Les nouvelles Métropoles (Orléans et Tours…) privées par le gouvernement de dix millions d’euros promis

Deux poids deux mesures: les sept nouvelles métropoles, dont Orléans et Tours, seront privées des dix millions d’euros supplémentaires prévues pour chacune, alors que les “anciennes” (Lyon, Marseille…) en bénéficieront en 2018.

C’était pourtant une promesse de l’ancien gouvernement mais qui n’a pas été tenue dans la loi de finance 2018 par celui d’Edouard Philippe. Dans la nuit du 14 au 15 novembre dernier, la députée (Nouvelle gauche) du Puy-de-Dôme, Christine Pires Beaune (PS) avait proposé un amendement pour que cette dotation soit rétablie. Celui-ci a été repoussé par le gouvernement. Aucune des sept nouvelles métropoles, Clermont-Ferrand, Dijon, Orléans, Toulon, Saint-Etienne, Metz et Tours ne bénéficieront de ces dix millions promis.

Ce qui fait dire au maire (PS) de Clermont-Ferrand et président d’Auvergne-métropole, Olivier Bianchi “le Ministre de l’Intérieur vient d’inventer les Métropoles à deux vitesses.” Outre le manque à gagner de 10 millions d’euros, Olivier Bianchi

A Tours, comme à Orléans, c’était une promesse de François Baylet, ici avec Philippe  Briand le président de Tours métropole.

dénonce “une décision incompréhensible qui pénalise les territoires“. A Tours, Sophie Auconnie députée d’Indre-et-Loire et conseillère municipale estime de la même façon que cette mesure est  “une façon brutale de faire des économie sur le dos des collectivités locales”. 

Si cette coupe budgétaire est confirmée, des grands projets métropolitains comme à Orléans Interive ou CoMet risquent de souffrir de ces réductions budgétaires ou d’être retardés. Ce qui n’est pas l’avis d’Olivier Carré (lire par alleurs). 

Pour l’instant les parlementaires orléanais n’ont pas réagi. Il est question que le groupe Nouvelle gauche de l’Assemblée nationale saisisse le Conseil constitutionnelle pour traitement inéquitable des nouvelles métropoles. Une nouvelle recette en moins pour les grandes villes, voilà qui va mettre encore plus d’ambiance au Congrès des maires qui s’annnonce.

Ch.B

Olivier Carré: “ces sommes n’ont jamais été inscrites”

Pour le président d’Orléans métropole, Oliver Carré, interrogé sur cette absence de dotation “spéciale métropole”, ces 70 millions (pour les sept ) ne sont pas un véritable handicap car ils “devaient couvrir des appels à projets qui n’ont pas eu lieu. Ces sommes n’ont jamais été inscrites. Maintenant il faut que l’Etat notamment pour les capitales régionales, utilise bien cet outil -la métropole- pour mailler le territoire de projets performantes et éviter ainsi qu’il y ait deux types de métropoles: celles comme Lyon qui bénéficient de soutiens à des projets innovants, et les nouvelles métropoles à qui ont ne demanderait pas de jouer ce rôle malgré ce qu’en attend la loi. Orléans est prête à y prendre toute sa part comme nous le faisons avec les communautés scientifiques et économiques dans de nombreux domaines. Nous voulons être des accélérateurs de réussite et nous pouvons l’être. L’Etat doit mise sur nous”.

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. On constate chaque jour un peu plus que la parole de l’Etat n’a pas de valeur. Combien de fois Orléans et maintenant sa Métropole en ont-elles été victimes ?
    Les électeurs sont peut-être aussi responsables de cette incertitude juridique et financière. Un changement de majorité entraîne souvent des conséquences inattendues pour les projets des collectivités. En même temps, c’est souvent la sanction d’une mauvaise gestion antérieure et des dérives.
    Pour les élus des collectivités locales, le message est clair. Il ne faut pas tirer des plans sur la “Comet”. Le temps n’est plus aux investissements pharaoniques.

  2. Lorsque le gouvernement supprime d’un côté pour compenser de l’autre, et que les MERDIA disent que c’est l’Etat qui va compenser, ils oublient de préciser que l’Etat ce sont les CONTRIBUABLES qui vont encore payer !! Il faut abroger la loi NOTRe qui amène à cette situation défavorable aux maires et aux départements. Les élus, qui le sont grâce à nous, devraient y réfléchir et le rappeler à Mr MACRON au congrès des maires.

  3. Le Maire D’Orléans a bien doublé ses indemnités d’élu au titre qu’il ne représentait pas sa candidature à la députation. On peut pleurer sur les finances tout en étant près des caisses et changer de bannière comme de linge de corps.

  4. Carré, fidèle à ses habitudes, défends les métropoles qui ont été oubliées, enfin, surtout la sienne.
    Après cela, on va nous faire croire qu’il travaille pour l’équilibre de cette région…

Comments are closed.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail