L’ancien patron des services du Loiret renvoyé devant le tribunal correctionnel

Selon France bleu Orléans, Thierry-Yves Lidolff, l’ancien DGS (Directeur Général des Services) du conseil général du Loiret de 1995 à 2012, sera jugé au printemps prochain en correctionnelle pour “harcèlement moral” vis-à-vis de deux anciens cadres.

Thierry-Yves Lidolff, à droite avec Eric Doliigé. @France3.

Il s’agit de deux DGA (adjoints) qui avaient porté plainte contre le comportement autoritaire pour ne pas dire plus de Thierry-Yves Lidolff accusé de “harcèlement moral” et surnommé “Adolf” par son entourage professionnel à Nice. Les plaintes de deux anciens directeurs adjoints du Loiret Georges Dubrez, et Pierre-Antoine Ragueneau ce dernier chargé de la communication et qui traduisaient le ras le bol de tout le personnel du département, avaient abouti à une mise en examen de leur directeur.

Longtemps soutenu par l’ancien président du conseil départemental Eric Doligé, patron l’UMP puis de LR sur le Loiret, Thierry-Yves Lidolf  qui menait grand train à Orléans, avait été exfiltré vers les Hauts-de-Seine où il s’était ensuite illustré pour avoir luxueusement meublé son bureau sur les deniers du département avant d’être “viré” par Patrick Devedjian, le président.

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Il convient sans aucun doute de juger l’acte de l’homme (et non l’homme).
    Il serait également judicieux, de mon point-de-vue, d’examiner le Système qui permet l’acte (pour le réformer) et celles et ceux qui soutiennent (pour éviter que l’erreur se reproduise).

    • c’est quoi ce commentaire? il faut juger ,point ! cet homme est responsable de ses actes, on le dit assez aux “jeunes” délinquant: le système n’explique pas tout, et certainement pas à des postes comme celui-là.Quand à ceux qui l’ont soutenu, ils devraient aussi être jugés et punis!

    • C’est normalement le principe même de la justice que de juger l’acte et non l’homme. Pour l’homme, il y a éventuellement une puissance supérieure (si l’on y croit) ou la médecine si un traitement est nécessaire ou sa propre conscience.
      Il serait aussi juste en effet que le système qui a permis l’acte soit examiné et réformé tout comme ceux qui ont soutenu ou couvert l’acte dont le nom du principal est cité dans l’article.

      Il aura fallu du temps en tout cas pour que la justice passe. Bravo à ceux qui ont eu le courage de porter plainte de s’être obstinés. Il y a souvent une chape de plomb qui s’abat sur les actes de harcèlement moral, surtout dans la fonction publique, et il est heureux que dans ce cas précis le silence puisse être rompu.

Comments are closed.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail