“instal toi doc” : un site régional pour “draguer” les médecins

La danse du ventre continue: après les aides sonnantes et trébuchantes, la construction de Maisons de santé et un nouveau zonage de territoires prioritaires, la région Centre-Val de Loire, lanterne rouge en France en matière de densité médicale, vient de lancer un portail web de “rencontres” entre les médecins et la région,  “instal toi doc” (www.instaltoidoc-centrevaldeloire.fr)

Les chiffres sont têtus : dans les six départements de la région, la moyenne de médecins (généralistes et spécialistes) est de 138 praticiens pour 100.000 habitants alors qu’elle est en moyenne sur toute la France de 173. Chiffres donnés par le directeur de l’Assurance maladie de la région et du Loiret. Là dessus, 14 % des médecins de la région ont plus de 65 ans, avec les difficultés que l’on sait pour leur trouver un successeur lorsqu’ils vont cesser leur activité.

Les vertus de la crise

La directrice de l’ARS avec François Bonneau.

Optimiste, François Bonneau, le président de Région qui a présenté mardi ce portail avec l’ARS, l’Asssurance maladie et les médecins, a estimé, “je crois aux vertus de la crise, elle mobilise des acteurs de la santé et nous sommes en train d’inventer des solutions nouvelles”. Ce portail Internet en est une, il est le premier en France. Du marketing territorial à destination des candidats à l’installation, comme le font les Comité régionaux de tourisme pour attirer le chaland ou les organismes économiques comme Dev’up pour draguer les entreprises. Cette initiative sur la toile qui a coûté environ 20 000€ financés par la région, s’inscrit dans la dynamique de “l’arrêté zonage”, signé le 13 novembre dernier par la ministre de la Santé Agnès Buzyn. 

Preuve supplémentaire que la région est sinistrée mais veut se soigner: la part de la population résidant dans des zones d’intervention prioritaire est au taux le plus élevé, 39 % alors que la moyenne en France est de 18 %. En région Centre-Val de Loire il était auparavant de 14 % (de la population), il est par exemple en Pays de la Loire de 18 %, en Bretagne de 22 % et en Île-de-France de 36,7 %.

50.000€ d’aide à l’installation sur cinq ans 

Dans ces zones, souvent en territoires ruraux, les candidats à l’installation bénéficient du maximum d’avantages, comme ces 50.000€ d’aide à l’installation pour un engagement sur cinq ans et de primes supplémentaires de 1.230 € pour des “piges” à l’hôpital.  Des primes sont également versées aux médecins qui se trouvent un successeur. Aujourd’hui en région, selon le président du conseil de l’Ordre, exercent 8.921 médecins, toutes spécialités confondues dont 1.940 médecins “retraités” dont 5 à 10 % continuent à travailler. 

Ce portail met bien sûr en valeur les atouts de la région, l’art de vivre, les châteaux, la nature… Mais c’est surtout un poste d’aiguillage vers les sites et les adresses qui permettent au candidat  à l’installation, remplaçant, étudiant, de s’y retrouver dans la jungle administrative. Pour le docteur Alice Perrain (Union régionale des professions de santé) qui exerce près d’Amboise, “Il faut que les médecins sachent à qui s’adresser”. Dans chaque bassin de vie existe des communautés professionnelles territoriales de santé qui facilitent l’organisation des urgences, des tours de garde, les relations avec le centre hospitalier…

Continuer de construire des Maisons de santé

C’est aussi une des priorités de l’ARS (Agencce Régionale de Santé), comme l’explique sa directrice Anne Bouygard , “L’amélioration de l’accès aux soins suppose des coordinations et articulations renforcées entre les professionnels”. Cela passe aussi par la télémédecine et des services numériques et la poursuite du développement des Maisons de santé pluriprofessionelles, “qui sont plébiscitées par les jeunes médecins”. 

Un petit tour sur le site Internet, particulièrement performant si l’on en croit le professeur Buchler, enseignant au CHU de Tours, permet de découvrir des “‘petites annonces” ainsi libellées, dans le Loiret on recherche “deux médecins généralistes au sein du Centre de santé municipal de Chalette sur Loing “ ou encore “un gynécologue-obstétricien libéral à temps plein au sein de la maison de santé pluridisciplinaire de Bonny-sur-Loire”...

Pour autant il n’y aura pas de miracle : malgré ces remèdes homéopathiques, tant que la liberté d’installation ne sera pas revue et corrigée, le seul traitement de cheval, “la situation sera difficile au moins jusqu’en 2025“, prévoit Anne Bouygard.

Ch.B. 

www.instaltoidoc-centrevaldeloire.fr






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail