Châteauroux : une manifestation contre l’éventuelle fermeture de l’antenne universitaire

L’université envisage de fermer partiellement ou complètement plusieurs filières du CES de Châteauroux. À l’appel de L’UNEF et de l’AEFC, une centaine d’étudiants se sont réunis en assemblée générale le lundi 27 novembre pour décider des actions à mener. Ils ont réagi dans un communiqué :

“En raison d’un déficit budgétaire, en partie dû à un sous financement chronique par le ministère, l’université d’Orléans prévoit de réduire l’offre de formation sur les antennes universitaires. Si ce projet de fermeture reste flou sur Châteauroux, ont été évoquées les possibilités de fermeture des 3e années de licence Droit, Eco-Gestion, LEA et Histoire, ou alors des fermetures complètes de certaines licences.

Depuis plusieurs semaines, les étudiants se mobilisent, interpellant les élus locaux et les représentants de l’université, travaillant avec les syndicats professionnels, et appelant à la signature d’une pétition ayant déjà réuni plus de 1400 signatures. Le 27 novembre, l’assemblée générale organisée au CES, qui a regroupé plus de 100 personnes, étudiants du CES et certains professeur·e·s, soucieux·ce de l’avenir de l’antenne de Châteauroux, a permis de les informer de l’avancée du projet de l’université, et de débattre ensemble des actions à mener en faveur du maintien des filières. Suite à ce débat, l’assemblée générale a voté en faveur d’une manifestation mercredi 29 novembre après-midi au CES. Cette date coïncide avec un conseil d’administration de
l’ADESI (Association pour le Développement de l’Enseignement Supérieur dans l’Indre), auquel sera présent l’un des vice-présidents de l’université d’Orléans. Un autre projet sera mis en œuvre le même jour, à savoir le port de brassards noirs pour les étudiants qui ne pourraient pas assister à la manifestation pour cause de partiels”.

Leurs revendications, sont : “Le maintien des licences complètes sur le CES de Châteauroux, comme sur l’ensemble des antennes universitaires concernées. Un financement par l’État de l’université d’Orléans à hauteur de ses besoins. L’augmentation du budget de l’enseignement supérieur à hauteur de 2 milliards par an, comme préconisé par le Conseil National de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche“.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail