Blois : un terrain vague va disparaître au profit d’une résidence touristique

Les Blésois l’ont-ils vu, ce permis de construire planté au bas de l’avenue Daniel-Dupuis ? En avril prochain, le chantier d’une résidence de 99 « suites » et 99 places de parking va démarrer. C’est Cap West, promoteur immobilier spécialiste de ce type de résidence qui est à la manœuvre.


C’est un terrain vague qui ne va plus le rester très longtemps. Certes les tilleuls vont sûrement disparaître, mais pas les grands platanes bordant l’avenue ni les deux grands cèdres quai du Foix près du carrefour du Pont François-Mitterrand : inscrits sur le PLU (Plan local d’urbanisme) ils sont théoriquement protégés. Heureusement car on sait le Blésois plutôt sensible sur le sujet de la disparition d’arbres dans divers lieux de la ville ces dernières années… « C’est promis et c’est inscrit dans le permis de construire » affirme Frédéric Peslier, directeur de 3 Vals Aménagement, à qui appartenait le terrain. Les premiers coups de pelleteuse du projet de construction d’une résidence hôtelière de 99 studios avec 99 places de parking vont débuter en avril. Le permis de construire a été déposé fin septembre 2017. Seuls les Blésois les plus observateurs auront pu observer qu’il se trame quelque chose à la place des anciens abattoirs.

Un concept au public très large

“Promis” : les cèdres ne vont pas être coupés…

Propriétaire du terrain, la SEM 3 Vals aménagement a cédé à Cap West, promoteur immobilier de résidences touristiques dont le concept est répandu : des hôtels aux chambres équipées de kitchenettes, permettant aux locataires d’y séjourner plusieurs jours en autonomie. Déplacements professionnels, séjours touristiques, clients souhaitant se faire leur propre cuisine pour ne pas alourdir leur budget, etc. « Le concept se rapproche en quelque sorte de la pension de famille, une alternative à l’hôtellerie, pour ceux qui souhaitent réaliser une économie sur la restauration. C’est tout public et c’est très large, plus économique que l’hôtel, et les cautions sont réduites », précise le directeur de la SEM 3 Vals aménagement Frédéric Peslier. Professionnels en déplacement, touristes, familles qui se séparent… les raisons sont nombreuses d’avoir recours à ce type de résidence hôtelière, ce qui explique leur succès, comme Cap West, présent de Nantes à Paris dans tout le grand ouest. Il a fallu au préalable dépolluer le terrain – anciens abattoirs oblige – effectuer des diagnostics archéologiques, et purger tous les types de recours. Les travaux peuvent donc commencer à cet endroit un peu délaissé de Blois mais qui avait le mérite d’ouvrir une fenêtre sur la Loire en aérant un peu le paysage…

F.Sabourin.

L’avis du pro du tourisme : David Hameau, directeur de l’Office de tourisme Blois-Chambord

« Les initiatives en matière d’investissements pour l’hébergement touristique sont le signe d’une dynamique, d’un intérêt toujours croissant et confiant des investisseurs pour notre destination. C’est un bon signe, cela accompagne aussi d’autres modes de consommation de séjours. Il faut souhaiter que le niveau de service soit élevé pour répondre à une demande qui elle aussi progresse en matière de qualité. Pour l’office de tourisme, il convient de montrer la diversité de l’offre d’hébergement, montrer que l’on peut choisir pour des vacances à Blois Chambord, d’être complètement pris en charge dans le confort d’une chambre d’hôtel ou s’organiser de manière plus autonome et avec plus de contraintes dans une location saisonnière. Et pour les séjours que nous vendons, la diversité de cette offre ne peut être que saluée ».

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Bonsoir, encore un terrain de verdure qui va disparaitre au profit de murs de béton. Plus ça va, plus nous allons vivre “enfermé”. Certes, comme c’est dit dans l’article c’est plus économique mais pensons aussi un peu à nos restaurants ou nos hôtels qui finissent par mettre la clé sous la porte faute de recettes….

  2. Bonsoir, encore un terrain de verdure qui va disparaitre au profit de murs de béton. Plus ça va, plus nous allons vivre “enfermé”. Certes, comme c’est dit dans l’article c’est plus économique mais pensons aussi un peu à nos restaurants ou nos hôtels qui finissent par mettre la clé sous la porte faute de recettes….

  3. L’immobilier et l’occupation des sols, ” boucher les dents creuses ” qu’ils appellent ça, et la ville devient irrespirable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail