Orléans : quelques chantiers pour 2018

Début du chantier de la future salle CoMet ; travaux urbains en face du LabO sur la RD 2020 ; négociations au sujet de la gare d’Orléans dans le cadre de la ligne ferroviaire Orléans-Châteauneuf ; première tranche de travaux du projet Interives avec la pose de la première pierre de la Cité ; levée des incertitudes juridiques sur le téléphérique de Fleury-les-Aubrais…

Olivier Carré, maire d’Orléans, a égrené quelques chantiers qui débuteront ou se prépareront en 2018. Inévitablement, il a été interrogé, vendredi 19 janvier face à la presse, sur l’éventuel sens unique du Pont George-V, afin de laisser un peu de place aux piétons et vélos. Certains élus écologistes – dont Jean-Philippe Grand – demandent même qu’il n’y ait aucune circulation automobile sur ce pont, source de questionnements depuis de nombreux mois. “À Orléans il y a quatre ponts (Europe, George V, Joffre et Thinat) . Un quart des traversées de la Loire se font sur le Pont George-V. La voiture en ville est en effet une vision obsolète des choses, il faut favoriser la marche à pied.Supprimer une voie du tram ? Pourquoi pas mais il faut en étudier l’impact avec le fournisseur du transport. Je rappelle qu’il y a eu 700 M€ d’investissements sur le tramway… Une passerelle ? C’est onéreux et elle aurait un fort impact sur la rive nord. Il y a des études de lancées, j’attends les premiers résultats, en mars”. 

Le maire d’Orléans-Métropole a également été interrogé par Magcentre.fr sur les retombées économiques souhaitées par les jumelages, notamment le récent avec la Nouvelle Orléans, sans oublier celui avec Yangzhou en Chine. “Il y a à Yangzhou toute une zone mise à disposition qui permettrait à des entreprises françaises et notamment orléanaises de s’y installer. La balle est dans le camp des entreprises… Mais je constate une grande frilosité à s’installer là bas. Cependant des éléments sont en train de changer : la Chine est en train d’opérer un développement en interne. Ils ont besoin de savoirs faire que nous possédons”. Joëlle Goëpfert directrice de l’information et de la communication et directrice générale adjointe économie et attractivité précise que “des secteurs comme l’agroalimentaire peuvent s’intégrer au parc industriel de Yangzhou. Il y a des liens directs menés actuellement entre le chef du Lift, Philippe Bardeau pour l’ouverture d’un restaurant, mais il faut encore un peu de temps pour former les cuisiniers et chefs de rangs aux habitudes chinoises…”. 

Outre-Atlantique, le récent jumelage officialisé début janvier en Louisiane avec la Nouvelle Orléans, Olivier Carré espère que “les Orléanais s’emparent des liens qu’on a établit. Nous ferons le lien administratif, le maire est garant de la qualité des services pour ceux qui souhaiteraient mettre en place des liens économiques ou culturels. Mais je constate qu’ils ont des éléments sur la prévention des inondations que nous n’avons pas ; les villes peuvent s’échanger des procédures. Bien sûr on pourra toujours dire que ce sont des petites choses, mais pendant longtemps on a dit il faut penser global et agir local. Et bien voilà une occasion de le faire”. On est impatient de voir si autre chose que des notes de jazz germe de ce jumelage où pas moins de neufs Orléanais (dont six du conseil municipal) ont participé. 

F.S.

Afficher les commentaires