En Centre-Val de Loire, les touristes viennent pour le patrimoine, peu pour la restauration

Mis à jour le 29/11/2017 à 12h30.

Les résultats d’une enquête de qualité et compétitivité révèlent que l’attractivité touristique de la région Centre-Val de Loire réside sans conteste dans son patrimoine historique. L’accueil du personnel dans ses différents sites, ainsi que celui des offices de tourisme est également souligné. En revanche il existe des marges de progression en matière de restauration, et… d’animation de la vie nocturne.

(c) F.Sabourin.

Lors des rencontres régionales du tourisme, le 28 novembre à Orléans, Emmanuel Meunier, directeur général de TCI Research France a livré les résultats d’une grande enquête auprès de 1300 personnes venues en touriste dans la région Centre-Val de Loire. Interrogés après leurs séjours à l’aide de 60 critères allant de l’expérience globale à l’environnement en passant par l’hébergement, la restauration, les transports, les activités culturelles et de loisirs ou encore le patrimoine historique, les personnes venant faire du tourisme dans la région cherchent à « vivre une expérience de qualité », selon Emmanuel Meunier.
Une qualité que tous s’accordent à trouver dans la richesse du patrimoine. « Les gens viennent ici voir ce qu’ils ne verront pas ailleurs : le patrimoine, concentré dans le Val de Loire », ajoute-t-il. C’est même, pour 22,9 % d’entre eux, la principale raison du choix de destination. La renommée et la réputation favorable des sites patrimoniaux et l’envie de les découvrir est un troisième facteur clé de choix (le second étant le critère de proximité géographique).

Des marges de progression

Les résultats de cette enquête utilisent le système de comparaison à des normes de références. Mise en concurrence avec les autres régions touristiques de France, la région Centre-Val de Loire, aux yeux des visiteurs, est directement concurrentielle avec la Bretagne, la Normandie, la Bourgogne, le Périgord, la Dordogne, l’Alsace. Les séjours à dominante littorale ou montagnarde ont volontairement été mis de côté dans l’étude pour ne pas fausser les résultats.

La satisfaction des visiteurs est fortement influencée par la qualité (ou non) de l’accueil de la population locale, le sentiment de sécurité, la qualité de l’hébergement. Sur ce dernier point, la région Centre-Val de Loire ne se classe pas très bien : en retrait de 20 points en comparaison de la norme France, elle est loin derrière la première région française retenue pour la qualité de ses hébergements : la Nouvelle-Aquitaine. En revanche, l’accueil du personnel est jugé, lui, favorable. Résultat : le rapport qualité-prix est estimé tout juste correct. La région peut donc espérer progresser en la matière.

Vie nocturne… soporifique

Après le vélo, les folles nuits en région Centre-Val de Loire ?

On note tout de même des sources « d’insatisfaction » de la part des touristes venant dans la région : la restauration. Sans grande surprise, la région est dominée par la Bourgogne-Franche Comté sur le sujet (entre autres), tant sur la qualité que sur la diversité de la cuisine offerte aux visiteurs. « Il manque ici des plats typiques, reconnaissables et identifiés par les visiteurs ». On est loin en effet du confit de canard de la Nouvelle-Aquitaine ou des richesses culinaires franc-comtoises…

Enfin, là où la région Centre-Val de Loire pourrait faire de sensibles progrès, selon les touristes de la génération « milléniums » (ceux nés aux alentours et depuis l’an 2000) c’est sur la vie nocturne. « Les visiteurs pointent un réel manque de vie nocturne, une forte demande de ce type de touristes, très connectés et aux références mondialisées. Les milléniums sont en attente d’expériences, de show, de quelque chose à raconter via les réseaux sociaux ». Qui sait si dans les deux métropoles que compte désormais la région – Orléans et Tours – ce petit manque ne pourrait pas se combler, grâce à l’énorme, festive et “chaude ambiance” de ces deux villes qui font tant rêver… Non ?

F.Sabourin.

Diversifier les contenus : un moyen pour faire revenir les gens ?

Stéphanie Landais, directrice de l’office de tourisme de Dreux (Eure-et-Loir) et Marc Métay, directeur général adjoint du Château d’Amboise, ont participé à cette rencontre régionale du tourisme, à Orléans le 28 novembre. Selon eux, pour fidéliser la clientèle touristique attirée par les richesses patrimoniales du Val de Loire, il faut « diversifier l’offre et les contenus ». « Les gens aiment découvrir les coulisses de l’histoire », explique Marc Métay, « l’importance des seconds rôles. Ils attendent aussi des visites familiales, et le renouvellement des thèmes de visites. Nous avons créé justement une visite sur ces coulisses de l’histoire du château d’Amboise, en jouant sur la frustration, avec seulement 3.000 places possibles par an ». Ou comment détourner Secrets d’histoire de l’incontournable Stéphane Bern à son profit…

Côté qualité d’hébergements, à Dreux – territoire en apparence peu attractif mais en apparence car c’est une campagne à « seulement » une soixantaine de kilomètres de l’ouest parisien – on mise sur la labellisation des hébergements, justement. « Nous misons aussi sur une démarche qualité pour mieux mesurer la satisfaction et attirer les touristes en attentes de campagne », précise Stéphanie Landais.

 « La poularde 1550 » : plat emblématique ?

Selon le directeur de l’office de tourisme de Blois-Chambord David Hameau, « on avait quand même identifié un plat typique, au moins pour le territoire, avec la création de la poularde 1550. L’opération Deux fois plus de goût sur le territoire de Blois-Chambord l’intègre d’ailleurs. Après, c’est vrai que nous ne sommes pas un pôle très urbanisé, l’originalité est plus faible qu’ailleurs », explique ce Toulousain d’origine qui connaît bien le cassoulet… et n’en fait pas tout un plat. Concernant les autres résultats de l’enquête, il s’estime « pas surpris sur la qualité des accueils : on y travaille ! Mais je suis agréablement surpris que cela ait été mentionné, habituellement c’est plutôt irrationnel. C’est un travail de fond avec les équipes. Ça montre aussi que malgré le numérique, qui demeurent des outils, rien ne remplace le contact direct dans nos offices de tourisme ». Sur le transport, David Hameau va plus loin : « on n’est pas encore au point entre la gare de Blois-Chambord et les châteaux : problèmes de fréquence des bus, de compatibilité entre les horaires. Sur le sujet, nous avons une marge de progression pour les touristes qui viennent en train, pour les week-ends par exemple. La Région et l’agglo ont leur mot à dire sur le sujet, nous devons travailler cela ensemble ». Aujourd’hui existe aussi – c’est encore peu connu – la possibilité de louer, avec la société Rent-a-car, un véhicule pour un forfait de 150 km et 30 € la journée (au rond-point Médicis à Blois).

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Le vélo , le vélo . Cela fera exactement 20 ans , en mars 2018 , que la Région Centre a inauguré son premier tronçon de Loire à vélo de St Benoit sur Loire à Germigny des Près ; mais , cet anniversaire , visiblement , ne sera pas ” célébré ” . A quoi bon ? C ‘ est tellement vrai que ce projet , cette Loire à vélo , est tombée du ciel .Et , de plus , personne , oui personne , n’en fut à l ‘ origine . Passons , n ‘ est – ce pas ?

  2. Merci pour cet article, et il est clair que si les pouvoirs publics, en particulier sur Orléans, n’ont pas d’autre bonne idée que de fermer des établissements pourtant porteurs de belles propositions nocturnes, dans de très beaux lieux, pouvant favorablement impressionner un certain nombre de touristes (je pense au Club 15 en particulier), ben on n’est pas sorti de l’auberge et on l’est pas près d’améliorer la situation !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail