David Simonnet (LREM-Loiret) après le rejet de son recours: “je poursuis le combat politique”

David Simonet, le candidat d’En Marche aux législatives sur la 5 ème du Loiret, auteur d’un recours devant le Conseil constitutionnel après avoir été battu de 88 voix par Marianne Dubois, a du mal à comprendre la décision des Sages, tout en s’inclinant. Celui-ci a en effet admis qu’il y a eu des « irrégularités » « regrettables » au regard du Code électoral, “dont de la propagande pendant la période du silence républicain, l’arrachage ou l’absence d’affiches sur les panneaux officiels ou la diffusion d’un tract diffamatoire, celles-ci ne sont pas suffisantes pour remettre en question le résultat de l’élection.”

Les candidats de la République en Marche, David Simonnet et sa supplante Fabienne Leproux.

 David Simonet prend acte  “dans le respect de l’État de droit tout en regrettant que de telles pratiques aient pu être reconnues et non sanctionnées par le Juge suprême au nom des plus de 14 000 électeurs qui m’ont apporté leur soutien et leur confiance. Je veux donc une nouvelle fois les remercier très chaleureusement et leur dire que je reste à leur côté, ancré dans la dynamique nationale de réforme que les élections présidentielles et législatives ont fait naître.

La démarche contentieuse qui a suivi mon échec à 88 voix ne s’inscrivait pas dans un esprit polémique et partisan, mais dans une démarche éthique consistant à dénoncer des pratiques d’un autre temps constatées pendant la campagne. Cette démarche éthique est dans le même esprit que celui qui a conduit les députés de La République en marche à mettre en place de nouvelles règles pour l’Assemblée Nationale tendant par exemple à interdire définitivement à ce que les indemnités de frais de mandat, des fonds publics, ne servent plus à se constituer un patrimoine personnel, comme ce fut si souvent le cas, et plus particulièrement dans notre circonscription.

Cette décision du Conseil Constitutionnel n’entache en rien ma détermination à poursuivre le combat politique pour l’intérêt général, et plus particulièrement, celui des citoyens de la 5ème circonscription, notamment pour l’attractivité économique de notre territoire et c’est en ce sens que je revendique la pratique d’un débat d’idées systématiquement fui par mon adversaire durant la campagne…”

  

http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/les-decisions/acces-par-date/decisions-depuis-1959/2017/2017-5102-an/decision-n-2017-5102-an-du-8-decembre-2017.150364.html






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail