Les chantiers à risque du président Macron

Si 2017 s’est achevé sur un regain de popularité pour le président Macron, 2018 s’ouvre, pour lui, sur une perspective à risque. Dans ses vœux à la Nation, au soir du 31 décembre, le juvénile hôte de l’Elysée l’a dit et répété, il va « continuer à réformer au même rythme, avec la même intensité », et pas question de perdre du temps.

Dès ce mercredi 3 janvier le premier séminaire gouvernemental de l’année va distribuer des feuilles de route. Sont déjà lancés les chantiers de l’immigration, de la formation professionnelle et de l’assurance chômage avec le contrôle des chômeurs. Sujets hautement inflammables ont déjà provoqué quelques crispations. La fusion des régimes de retraite initialement prévu pour le premier semestre 2018 s’annonce périlleux et pourrait prendre du retard. Officiellement, pour l’instant, Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire à cette réforme consulte.

Reportée d’un an, la mise en place de l’impôt prélevé à la source soulève déjà la grogne des chefs d’entreprises auxquels l’équipement des logiciels dédiés va coûter entre 310 et 420 millions d’euros sans parler des agents du fisc dont le nombre devrait se réduire, 1500 suppressions de postes étant prévues.

Les 80km/h sur les routes départementales nationales que le gouvernement compte annoncer le 18 janvier semblent socialement « bien difficiles à accepter ». 400 000 km de routes sont concernées, 20 000 panneaux devront être changés autant ajoutés. Il faudra bien six mois pour que la mesure  soit mise en œuvre.

La loi logement qui rebondit en ce début d’année avec les violences de la Saint-Sylvestre devrait être présentée en  Conseil des ministres au début de février. Elle doit permettre de revitaliser les centres villes et aboutir à un logement pour tous. Pas si simple !

La laïcité, la réforme scolaire et l’accès à l’université qui incluent formations spécifiques et nouvelles orientations ne sont pas si simples à mettre en œuvre et peuvent se révéler plus que chaudes

Dans quelques jours la décision définitive au sujet de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes peut se révéler explosive. Des risques d’affrontements sont à craindre. Le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb a estimé aujourd’hui “qu’on sera obligé à moment donné d’employer la force, je pense, mais il faut qu’elle soit le plus mesurée possible”.

Enfin, en janvier Emmanuel Macron devra tenter d’apporter un début de réponse au Grand Paris. Cela pourrait passer par l’élargissement de la future métropole à la Région Ile-de-France. Valérie Pécresse, sa présidente, en rêve.

Programme chargé auquel on pourrait ajouter pour l’été l’extension aux femmes célibataires et lesbiennes de la procréation médicale assistée (PMA), la réforme constitutionnelle, la Nouvelle Calédonie et bien sur la remise en marche de l’Europe car les prochaines élections européennes auront lieu en 2019.

Pour Emmanuel Macron 2018 sera une année pivot, pour sa majorité aussi, surtout son aile gauche.

F.C.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Dans cette liste de courses il est oublié d’augmenter encore et toujours plus les “revenus du Capital” par tous les moyens possibles.
    Pourtant le premier commis des banques le dit dans son laïus (vers 16 mn) : “…esprit de conquête…ambition sincère…volonté de faire vivre notre RENAISSANCE française”, cette grande époque de guerres, de colonisation, début de la rationalisation de l’exploitation industrielle des humains,
    C’est les royalistes qui vont être contents!
    Ne nous méprenons pas, cet individu pèse chacun de ses mots car il sait “en même temps” qu’ils valent de l’or et qu’ils ne sont destinés qu’à jeter de la poudre aux yeux de celles et ceux à abuser.

  2. Grand amateur de symboles, lui qui avait baptisé en toute modestie son mouvement de ses initiales, il a récidivé en faisant de son parti SA chose (REM en latin).

Comments are closed.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail