Sénégal : Brigitte Macron visitera t-elle le labo « Chouette Mama » ?

Emmanuel Macron sera les 2 et 3 février au Sénégal, pays phare de l’Afrique de l’ouest, souvent cité comme vitrine de la coopération avec la France. Visite sur le thème de l’éducation en présence de nombreux autres chefs d’Etat africains (*) mais qui donnera aussi l’occasion au Président français de monter à Saint Louis, l’autre “capitale” du pays. Accompagné de Brigitte Macron, le Président rencontrera la communauté française, très imbriquée, impliquée dans le pays et actrice majeure de la vie économique sénégalaise. Une visite d’Emmanuel Macron qui, selon certains médias africains, suscite de vives tensions en particulier en raison de la présence à ce sommet de Rihanna, la chanteuse, dont la présence est contestée par certains représentants de l’Islam.

Dans le labo de Chouette Mama à Popenguine.

Avec quelques entreprises exemplaires comme cette marque de produit de beauté, fondée par deux Français sur la Petite Côte, Géraldine et Philippe Pernin. On ignore encore si Brigitte Macron ira visiter le petit laboratoire de Chouette Mama à Popenguine, mais en tous cas, ces produits seront offerts en cadeau aux VIP de la délégation Macron comme symbole du couple franco-sénégalais. 

Pour grimper sur les hauteurs de Popenguine depuis La Somone, on peut s’offrir une virée entre les baobabs et traverser des villages isolés où des grappes de gamins jouent au foot sur la latérite. A condition de rouler en 4/4. Ici c’est l’Afrique « profonde », on est déjà à mille lieux des stations balnéaires de la Petite Côte qui s’est encore rapprochée de Paris avec l’ouverture en décembre dernier, du nouvel aéroport Blaise Diagne, au sud de Dakar.

Loin de Sally aussi, dont on ne sait plus très bien si c’est une annexe de Saint-Tropez ou de Cannes, avec ses lotissements barricadés de retraités français. Loin aussi de la Somone, quelques kilomètres de taxi brousse plus au nord, qui conserve son statut de village malgré la forte colonie de « toubabs », certains installés dans de belles villas notamment dans le quartier Italien, Torino, où le métissage tranquille fait flores. Ici, on les appelle les « sénégaulois », ils font partie du paysage, de la société et de l’économie sénégalaise.

A l’origine un cabanon perché au dessus de l’Atlantique

Géraldine Pernin et une des responsables de la commercialisation.

Un cabanon devenu un belvédère au-dessus de l’océan.

Une fois perché au-dessus de  Popenguine, la vue sur la plage depuis le « cabanon » d’origine que les Pernin ont transformé en villa est à couper le souffle. Un panorama imprenable sur la plage battue par des vagues bienveillantes et sur la falaise qui sépare Popenguine du village de Guéréo, puis de la lagune de la Somone, peuplée d’oiseaux migrateurs et de flamands roses.  Grace à ses écrivains, ses artistes et même une résidence secondaire du président sénégalais Macky Sall,  Popenguine est célèbre au  Sénégal. Connue aussi pour l’église Notre-Dame de la Délivrance qui est un haut lieu du catholicisme sénégalais avec son célèbre pèlerinage de la Pentecôte. Et il va encore gagner en notoriété si Brigitte Macron, comme cela se murmure, décide d’y faire un saut, scrutée par les caméras.

Une marque faite d’aventures et de rencontres humaines

C’est ici qu’est né Chouette Mama, une marque de cosmétiques naturels créé en 2007, « faite d’aventures et de rencontres humaines », une marque devenue la coqueluche du Sénégal et des pays voisins. « Notre premier voyage ici nous l’avons fait en voiture depuis la France», racontent Géraldine et Philippe Pernin.  “Par le banc d’arguin” (au large de la Mauritanie paradis des oiseaux), et les yeux de ce breton s’allument. Lui est resté un fana de moto qu’il enfourche quand il a un peu de temps et accompagne la bande de motards déjantés basés dans la région,à l’effigie des Margouillats, tous fous des raids en brousse 

En cadeaux pour les VIP

  Il y a quinze jours, ce couple d’aventuriers entrepreneurs tombés  amoureux de la région, était invité par Valérie, la femme de l’ambassadeur de France à Dakar, Christophe Bigot. Des échantillons de cette gamme de soins issus de la flore africaine, sans additif, devraient être offerts par l’ambassadeur à ses hôtes VIP logés à la Maison de France à Dakar durant la visite présidentielle. Pourtant « le laboratoire» d’où sortent les huiles précieuses, relaxante, de massage, les laits, les baumes, les crèmes, ne paye pas de mine. On est loin des labos de Dior ou de Guerlain dans la Cosmetic Valley.

cette vallée là  tire  ses valeurs du baobab, du dattier du désert, du bissap, du bongo…Quant au beurre de karité, il vient du Burkina-Faso, issu de forêts immenses, limitrophes du Ghana.  Ce beurre de karité est un produit de beauté traditionnel de la femme africaine qui, une fois passé par le laboratoire de Chouette Mama et transformés au minimum, exhale les parfums si puissants de l’Afrique. D’autres plantes sont cultivées sur place dans le jardin. Quant aux actifs verts brevetés ils ont été conçus dans un laboratoire français.

Hygiène oblige, interdiction au visiteur de mettre le nez dans la « cuisine » où les villageoises concoctent les produits de beauté. Cette PME, respectueuse aussi de l’environnement, fait ses emballages en bois et produits recyclés, fabriqués au village ou dans les environs. Elle compte douze employées qui sortent 40 produits maison. Ils sont commercialisés dans les instituts de beauté africains, dans les duty shop d’aéroport, les hôtels. Qui aurait dit qu’un jour ces deux-là seraient en passe de franchir l’échelon supérieur grâce à des investisseurs ?  Philippe, cinquantenaire pétant la santé, la peau satinée de bord de mer, a fait une école hôtelière puis s’est fait les dents de gestionnaire dans l’immobilier avant de commercialiser 179 parfums de glaces dans le Morbihan.

Du char à voile aux produits de beauté sénégalais

Géraldine, mince, look sportif et cheveux courts, dirigeait une école de voile, spécialiste du char à voile et du kite surf… Ce couple se veut d’abord, « dans le tissu économique sénégalais », et fait travailler des fournisseurs locaux, échange des savoirs-faire et scolarise les enfants du village. Ici les ouvrières et les autres salariés sont payés deux fois plus que la moyenne du village.

Tout a commencé en 2007. Quelques produits Chouette Mama étaient exposés dans une corbeille à l’Echo Cotier, le restaurant connu de la plage de Popengine. Le directeur de l’ancien aéroport de Dakar est tombé dessus. Quelques jours plus tard, tant il avait aimé, « il nous a donné un présentoir gratuit au duty”, et il a fallu alimenter une tête de gondole avec des dizaines de produits. Dix ans plus tard, les invités se pressent chez Chouette Mama, des femmes d’ambassadeurs, d’Arabie Saoudite, de Chine et d’ailleurs…

Il va falloir agrandir le site de production car les annexes de l’ancien cabanon sont devenues trop étroites. « L’idée de départ c’était de valoriser des produits africains, de faire de Chouette Mama la marque africaine », raconte Géraldine.  Le créneau est à prendre dans une Afrique qui a sur son sol ses sources de développement. La France, l’Europe ? Ce n’est pas la préoccupation première du couple qui a quand même un site marchand sur internet. (chouette Mama) Cette réussite qui se revendique à fond sénégalaise, Géraldine la définit ainsi, « à force de nourrir son rêve ». Comme Chouette Mama nourrit la peau des femmes africaines.

Christian Bidault

Dakar capitale de l’éducation

* Dakar sera durant 48 heures la capitale mondiale de l’éducation. Macky Sall et Emmanuel Macron sont en effet les parrains du sommet pour le Partenariat mondial pour l’éducation. Sont attendus aussi à cette rencontre qui doit permettre une levée de fonds importante les présidents de Centrafrique (Touadéra), du Burkina-Fasso (Kaboré) du Malawi ( Murharika) et peut-etre Paul Kagame (Rwanda) Idriss Deby (Tchad), Alassane Ouattara (Côte d’Ivoire). La participation du nouveau secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres est espérée par les Sénégalais.

Créé en 2002, le PME a pour mission d’accompagner les pays en développement pour offrir une éducation de qualité aux 870 millions d’enfants qui n’y ont pas accès dans le monde. En l’espace de 16 ans, cette structure a permis à 72 millions d’enfants supplémentaires d’aller à l’école primaire.

La venue du Président de la République française est présentée à Dakar comme une “visite d’Etat” et Emmanuel Macron devrait s’entretenir à plusieurs reprise avec Macky Sall. En provenance de Tunis, Il devrait visiter à Diamniadio la Cité du savoir et se rendre à Saint-Louis où le thème de l’érosion maritime sera évoqué avec l’exemple concret de Guet Ndar.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail