Rallumer le feu ! Orléans gagne en Beauté contre Ajaccio, 2-0  

Indépendance day

Coupe de France et match reporté pour Ajaccio oblige, l’affrontement des nationalistes corses et des régionalistes ligériens se déroule un mardi soir de frimas, sans frime, mais avec du gaz de ville et la nécessité de faire de l’électricité, d’allumer le feu et de donner envie d’avoir envie.

Allumez le feu…Ben Othman inscrit le premier  but.

Pas de Cartier, la révolte des Jacques.

Avec Albert l’entraîneur et sans Jacques Cartier le navigateur, pas question de découvrir le Québec, mais bien une Nouvelle-Orléans, conquérante et séduisante comme une belle soirée d’août.

En l’absence des deux piliers Ziani et Pinaud, pas de choix, hardiesse et jeunesse s’imposent pour vaincre les gaziers de la baie d’Ajaccio dans une composition originale, avec le retour de Romain Armand à La Source sous le maillot corse.

A l’heure où tant d’Orléanais, dangereusement privés de médecins, pétitionnent pour transformer le NHO en CHU, comment faire du neuf et de l’efficace avec une équipe en perte de vitesse ? Facteur aggravant, même les fans, les drouguis, « bossent » en semaine et ne peuvent venir supporter les guepins. Comme on dit chez les anciens dirigeants orléanais, il ne faudrait pas que tout Fousse le camp.

 

Go miss val de Loire, et Orleans frappa

 

Sur un beau coup franc de Bouby à la 17e, Cédric Cambon se procure la première occasion de la tête. Les drouguis enfin arrivés avec une demie heure de retard,  tombent à pic pour vibrer devant Gomis, revenu d’un mois d’absence, qui rentre dans la surface et son caviar trouve Mohamed Slim Ben Othman pour le premier but de l’attaquant tunisien sous les couleurs orléanaises et fêter sa première titularisation à la 33e : 1-0 pour l’USO !

Passeur double

Sur le renvoi, Poha trouve la tête de Cambon, qui passe au-dessus. Les Orléanais, soulagés, se lâchent enfin. Et sur une erreur de Mulumba, Yannick Gomis intercepte et met en retrait pour une superbe frappe du gauche enroulée de Denis-Will Poha : 2-0 pour l’USO à la 38e !

Comme Johnny après Jean d’Ormesson la semaine passée, Gomis réussit à doubler la passe décisive, à passer l’arme à gauche, et c’est bien l’USO qui renaît pour passer du trépas à la vie.

En prime, Adrien Monfray se découvre des qualités de latéral né, et c’est Steeve Elana qui dévisse. La Corse, gelée, semble avoir laissé son jeu en rade, bien loin des rives verglacées de la Loire.

Fébrile de Beauté

 A la reprise, les joueurs orléanais continuent de pousser, tant le souvenir cuisant de la traumatisante « remontada » de Valenciennes reste cuisant. Les deux jeunes formés à Lyon, d’Arpino et Perrin, combinent bien. Les gaziers résistent, prouvent qu’ils existent, mais restent sur courant alternatif telle une Gare Montparnasse un jour où la SNCF manque de jus.

Plutôt que « ô Corse île d’amour », c’est plutôt ce soir « fébrile de Beauté ». Même Livio Nabab veut être de la fête et entre pour les 20 dernières minutes et participer aux agapes et remplacer Gomis, de retour de blessure et opportunément préservé pour la suite. Perrin passe en pointe et tente de combiner avec Nabab, Bouby et Poha. Gallon veille sur le pont et évite toute frayeur. Perrin entre dans la surface et tente de croiser sa frappe, mais rate le cadre à la 75e.

22, rev’la l’USO !

Suite à une nouvelle faute ajaccienne par derrière sur Nabab, Jean-Yves Marveaux qui écope d’un deuxième jaune, est expulsé sans hésitation.

A 11 contre 10, la fin de match s’annonce bien pour les Orléanais. Cissokho entre à la place de l’un des héros du soir, Mohamed Slim Ben Othman pour les dix dernières minutes. Perrin trouve Nabab qui frappe mais trouve Elana. Perrin est à nouveau intenable, mais sans marquer et sort sous les acclamations, remplacé pour les 5 dernières minutes par Amin Talal qui rate de peu le 3e but sur un centre de Seidou. D’Arpino dans sa course à Poha, qui dévisse. Nabab rate à son tour le but du KO, avant que Romain Armand ne tente en vain de réduire le score. Le temps additionnel ne change rien à l’affaire, rondement menée pour un bref voyage en ballon vers le « ventre mou » de la ligue 2.

Santa claus au château Raoul

 14e avec 22 points avant d’aller en Bas-Berry, l’USO est enfin repartie du bon pied à la veille de la trêve des confiseurs. Un succès dans ce derby dans le chef-lieu de l’Indre ? Et Loire et Orléans économiserait bien des sueurs froides de fin de saison, d’autant que le Tours FC et Quevilly, privée de sa métropole de Rouen, semblent bien partis pour aller tout droit vers le National, en prenant bien garde, sécurité oblige, de ne pas dépasser le tour de la ligue 2 en 80 points (à deux).

Paul Jozet

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Affligeants, comme d’habitude, les commentaires truffés de “vannes à deux balles” des “journalistes” sportifs en général et “footeux” en particulier !
    Cela dit, bravo l’USO !

Les commentaires pour cet article sont clos.