Ligue 2: un derby contre l’US Orléans pour terminer l’année à Châteauroux

 

Sur la pelouse du stade Gaston-Petit ce sera la dernière rencontre de l’année entre deux équipes de la région Centre-Val de Loire avec le match Châteauroux-Orléans. Pour le moment, La Berrichonne semble être sur de meilleurs rails que l’USO. Tout du moins de par leur classement respectif, la Berri est 9e et Orléans est 14e. A voir, ce vendredi, quelle sera la vérité du terrain.

Jean-Luc Vasseur, l’entraîneur de la Berrichonne.

Avec une rencontre disputée mardi contre le Gazelec d’Ajaccio, ça va piquer un peu dans les jambes des Orléanais en cette fin de semaine. Il fallait bien évidemment jouer ce dernier match décalé de la 18e journée mais cela a du compliquer un peu plus la tâche du coach Didier Ollé-Nicolle pour la gestion de la récupération. La victoire face aux Corses, et l’arrêt de la série de défaites consécutives, a par contre donné un bon bol d’air, et un bon coup de booster au moral. Pointée désormais à une quatorzième place un peu plus sécurisante, Orléans est moins en situation de crise. Juste avant la trêve des confiseurs, et avec six longueurs de retard, Bourg-en-Bresse, l’actuel virtuel barragiste, ne pourra pas, de toute manière revenir à hauteur.

 

Retour de Ziani et N’Goma dans le groupe

Ziani au pénalty (archives). @Jérôme Grelet.

L’US Orléans doit encore prendre des points pour passer des fêtes de Noël plus au chaud dans le ventre mou du classement. C’est la raison pour laquelle, à mi-chemin du long parcours de ce championnat, une bonne sortie en terre berrichonne ne ferait pas de mal tant au psychisme que d’un point de vue comptable.

A l’occasion de cette 19e journée, les Ligériens pourront compter sur les retours annoncés, dans le groupe, de Ziani et N’Goma. Deux joueurs de base, l’un en attaque, l’autre au milieu de terrain,  dans le dispositif d’une équipe qui n’aura rien à perdre dans le court déplacement indrien. Et puis, le début de championnat avait été assez positif pour se dire que tout peut arriver dans cette Domino’s Ligue 2 finalement assez ouverte en terme d’opposition. De toute évidence, pour ramener des points du Berry, les joueurs à la guêpe pour emblème devront s’armer de patience, et être très présents physiquement. La Berri a des atouts dans ce dernier secteur, surtout à domicile.  

Du côté de La Berrichonne de Châteauroux, on ne va certainement pas changer ce qui marche le plus souvent depuis le début de la saison. A savoir une défense à cinq pour assurer et se rassurer sur la pelouse, et après on verra si on permet aux joueurs de lâcher les chevaux tout de suite ou pas maintenant. Comme lors de la visite des Tourangeaux, Jean-Luc Vasseur a répété à l’envie le traditionnel et habituel « un derby ça ne se joue pas, ça se gagne … » Une formule qui lui avait plutôt réussi contre l’équipe d’Indre-et-Loire. Ce n’est pas la venue des voisins du Loiret qui devrait faire changer d’un iota la conduite de l’homme fort du banc de La Berri.

La Berrichonne ne changera rien …

L’entraîneur de l’USO, Olivier Didier-Nicolle.

D’ailleurs, sur le site officiel du club, l’entraîneur castelroussin affirme son envie de terminer l’année sur une note positive. « Il y a un objectif à continuer sur la même dynamique et puis pourquoi pas, de finir l’année civile sans perdre. De plus c’est un derby, ce sont toujours des matchs particuliers et les derbys ça se remporte. L’USO est une équipe qui va arriver ici avec certainement rien à perdre, je pense qu’ils avaient pour objectif de casser cette dynamique négative et ils l’ont bien fait face au GFC Ajaccio mardi. Ils vont sûrement venir chez nous et jouer sans freins en sachant que ce match est un bonus pour eux, il faudra donc être très vigilant sur cet aspect. On va devoir continuer ce qu’on fait à Gaston-Petit en essayant de faire le nécessaire pour ne pas perdre et de l’emporter s’il le faut.” explique-t-il sur la page du club rouge et bleu avant de définitivement fermer le ban et le reste à tous ceux qui voudrait voir une Berrichonne plus ambitieuse: « le jour où l’on devra modifier notre dispositif, ça sera parce que l’on sera bien meilleur dans un autre système, mais pour l’instant on reste comme ça et on verra si ça porte ces fruits.”

Ben Othman a inscrit le premier but contre le Gazelec.

Méfiante face aux mal classés, La Berrichonne est plus nettement gaillarde contre les équipes qui sont devant elle au classement. Un illogisme sportif classique mais irritant parfois quand on est simple spectateur, beaucoup moins du point de vue d’un entraîneur qui veut voir son groupe toujours en  Ligue 2 l’an prochain !

Petit rappel, en juillet dernier, à Nouan-Le-Fuzelier, La Berrichonne et l’USO s’étaient quittés sur un 0-0 des familles. Sauf que, à cette époque là, c’était lors d’un match amical.

En ce début d’hiver, ça ne compte plus                                                                                                 seulement que pour du beurre !

Fabrice Simoes

 

 

 

Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail