A Orléans, flamme de jouvence pour chœur et orchestre

Communion espérée, attendue, accomplie. Ce samedi  16 décembre au soir,  en l’église Saint-Pierre du Martroi d’Orléans, à l’occasion du concert de Noël, la longue et gracieuse procession des choristes  du Chœur symphonique de la cité  prenant place sur scène est applaudie par le public. De mêmes applaudissements, enthousiastes et fervents, saluent ensuite l’arrivée des musiciens de l’Orchestre d’Orléans et de leur chef, Marius Stieghorst. Puis la musique s’élève et le programme consacré à l’ œuvre chorale et instrumentale de Jean-Sébastien Bach commence de combler une  vaste assistance, sans cesse admirative et comme recueillie.

cl Marie Line Bonneau

Une douce reprise, cerise sur le sapin 

Voici tout d’abord un extrait de l’Oratorio de Noël où les mains de Marius Stieghorst, du pupitre, semblent palpiter pour des lèvres, des regards et des élans mesurés qui apportent un bel écho à ses signes et à ses gestes. Voici dès lors le grand vaisseau des voix voguant à fleur des cordes et des bois, autant d’instrumentistes  remarquables d’écoute et de soutien. 

Ce samedi, magnifique de minimalisme et d’une pudeur émouvante sera le “Jesus bleibet meine freude”, choral qu’Elisabeth Renault, chef de chœur, invite  le public à reprendre avec chœur et orchestre. De fait et de fête, tout se jouera, cerise sur le sapin, en fin de concert  et pour le plus grand bonheur des amoureux de cette traditionnelle veillée musicale à nulle autre pareille.

Bach, source inépuisable d’inspiration

En vérité,si le Chœur  symphonique du conservatoire d’Orléans n’en finit pas de révéler avec accents de joie et de profondeur l’œuvre de Bach fourmillant d’événements et  source inépuisable d’inspiration, les instrumentistes de l’Orchestre symphonique d’Orléans nous ravissent  aussi dans l’interprétation des concertos brandebourgeois.

Pour ce concert de Noël, d’éloquents chambristes forcent  l’admiration. Ici, voici que s’avancent  les hautbois de la plus belle facture moirée qui puise être, les flûtes d’une céleste et grave pureté volubile, les cors  d’une éblouissante et prenante virtuosité, les altos et  violons tour à tour enchanteurs ou étourdissants de faconde. 

Voici encore la trompette à l’élégance étincelante, le scintillement du clavecin, les violoncelles  et contrebasses composant, avec le basson, les voûtes d’assise de ce bel  ensemble. Un remarquable équipage. menant, en radieuse  et souriante osmose, une ronde forçant l’admiration et suscitant des rappels véhéments, radieux et reconnaissants.

Jean-Dominique Burtin.

Photos: Marie Line Bonneau

• Nouvel et ultime concert :  dimanche 17 décembre à 16 heures.

Eglise St Pierre du Martroi, Orléans
Chœur symphonique du Conservatoire – Chef de Chœur : Elisabeth Renault
Orchestre Symphonique d’Orléans direction : Marius Stieghorst

• Tarifs : de 12 à 24 €

orleans-concerts@wanadoo.fr – www.orchestre-orleans.com

 

 

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Magnifique concert sublimé par la plume délicate et l’émotion du verbe de Monsieur Burtin. Oui, il existe encore des artistes qui frôlent les cieux.

  2. Un peu troisième République comme article…
    Pour donner envie, le mieux ne serait il pas de vous convertir à la vidéo, au lieu de nous proposer quelques lignes de PQR ?

Les commentaires pour cet article sont clos.