Egalité salariale homme femme : bientôt des sanctions

Alors qu’il resterait encore en France de 12 à 27% d’écart de salaire entre hommes et femmes, la secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les hommes et les femmes veut faire à ce propos « de la pédagogie, de l’explication, de l’accompagnement aux entreprises, notamment des PME », mais aussi mettre en place « des sanctions ».

©dashu83-freepik

Marlène Schiappa vient d’annoncer qu’ « un plan dur et concret » sur l’égalité salariale devrait voir le jour d’ici « quelques semaines ou mois. On est en train d’y travailler avec le Conseil supérieur de l’égalité et la ministre du Travail », a-t-elle déclaré sur Europe 1, jugeant que la quinzaine de lois existant sur le sujet « ne marche pas ».

La transparence, une bonne idée

Marlène Schiappa

Interrogée sur l’idée qu’une salariée puisse demander à connaître le salaire de son collègue, la secrétaire d’État ne s’est pas opposée à l’idée: « Non, ça ne me choque pas. C’est une bonne idée, bien sûr. L’égalité commence par l’information. Il n’est pas normal que de très grandes entreprises, qui ont les moyens de mettre à disposition tous les outils nécessaires – je pense notamment à des logiciels qui calculent les écarts de salaires – ne fassent rien ».

Depuis samedi, une nouvelle loi sur la transparence permet aux salariées allemandes qui se sentent sous-payées de demander à connaître le salaire de leurs collègues. Marlène Schiappa est d’ailleurs en train de travailler, avec l’Europe et ses collègues européens, sur  la transparence salariale. Mme Schiappa a par ailleurs confirmé que deux ministères avaient été sanctionnés – 120.000 euros d’amende pour le ministère des Armées, 60.000 euros pour le ministère de la Justice – pour ne pas avoir nommé suffisamment de femmes à des postes de hauts cadres de la fonction publique. La loi Sauvadet de mars 2012 prévoit en effet l’instauration progressive d’ici à 2018, sous peine de pénalités financières, d’un quota de 40% de femmes parmi les hauts fonctionnaires nommés chaque année. « L’Etat n’est pas exemplaire, il doit le devenir, c’est un des axes prioritaires de ma feuille de route », a déclaré Mme Schiappa.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Je suppose qu’elle parle, en sous-entendu, pour l’égalité salariale, aussi de l’égalité en poste, responsabilités, compétences identiques. Quant aux 40% de femmes chez les hauts fonctionnaires, là aussi, il faut privilégier les compétences dans le domaine concerné. Si c’est pour “placer” des connaissances, relations, ou amies, cela est totalement inutile, inefficace et onéreux pour les contribuables.

Les commentaires pour cet article sont clos.