Jeanne d’Arc: toile et toiles

Qui a osé dire que le culte à Jeanne d’Arc était ringard ? Lorsqu’elle a pris le témoin des mains de Marie-Christine Chantegrelet il y a deux ans, des mécréants ont osé qualifier la nouvelle présidente d’Orléans Jeanne d’Arc, l’association qui organise les fêtes, de « réactionnaire » et « traditionaliste ».  Aujourd’hui Bénédicte Baranger rappelle qu’à l’époque au contraire elle avait affirmé qu’elle voulait « dépoussiérer Jeanne d’Arc ». Et elle le prouve. Désormais la jeune fille qui figurera Jeanne en 2018 se recrute sur internet via Facebook.  La déclaration de candidature est téléchargeable à partir du site Orléans Jeanne d’Arc.  Quel progrès !

Jeanne 2017 et Bénédicte Baranger.

Dans l’ancien monde, avant qu’Emmanuel Macron ne préside les fêtes 2016, le recrutement de la Jeanne se faisait une année dans les lycées privés de la cité johannique et l’année suivante en alternance dans les lycées publics. Elle devait, de toutes façons être de religion catholique, et avoir reçu les sacrements de base. Ses parents devaient être vierges de tout mandat électif pour éviter le mélange des …genres.  Un cahier des charges qui ne change pas sur FB, elle doit s’engager aussi à faire le pèlerinage à Domrémy, Vaucouleurs, Reims…Mais pas virtuellement, en vrai, en chair (e) et en os, pèlerinage qui se termine à Rouen,  mais sans le bûcher.

Des selfies obligés durant un an

Ce n’est pas dit dans le formulaire de candidature mais on imagine que la jeune fille devra ensuite alimenter sa page FB avec photos, selfies et autres récits épiques de son année johannique comme n’importe quelle miss France. Pour  une jeune femme qui défile le 8 mai devant plusieurs centaines de milliers de personnes sur un cheval, il n’y a pas de contradiction à faire de l’exhibitionnisme sur FB. Une discipline déjà pratiquée par des millions d’internautes lambda qui racontent sans pudeur entre deux photos de chats pomponnés comment ils se sont levés du pied gauche avec des brûlures d’estomac, pourquoi  ils ont kiffé l’émission de Patrick Sébastien samedi dernier ou quel est l’état de leurs réflexions sur la PMA. A l’heure où les toubibs en fuite vers la côte d’Azur se font draguer par internet sur un site financé par la Région et l’ARS, plus rien n’étonne sur notre dépendance au numérique.

Dans l’ancien temps, très lointain chaque année la « banlieue rouge » de Saint-Jean-de-la-Ruelle organisait des contre-fête de jeanne d’Arc le 7 mai au soir. Avec en vedette des humoristes qui se lâchaient grave. Dans une interview à des médias locaux, le regretté Pierre Desprogres avait ainsi persiflé qu’à force de ne pas s’en servir, Jeanne la pucelle devait avoir des toiles d’araignée sur un lieu de son anatomie que le politiquement correct interdit de nommer de nos jours.  En 2018, Jeanne d’Arc et la toile c’est au contraire devenu correct, et même nouveau monde.

Ch.B

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Toile et toiles. Et pourquoi pas étoiles ? Que sont devenues les Jeanne des 10/15 dernières années ? Etudes suivies, métiers exercés, situation de famille, engagements sociaux ? Au travail MagCentre !

  2. Amusant que les parents de la pucelle doivent également être …vierges (de tout mandat politique cependant).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail