur le bouton est la réforme de l’apprentissage. Des discussions ont lieu actuellement avec le Premier ministre afin de savoir si oui ou non, les régions vont garder intégralement la main sur le sujet, ou si le patronat va en reprendre tout ou partie. « Il est hors de question de casser l’apprentissage en deux », explique-t-il sur le ton de la fermeté. « On nous dit que le patronat aimerait bien le récupérer, qu’il y aurait des accords par branches… Sur le fond comme sur la forme, nous souhaitons que le pilotage reste celui de l’action publique. Nous avons mis 52 M€ de plus que ce qui était prévu dans l’apprentissage ».

On se doute alors que l’ambiance entre les deux hommes doit être un peu froide lorsqu’ils se rencontrent ; que répond à ce discours de fermeté le Premier ministre Édouard Philippe ? « Il est muet dans la réponse officielle… », explique François Bonneau. « Mais nous réalisons 300 M€ d’investissements par an : on ne veut pas lâcher ça ! ». Pour y parvenir, la Région compte faire appel à un emprunt supplémentaire de 50 M€.

F.Sabourin.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. « On ne peut pas dépenser l’argent qu’on n’a pas ! » M. Bonneau n’est plus socialiste !!!

  2. Il faut donner ce qu ‘ on a pas et promettre ce qu ‘ on ne peut pas donner, disait déjà Louis XI, rien a changé !
    Glisser un bulletin de vote dans une urne n ‘ est qu ‘ illusion.

  3. Bravo Mr Bonneau continuez a depenser largement l argent que vous n avez pas!Continuez a vouloir claquer entre 300 et 400 M€ pour cet inutile projet de reconstruction des 24 km de ligne SNCF Cateauneuf Orleans.Vous avez deja claque 70 M€ pour les 25 Km de Chartres a Voves ou Reseau Ferre de France vous avez enfume avec un projet de 3000 a 4000 voyageurs par jour pour finalement en avoir 150 par SEMAINE.Et maintenat l enjeu est de claquer 300 a 400M€ avec un projet mal ficele mais qui remplira les poches de RFF
    Monsieur le premier Ministre a totalement raison de moderez vos ardeurs depensieres car vous etes un irresponsable

  4. Cette région est tout simplement une ineptie.
    Lui retirer ses subsides, est le moyen le plus simple pour qu’elle disparaisse et bon débarras !

Comments are closed.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail