Parti socialiste : le temps des candidatures

« Il faut quelqu’un qui ait de l’autorité : j’ai été bien placée pour savoir qu’on n’était pas au pays des Bisounours ! Il faut une ligne et ramener tout le monde dans cette ligne », a- déclaré dans sa mairie de Lille Martine Aubry interrogée sur l’avenir du Parti Socialiste qu’elle a dirigé de  2008 à 2012.

« L’unité ne se déclare pas en disant ‘ne nous divisons pas’, c’est très bien qu’il y ait plusieurs candidats sur des lignes à l’évidence différentes. L’unité pour l’unité, ça ne veut rien dire (…).  J’ai mon idée sur mon candidat préféré, mais j’ attends de regarder le fond des projets des postulants avant d’annoncer mon choix. » a ajouté l’ancienne première secrétaire.

Trois candidats déclarés

A ce jour trois députés ont annoncé leur candidature à la tête du PS ou du moins ce qu’il en reste :

Luc Carvounas, député socialiste de Val-de-Marne,  a été le premier à dégainer fin novembre. Cet ancien vallsiste  repenti veut discuter avec l’ensemble de la gauche qu’il souhaite voir « arc-en-ciel ».

 

Olivier Faure, ancien porte-parole du PS et président du groupe Nouvelle Gauche à l’Assemblée, porte les couleurs des quadras du PS, un groupe informel  à l’assemblée. Il représente une quinzaine de personnes qui avaient mis leurs espoirs en Najat Vallaud-Belkacem qui a refusé. 

 

Stéphane Le Foll, député de la Sarthe et ancien ministre de l’Agriculture, estampillé « Hollandais » bon teint, soupçonné d’être trop bienveillant envers Emmanuel Macron, a officialisé hier sa candidature immédiatement applaudie par François Repsamen, maire de Dijon (Côte d’Or) et une poignée d’anciens ministres quand d’autres militants saluaient avec ironie « le vieux monde ».

Ces candidatures ont révélé d’autres appétits. Dans l’émission « Questions politiques », Julien Dray a reconnu « j’y pense, pas seulement en me rasant ». Le député européen Emmanuel Maurel, serait en train de peaufiner son texte d’orientation et a déjà fait savoir que selon toutes probabilités il serait candidat.

Les candidats à la succession de l’ex-Premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis ont jusqu’au 27 janvier pour se faire connaître, jusqu’au 15 mars pour soumettre leurs textes d’orientation aux militants qui  voteront le 29 mars pour désigner leur premier secrétaire.L e Congrès se tiendra les 7 et 8 avril à Aubervilliers en Seine-Saint-Denis. Les instances du parti y seront désignées et une « adresse aux Français » y sera rédigée.

F.C. 

Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail