Une pétition pour un Centre Hospitalier Universitaire à Orléans

 
 Ca bouge en pleine crise médicale à Orléans. Après la publication du nouveau zonage qui a fait bondir les maires d’Orléans et de Saint-Jean-de-la-Ruelle, des citoyens se mobilisent pour que cesse cette anomalie: Orléans la seule capitale régionale à ne pas avoir de CHU. Ainsi, le collectif CitLab, animé par Philippe Rabier vient de lancer une pétition pour que le CHR d’Orléans devienne CHU (Centre hospitalier Universitaire).  La pétition lancée sur le site www.citoyen-orleans-metropole.fr

“Il faut ajouter un U au nouvel hôpital d’Orléans (NHO) pour qu’il devienne le Nouvel Hôpital Universitaire d’Orléans (NHUO), La pénurie de médecins et en particulier de Médecins Généralistes, assurant les soins de premiers recours, touche sévèrement le Loiret. Ainsi, 273 communes viennent d’être déclarées zones prioritaires dans le Loiret. Selon les critères désormais en vigueur, compte tenu du nombre de Généralistes exerçant sur leur territoire, la population de ces communes loirétaines bénéficie de moins de 2,5 consultations par an et par personne. Le dernier atlas de la démographie médicale publié par l’Ordre National des médecins relève qu’au premier janvier 2017, pour une population bien inférieure à celle du Loiret, 2950 médecins (33% des médecins de la région Centre-Val de Loire) sont inscrits en Indre et Loire et uniquement 2138 (24%) dans le Loiret. Dans le nouveau zonage, concernant la désertification médicale de la Région Centre Val de Loire, l’Agence Régionale de Santé (ARS) confirme que « le département d’Indre et Loire est le département où la démographie médicale est la plus favorable, en raison de la proximité avec la faculté de médecine ».
En effet il est démontré qu’une proportion importante de jeunes médecins s’installe à proximité de
leur faculté d’origine ou envisage d’exercer proche d’un centre hospitalier universitaire (CHU).
Depuis la Conférence Santé de février 2016, le numérus clausus, qui fixe le nombre d’étudiants
acceptés en 2ème année de médecine, relève de la responsabilité des doyens des facultés de
médecine. Or, en région Centre Val de Loire, malgré la très inquiétante pénurie confirmée de
médecins, qu’ils soient salariés ou libéraux, le doyen de la faculté de médecine de Tours n’a pas
jugé nécessaire de demander une augmentation du numérus clausus pour sa faculté. Il faut savoir
que le nombre d’étudiants demandé doit être motivé par les besoins du territoire concerné et les
capacités de formation du CHU. On peut donc penser que si le doyen tourangeau n’a pas exigé une
augmentation du nombre d’étudiants en 2 ème année de médecine c’est que les capacités de
formation du CHU de Tours sont arrivées à saturation. Malheureusement, hormis pour l’Indre et
Loire, ce comportement déroutant, voire irresponsable, va encore aggraver dans les années à venir
le déficit de la démographie médicale orléanaise, loirétaine et des quatre autres départements de la
région Centre Val de Loire.
Par ailleurs, force est de constater que :
– l’hôpital d’Orléans-La-Source est le seul Centre Hospitalier Régional (CHR) français non
universitaire ;
– Orléans-Métropole est l’unique métropole dépourvue de CHU ;
– France entière, DOM compris, en dehors d’Orléans, il n’existe pas de capitale régionale sans
CHU.
Au total, il existe 32 CHU et tous les chefs-lieux de régions, toutes les métropoles en possèdent un.
Cette exception orléanaise est un handicap rédhibitoire pour devenir attractif aussi bien pour de
futures installations de médecins, que pour être dans le peloton de tête des nouvelles métropoles.
Elle est essentiellement due à l’opposition historique et réussie de la ville de Tours. Les maires
successifs de Tours, comme les doyens de la faculté de médecine tourangelle, soutenus par la
présidence régionale, ont toujours réussi à faire capoter les projets universitaires orléanais, tout en
laissant croire, afin de gagner du temps, à une possible collaboration ou complémentarité.
Orléans-Métropole possède un magnifique nouvel hôpital (NHO) et dans certains domaines de
remarquables médecins chercheurs. A proximité du NHO existe un campus universitaire digne des
meilleurs sites états-uniens. De nombreux médecins hospitalo-universitaires parisiens voient leur
carrière bloquée compte tenu de leur nombre pléthorique. Il y a là une opportunité à saisir, d’autant
que les amphithéâtres de médecine tourangeaux sont saturés d’étudiants en provenance du Loiret.
Mesdames, Messieurs les élus de la Métropole d’Orléans et du Loiret, le temps est venu de faire
front commun avec les citoyennes et citoyens afin d’ajouter un U au NHO !”
Premiers signataires de la pétition à retrouver sur http://petitionpublique.fr/Default.aspx?pi=NHUO
Jean Paul Briand – médecin généraliste retraité
Philippe RABIER – citoyen
Martine Darchy-Gilliard – Dermatologue à Orléans, membre de l’URPS
Bertrand Hauchecorne – citoyen, élu à Mareau Aux Prés, président de Pays
Christine Bernabeu – citoyenne
Jérôme Beyler – citoyen
Evelyne Richard – citoyenne
Benoît Lonceint – citoyen
Fabienne Léau – pharmacienne à Jargeau
Thierry Mouron – citoyen
Jean Luc Thiébault – citoyen
Benoît Bourges – citoyen
Marie Cugny Seguin – citoyenne
Jean Christophe Bergamino – citoyen
Anne-Marie Moulin – citoyenne élue à Saint Jean de la Ruelle
Thierry Soler – Citoyen, élu départemental
Claudine Lhomme – citoyenne
Jacques Boulnois – citoyen
Chantal Hureau – citoyenne
Jean Pierre Legendre – citoyen
Claire Le-Gouic – citoyenne
Joelle Léwi – citoyenne
Véronique Fenninger – citoyenne
Pierre Montigny – citoyen
Daniella Rabier Fuenzalida – citoyenne
Sandrine Séjourné – citoyenne
Teddy Begue – citoyen
Stéphane Liévin – citoyen
Marjorie Gadenne – citoyenne
Annick Potel – citoyenne
Pierre Potel – citoyen
François Robin – citoyen
Thérèse De la Fournière – citoyenne
Marie Hélène Ferrand – citoyenne
Pierre Ferrand – citoyen
Fabrice Von Borren – citoyen
Armelle Cayuela – citoyenne, responsable association Lyme Sans Frontières
Vincent Ricol – citoyen
Christophe Vasseur – citoyen
Jean François Peyrin – citoyen
Sophie Peyrin – citoyenne
Catherine Morin – citoyenne
Nicolas Desré – citoyen
Yves Prouet – citoyen
Ehad Al Naily – citoyen

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. La pénurie inquiétante de médecins met en péril le bien-vivre et le bien-être des citoyens de notre région.

  2. Cet article n’est qu’un tissus d’inepties.
    Comme si le fait d’accoler un “U” allez faire changer les lignes.
    Les médecins ne veulent pas s’installer dans le Loiret. Point barre.
    Alors, vous pouvez toujours rejeter la faute sur Tours. C’est tellement plus commode et cela évite d’affronter la réalité.
    Orléans, 24ème agglo de France. Une Métropole ? La bonne blague !

    • Il n’est marqué nulle part que c’était “la faute de Tours”; toutes les régions ont au moins deux CHU.

      Et il est hypocrite d’affirmer que le CHU ne résoudra rien; il est évident que la seule présence d’interne sur un territoire améliorerait la situation.

  3. Henri G.
    Une fac de Médecine à Orléans pourquoi pas, mais:
    -le projet doit s’appuyer sur celle de Tours et non pas contre
    – Orléans et Tours sont deux mini métropoles avec de petites universités souvent plus concurrentes que complémentaires,et peu attractives même pour les étudiants qui résident dans la Région
    – Le Loir et Cher département agricole a plus de médecins libéraux pour 1000 hab que le Loiret (0,78 G + 0,64 S = 1,42 et 0,70 G + 0,69 S = 1,39 pour le Loiret), il faut réfléchir aussi sur l’attractivité du territoire

  4. Imposer des règles géographique strictes pour l’installation des médecins reste un tabou, alors que depuis 64 ans cela va de soi pour les pharmaciens. N’oublions pas que les médecins “libéraux” sont rémunérés pas la collectivité via les cotisations sociales, et que leurs études sont financées de même via l’impôt. Est-il impensable qu’en contrepartie on les oblige à s’installer là où ils sont le plus attendus ?

    Cela dit, ces huit années passés en études à l’âge où se construit la vie sociale les incite largement à s’installer autour du “nid”. Pour avoir passé 16 ans à les côtoyer en ville et à l’hôpital, je peux en attester. L’implantation d’un CHU à Orléans – qui n’est pas moins attractive que Tours, voir les données économique – aurait certainement un effet bénéfique.
    J’ai signé la pétition.

Comments are closed.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail