La visite “retour” du Président chinois, passerait par Montargis et Beauval

Emmanuel Macron depuis ce mercredi en Chine sur la route de la soie, est à l’ouvrage pour tisser des liens étroits avec la deuxième puissance mondiale. Lors de sa première visite d’Etat, le Président de la République a déclaré qu’il voulait venir une fois par an en Chine afin de “réinventer le multilatéralisme”.

Or, la moindre des politesses, et les chinois sont très à cheval sur la bienséance, c’est de renvoyer l’ascenseur. Selon certaines sources bien informées le tout puissant président Chinois, Xi Jinping, sera invité à faire à son tour une visite d’état en France à l’invitation d’Emmanuel Macron. Au printemps 2018. Et toujours selon ces sources, le Président chinois, pour ce “match retour”, serait reçu à Paris bien sûr, mais il pourrait aussi faire deux étapes en région Centre-Val de Loire.  

Comme de nombreux dignitaires chinois de passage en France et comme des milliers de touristes, Xi Jinping ferait la visite du berceau du communisme chinois à Montargis. Grâce à la pugnace montargoise Peiwen Wang, en visitant la Venise du Gâtinais, les Chinois peuvent en effet se plonger dans les origines du Parti communiste chinois, né dans les années 20 en France.  Ce musée de l’amitié franco-chinoise retrace le parcours de ces étudiants chinois qui sont venus à Montargis étudier en France et travailler chez Hutchinson à Chalette-sur-Loing, dans l’usine de pneumatiques, en banlieue de Montargis.

Deng Xiaoping parmi les anciens de Montargis

Les étudiants-travailleurs chinois à Montargis.

Lors de l’inauguration de ce musée situé rue Raymond Tellier  en août 2016, l’ambassadeur de Chine en France Jun Zhai avait raconté comment certains d’entre eux sont devenus des révolutionnaires et les fondateurs de la République populaire de Chine, considérés comme des héros en Chine. Il s’agissait à l’époque d’un programme de « travail-étude » entre les deux pays et 200 ressortissants chinois ont été ainsi employés chez Hutchinson.

Tous proches de Mao Zedong dont un certain Deng Xiaoping qui présida le pays dans les années 80, ces Chinois découvrirent ici les joies de la pensée marxiste.  D’ailleurs, sur des documents retrouvés par Peiwei Wang et exposés au musée, Den Xiaoping employé à fabriquer non pas des pneus mais des semelles de chaussures refusait déjà  de travailler dans n’importe quelle condition au nom de sa doctrine.  Deuxième site de la région Centre où devrait se rendre le président de l’empire du  milieu, lors de sa visite en France, le zoo de Beauval où s’épanouissent les fameux pandas et leur descendance. Yuan Zi et Hua Huan qui ont donné naissance à Yuang Meng.

La diplomatie panda et cheval

(c) Zooparc de Beauval

La première dame chinoise co-maraine du petit panda, n’était pas présente aux côtés de Brigitte Macron lors de la première sortie du bébé, car celle-ci ne se déplace jamais à l’étranger sans son mari.

Rodolph Delors le patron de Beauval espère bien cette fois décrocher la présence du numéro 1 chinois et de son épouse, après tout la Chine est propriétaire du Panda qui l’a prêté à Beauval pour 4 ans.

Emmanuel Macron  a offert de son côté à Xi Jinping un magnifique cheval de la garde républicaine. Un cadeau exceptionnel, au symbole républicain fort pour un chef d’Etat français. En Chinois Emmanuel Macron se dit « Ma ke long », qui se traduit par « le cheval qui dompte le dragon”. Décidément, entre la Chine et la France la diplomatie animalière se                                                                                      décline non pas en marche mais au grand galop. 

                                                                          Ch.B

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.