La tournée de la Marine a fait escale à Romorantin

Seul arrêt de Marine Le Pen en région Centre-Val de Loire, le déjeuner-débat de ce samedi, à Romorantin, dans la capitale de la Sologne, a réuni le ban et l’arrière ban des soutiens et adhérents frontistes de la région. 450 personnes avaient pris place autour des tables pour écouter la bonne parole.

« Tournée Marine » en haut de la page d’invitation au déjeuner-débat de ce dernier samedi, à Romorantin et « En avant pour un nouveau front » en titre du spectacle. À la manière des Stars des années 80, à l’instar de Jamel Debbouze et son « Maintenant ou Jamel », ou comme M’bala M’bala au théâtre de La Main d’Or. L’été, les tournées font les bordures, surtout les plages, là où l’on retrouve le petit peuple des congés payés. L’hiver, c’est à l’intérieur que le show must go on. En Sologne, en cette fin d’automne grise, on a donc planqué les serviettes de bain au fond des tiroirs et sorti les fausses fourrures, les costumes-cravattes et tutti quanti pour recevoir Marine et son nouvel état majeur major version expurgé d’après l’été. Une tournée dite de « refondation » après l’éviction de Florian Philippot. Une tournée pour une grande réflexion après les victoires de beaucoup avant et les échecs conjugués de beaucoup moins loin, aux législatives et aux présidentielles.

En terrain conquis au nom de la liberté d’expression

La venue de Marine à Romo, seule étape en Centre-Val de Loire, de la chef(fe) du FN avant le congrès du parti frontiste en mars prochain, c’est comme la série de BD de Delahaye et Marlier, Martine, dans les années soixante. Si ce week-end on avait droit à Marine à Romorantin, une circonscription où c’est un ancien du FN jeunesse, Guillaume Peltier, qui a remporté le siège de député, en début de mois c’était Marine à Frontenay-Tresigny (77), là où le candidat FN au législative avait échoué à une grosse cinquantaine de voix pour aller au deuxième tour. Un tour des popotes où on sait où l’on va en quelque sorte. Comme pour une série de Zénith quoi mais façon maison de la culture !

Le Parti communiste local avait, à l’annonce de cette programmation dans les locaux de l’ancienne manufacture drapière Normant, « un lieu du patrimoine et de la mémoire ouvrière locale, théâtre de productions innovantes, dépositaire de la sueur, des luttes syndicales et des résistances de nos ancêtres » ; crié haro sur le baudet et déclaré « ne pas comprendre que la municipalité lui offre ainsi une tribune dans un lieu du patrimoine et de la mémoire ouvrière locale ». Une manière de dire que Jeanny Lorgeoux, maire de Romorantin, avait ouvert les portes gracieusement et soulevé le couvercle de la boîte de Pandore pour faire un coup. Ce à quoi l’élu solognot, ex-PS mais En Marche ! dans sa tête depuis de nombreuses années, avait répondu, dans les colonnes de la NR 41, à la manière de Voltaire et son « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire » par un « En République, la défense de la liberté ne se divise pas. Elle s’applique à tous. Même à ceux que nous combattons politiquement sans concession ». C’est beau, mais c’est con… surtout envers un parti qui entend se servir des avantages et des défauts de la démocratie, et de sa déclinaison pyramidale, pour s’installer aux commandes de l’état et lui donner une apparente verticalité politique. C’est d’ailleurs pour se fournir ces capacités de gouvernance que le congrès du printemps prochain a besoin de fixer sa propre ligne directrice. Et de poser des questions à ses militants, ses fans, ses supporters, ses amis, ses fidèles et ses financeurs, qui sont bien souvent les mêmes.

Le contre-déjeuner-débat n’a pas séduit

Même si les manifs contre le FN ne sont plus ce qu’elles étaient, le FN est devenu un parti comme les autres paraît-il, sur les réseaux sociaux frontistes on s’attendait cependant à une petite confrontation avec un éventuel contre-déjeuner-débat et puis voilà… une douzaine d’opposants, deux petites pancartes, pas de drapeau rouge dans le ciel solognot. Pas de quoi énerver le service d’ordre. Même la manif avait des allures un peu tchip. Les quelques forces de l’ordre sur place, chien inclus, ça faisait genre mais pas plus. Jeanny Lorgeoux était aussi passé voir les anti-Marine. Un petit bonjour, à l’extérieur de la salle, pour bien marquer que s’il avait loué les locaux c’était presque à l’insu de son plein grée et pour défendre le droit d’exister.

Une petite attente au son de l’accordéon, histoire de rappeler que le piano à bretelle c’est tellement Français, et entre deux coups de fourchettes et un verre de rosé – le rouge ça ne passe décidément pas – Marine a pu prononcer ses phrases fortes, ses mots d’hier pour sa société de demain, celles et ceux qui donnent de l’espoir à certains et des envies de gerber à d’autres. Des trucs sur les « islamo-Troskystes » de la France insoumise, sur l’islamophobie ambiante, sur tout ce que le petit peuple en bleu marine rassemblé voulait entendre. Comme un Franck Michael avec son public choisi…

Fabrice Simoes.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Cette diatribe nauseabonde me fait penser que la haine n’est vraiment pas du côté on vous voudriez la placer…

  2. Je n’ai jamais lu un article aussi déplorable, débordant de haine, et méprisant à l’égard des personnes qui se déplacent pour écouter Marine.Ce journaliste déverse son fiel au visage des gens qu’il nomme “le petit peuple “à plusieurs reprises

  3. On n’a bien compris depuis l’entre deux tours des élections présidentielles, que La Marine coule mais ne flotte pas.

  4. mais non Ralbol(iot?), A Chass(i)er, le plumitif de service sert la soupe: Lepen c’est du cuir de rhinocéros, et ça aime bien que les journaleux lui grattent le dos et eux se prêtent au jeu comme ça tout leur petit monde est satisfait, chacun à sa place et on ne parle pas d’autres événements qui eux méritent une analyse journalistique conséquente mais qui risqueraient de froisser l’égo des décideurs de tous poils, donc de les fâcher ce qui serait for fâcheux pour la “bonne” presse. ,.

  5. Un article d’un militant anti/fn ou bien celui d’un journaliste ?
    C’est tellement caricatural que s’en devient comique. Il faut quand même faire fort pour nous mettre M’bala M’bala (Dieudonné) sur une visite de Marine à Romo .
    Et puis quoi vous avez un problème avec l’accordéon ? Trop Français ?
    Bref pathétique

Comments are closed.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail