Du vinaigre pour les artistes orléanais…

Ce mercredi par un temps plutôt lugubre, la ville d’Orléans conviait la presse in situ pour une présentation de l’état d’avancement du projet de réhabilitation des vinaigreries Dessaux et de la première ébauche de l’agence Nathalie T’king. Dommage que les artistes n’aient pas été invités à cette rencontre avec les médias, car comme le soulignait le maire d’Orléans, Olivier Carré, il s’agit, depuis le lancement de cette initiative, il y a déjà plus d’un an, d’une véritable co-construction du site avec les premiers concernés, illustration concrète de la nouvelle gouvernance dans les relations de la ville avec ses habitants.

Sophie Ferkatadji / Olivier Carré, en bleu les ateliers en rouge la surface d’exposition

Nous avions déjà présenté ce projet dans Magcentre en juillet dernier, lors d’une réunion avec les artistes au Musée des Beaux Arts, la réhabilitation des Vinaigreries étant porteuse d’une double ambition orléanaise: d’abord inscrire Orléans dans le réseau des villes qui favorisent et exposent la création artistique contemporaine, en complément du Frac à Orléans bien sûr, mais aussi des Tanneries d’Amilly, du château de Chaumont sur Loire, et du CCCOD de Tours, sans oublier, en élargissant un peu l’axe ligérien, du musée Saint Roch d’Issoudun.

Mais le site d’Orléans se distinguera par une originalité remarquable puisqu’il accueillera des ateliers permanents d’artistes, ateliers de création voulus par les artistes locaux auxquels sera dédiée une part importante des surfaces du bâtiment, sorte de Villa-Médicis ligérienne qui croisera la création et la rencontre avec le public sur la partie réservée aux expositions. La programmation de ces expositions, qui se devra d’être ambitieuse, offrira une vitrine régionale à l’art contemporain dans toute sa diversité.

Enfin le projet à terme fera l’objet d’une co-gestion dans laquelle la ville assurera le fonctionnement général du bâtiment, mais s’effacera au profit d’une association qui assurera l’exploitation et l’animation des lieux en concertation continue avec ses utilisateurs-artistes. Un appel à proposition sera lancé prochainement par la ville.

Reste la délicate question du stationnement des véhicules des riverains puisque le projet devrait récupérer, au moins en partie, le parvis est du bâtiment, ce qui avec la suppression du stationnement sauvage rue Saint-Flou et place Saint-Pierre-le-Puellier, va transformer en véritable casse-tête l’usage d’une voiture pour les habitants du centre ancien, qui risquent d’être les oubliés de la co-construction de ce beau projet…

GP

La future terrasse

 

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. “Aigritude” quand tu nous tiens! La mère pour ne pas dire “le” est censée faire du bon jus à la fois acide et aigre-doux, hasard du temps, surtout à Orléans, paraît-il! Pas de sérendipité dans notre cas (espérons quand même) et impossible de rêver dans la marche des autres (nos politiques locaux sont un peu “ploucs” quand même! (O comme Orléans -super original!-, Reggi la mascotte un peu débile de la région et les pingouins du département – c’est vrai ils ont disparu, mais on les a tellement vu). Malgré notre proximité à la capitale, on est dans la diagonale du vide de l’hexagone et les décisions politiques locales n’ont rien de singulier (région, département, ville ou agglo) pour compenser cette tension entre banlieue et ville jardin comme on disait dans les années 70 (on est en 2017!). Pour revenir à la Fabrique du vinaigre, qui sont les participants au concours à part Nathalie T’Kint, architecte du patrimoine? Quel est le budget? Pour les assos en exploitation.. elles semblent avoir été oubliées pour la visite ou sont pas contentes sur le déroulement de “l’appel à projet” ou coco-construction? Mais quel pronostic?…. Mixar, Le Grenier à Sel, SacréBleu (c’est qui?), les artistes orléanais (l’art a des frontières paraît-il!), Labomédia, Le Pays où le Ciel est Toujours Bleu, Autoportrait (c’est qui?), Couleur Vinaigre… Pour le parking, ne vous inquiétez pas, car il n’y a pas grand monde dans les grosses “fabriques” urbaines ou rurales locales (FRAC, MBAO, CCOD, les Tanneries, etc.). Si le vinaigre d’Orléans est réputé…les initiatives prises par nos politiques sont à l’image de l’Orléanais; le vin avec capitale, pas cher et pas très bon ou correct mais trop cher pour la qualité, un peu comme nos élus, à boire avec modération et c’est dommage. Cela serait bien que l’on soit quelque peu sérieux avec l’art comme dans d’autres champs ou secteur de notre capitale régionale où il n’y a plus personne dans les rues à partir de 19.00, et encore je suis gentil! Disperser les idées ou ne pas en avoir, c’est de la com ou favoriser le clientélisme et non un programme d’intérêt général qui tient compte de l’histoire d’une ville, d’un département ou d’une région!!!

    • A vous lire, le bilan est tellement négatif que, par contraste, la voie à suivre doit être évidente. C’est dommage, vous oubliez de la préciser. Ce serait pourtant intéressant ! Alors, que proposez-vous ?

Comments are closed.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail