Football Domino’s Ligue 2 : Le minimum syndical pour La Berrichonne de Châteauroux

Les Castelroussins se sont imposés par la plus faible des marges lors du derby du Centre-Val de Loire qui les opposaient au Tours FC. Après un match assez soporifique les locaux ont assurés les trois points pas plus. Pour le spectacle, il est prévu de le faire revenir un autre soir à Gaston-Petit.

Un derby, rien de tel pour la motivation. Un derby, que l’on soit premier ou dernier ça ne se joue pas, ça se gagne dit-on fréquemment. Une maxime qu’avait parfaitement compris la Red Blue Army de la tribune avec, avant le coup d’envoi, un calicot siglé d’un « Pas de pitié, Victoire » assez significatif quant à l’état d’esprit qui devait animer les hommes de Jean-Luc Vasseur, installé au milieu du classement, et ceux de Sébastien Gondouin, dernier de la classe pour le moment. Avec un 4-4-2 assumée La Berri avait assimilé le message et décidé de se la jouer autrement qu’avec le frein à main.

Les castelroussins étaient nombreux devant mais ont manqué d’efficacité.

Si la possession du ballon était d’ailleurs essentiellement berrichonne, pour la bataille des supporters, le TFC prenait un net avantage dès les premières minutes démontrant une fois encore que, dans ce domaine, les Berrichons avaient encore des progrès à faire. Circulation de la gonfle oui mais pas bézef de tranchant. Pour les 25 premières minutes de jeu on avait bien un carton jaune au Tourangeau Bouazza à se mettre sous la dent mais, pour les occasions, c’était du zéro partout. Dans la tribune du département de l’Indre, là où les clap-claps gonflables étaient les plus nombreux, on hésitait toujours à les entrechoquer.

0-0 partout à la mi-temps … et pas d’occasion

Ce n’était qu’à la 32e que Châteauroux avait un tir potentiellement dans le cadre … potentiellement parce que Tounkara enlevait trop son tir. Pour l’axe, c’était bon ! Finalement c’était Tours qui réalisait le premier tir cadré. Pas fort, mais dans la bonne zone. Juste suffisant pour que Hassen ait à se détendre afin de capter la balle molle (37e). Dans la foulée, après le carton jaune du 27 du TFC, c’était celui de la Berri, Traoré, qui s’en prenait un. Une certaine logique des chiffres et des nombres.

Un bandage et une entaille pour Etchevaria.

Le premier corner, alors que s’annonçait une fin de première la mi-temps flemmarde, était pour Châteauroux. Il ne donnait rien. Le deuxième, quasiment à la suite, voyait le local Sangatte prendre un carton jaune, et le visiteur Etchevaria une entaille sur le crâne. Ce qui fait que, à la pause, y avait comme un manque d’actions, d’une part, et de but, surtout.
La deuxième période avait des allures de copie conforme à la première. On notait bien quelques velléités offensives du côté castelroussin mais, entre hors jeu et coups de pied trop long ou trop court, c’était toujours un peu la misère côté opportunité de marquer. L’heure de jeu dépassé et deuxième tir cadré. Le deuxième était, comme le premier, tourangeau. Cela faisait vraiment peu et pas de quoi s’enthousiasmer, s’enflammer, s’égosiller, se métamorphoser en supporter lambda quoi. Dans les gradins de Gaston-Petit c’était match d’hiver avant l’heure.

But de la Berri sur une Arconada

Une victoire et un selfie … Un !

À un quart d’heure du coup de sifflet final, ce n’est pas qu’on s’ennuyait vraiment mais peu s’en faut. Toujours cette incapacité à scorer. Toujours cette intolérance à l’attaque franche. Toujours cette inconsistance dans la continuité du mouvement. Ce n’était pas de la mauvaise volonté. La preuve, La Berri alignait quatre attaquants … et cela permettait à la rencontre de sortir de sa torpeur ambiante.

Finalement c’était sur une cagade de Kacou qui allait complètement réveiller le stade. Une véritable Arconada. Une frappe pas plus forte que ça du défenseur Samnick ripait sur le gant gauche du portier tourangeau et comme, pour la première fois, le tir était cadré ça faisait petit filet … mais à l’intérieur de la cage (83e). A l’issue des quatre minutes de jeu additionnel, une sueur froide et deux ratés des avants tourangeaux, une bouffée de chaleur et deux contres de Châteauroux, l’arbitre central renvoyait tout son petit monde du ballon rond aux vestiaires.

Jean-Luc Vasseur Désolé…

Un but, c’était bien suffisant pour enfoncer un peu plus le TFC dans les tréfonds du classement tandis que, pour Châteauroux, on poursuivait la série en cours de six matches sans défaites, coupe de France inclus. Un succès qui avait le mérite de faire débuter le speech de fin de la rencontre du coach berrichon par un « Désolé » cher à son vice-président Michel Denisot suivi par le constat d’un « match indigeste… l’écart entre le match d’Ajaccio et là, c’est que nous sommes en difficulté quand nous devons faire le jeu. » et de préciser que, après les 80 minutes avait assisté à « un bon match de DH ! ».

Fabrice Simoes.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail