Conférence des territoires : Matignon délocalisé dans le Lot

En ce mercredi 13 décembre, après le Conseil des ministres et la remise du rapport sur le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, accompagné de 13 ministres et de l’ensemble de son cabinet,  Edouard Philippe se délocalisera pour 48 heures dans le Lot, département   rural de 170 000 habitants dans la région Occitanie. « Il m’est apparu qu’il pouvait être utile, non simplement de venir, de participer à une réunion et de repartir, mais de rester un peu sur place et d’en profiter pour discuter, pour rencontrer, pour échanger avec des acteurs de ce département », a expliqué le chef du gouvernement à l’Assemblée nationale.

Au cours de ce déplacement, le Premier ministre présidera à Cahors la deuxième Conférence des territoires du quinquennat. Lancé par le chef de l’Etat alors que la fin du cumul des mandats affaiblit les liens entre la capitale et les élus locaux, ce nouveau rendez-vous semestriel veut donner un cadre au dialogue Etat-collectivités locales. Des représentants des principales associations d’élus seront présents, Association des Maires de France (AMF), Assemblée des Départements de France (ADF) et  associations du bloc communal. Après le clash de septembre au sujet du gel des dotations et de la baisse des emplois publics, les relations avec les Régions de France se sont assouplies et Hervé Morin leur nouveau président (UDI)  participera à cette deuxième session.  Jeudi matin, les échanges se tiendront dans un comité restreint d’une soixantaine de personnes. L’après-midi, ils seront étendus  à 400 personnes dont de nombreux élus du Lot.

Cette seconde conférence sera surtout employée à faire le point sur le pacte financier proposé par l’Etat qui épargne les petites et moyennes communes  et concentre les efforts sur les grandes collectivités. Si les dotations augmentent un peu ce sont les régions, les départements et les grandes villes qui supporteront l’essentiel des 13 milliards d’économies demandées par l’exécutif.  La refonte de la fiscalité locale, le droit à l’expérimentation des collectivités et le statut de l’élu devrait également être abordé

Après un « dîner républicain » mercredi soir à Cahors et un autre jeudi avec  des chefs d’entreprise toujours à Cahors, vendredi,  le Premier ministre abordera l’éducation à Gourdon, la culture à Figeac, le Tourisme à Rocamadour, la réforme de l’Etat à Biars-sur-Céré. Un vrai marathon en forme de tour du Lot.

Sortir le pouvoir de Paris

Cette sortie du pouvoir hors de la capitale est loin d’être une nouveauté. Valéry Giscard d’Estaing avait en son temps mis à la mode la délocalisation en région du Conseil des ministres, en 1993 le gouvernement Balladur avait tenu un conseil interministériel  d’aménagement du territoire à Mende en Lozère, Nicolas Sarkozy avait ensuite délocalisé   des Conseils des ministres. Citons encore les dix jours du ministère du logement « délocalisé » à Lyon par Christine Boutin en 2007 dont le coût (300 000 euros) avait empêché de renouveler l’expérience. Délocalisations oubliées pour lesquelles le succès  n’a pas  toujours été  au rendez-vous.  Pour le premier ministre souvent inconnu des Français se sera l’occasion  de tester sa popularité. Sera-t-il bien accueilli ? Rien n’est moins sûr. « Si vous espérez trois jours de sinécure gouvernementale, le Lot n’est pas la bonne adresse », l’a prévenu le député LR du Lot, Aurélien Pradié, 31 ans, bien implanté  et qui a battu en juin un LER. Par ailleurs, à l’appel de la CGT, une manifestation est prévue jeudi après-midi à Cahors aux abords du parc des  expositions où se tiendra la  deuxième conférence des territoires.

F.C.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.