Alpha Micro : les bonnes recettes d’une PME qui surfe sur le numérique

Au cœur de l’économie numérique loir-et-chérienne, la PME chausséenne spécialisée dans l’informatique accueillait le préfet et le MEDEF 41 le 31 janvier dernier pour illustrer la transformation numérique des entreprises.

Élus, organisation professionnelle et État main dans la main pour accompagner les petites entreprises. Le message possède son importante dans la vulgate macronienne et il a été reçu 5 sur 5 du côté de la ZA des Gailletrous à la Chaussée. Jean-Pierre Condemine, préfet de Loir-et-Cher et Stéphane Baudu 1er vice-président d’Agglopolys chargé du Numérique et maire de la Chaussée-Saint-Victor ont pu constater très concrètement la réalité et l’organisation d’une entreprise en croissance.

Paul Seignolle, président du MEDEF 41 (1) à l’origine de la visite ne pouvait donc qu’exprimer sa satisfaction : « notre objectif est pleinement atteint. Nous avons pu braquer les projecteurs sur une PME qui est une vraie pépite de notre économie départementale. Dans la discrétion mais avec efficacité, elle œuvre pour la croissance de l’emploi, de la richesse et de l’innovation ».

Devant un parterre de décideurs et de cadres de l’État (Direccte, Éducation nationale), Michel Dugardin et Sébastien Jules, le duo de dirigeants d’Alpha micro a eu le loisir d’expliquer les recettes de la belle vitalité de « leur bébé » créé en 1990 et devenu au fils du temps leader sur le marché des services et de la maintenance informatique aux entreprises en Loir-et-Cher.

Vente de matériel, location, infogérance, réseau, solutions d’impression, logiciels de gestion, Alpha micro possède un portefeuille de 900 clients (à 95 % professionnels) ce qui lui a permis de réaliser un CA de 2,4 millions d’euros en 2017. Une sacrée performance réalisée dans des locaux agrandis (520 m²) en 2017 grâce à un investissement autofinancé de 500.000 euros.

L’intérêt de la visite a clairement résidé dans la présentation de ses process internes mis en œuvre par ses 14 salariés. Support de l’activité, les outils numériques (depuis l’appel téléphonique ou la commande client jusqu’au compte rendu d’intervention et la facturation) permettent de tracer et sécuriser le travail. À terme, l’entreprise envisage ainsi « le 0 papier » en 2019.

« La digitalisation de la chaîne d’intervention nous permet une planification active pour apporter plus de réactivité et de services à nos clients. Nous avons mis en place un SI partagé et toutes les informations saisies par nos collaborateurs s’agrègent dans un progiciel de gestion intégré ou ERP» a souligné Sébastien Jules en présentant les logiciels et solutions techniques mises en œuvre. Fidèles à 96 %, les clients d’Alpha micro plébiscitent cette organisation qui laisse aussi la place à l’humain car chaque entreprise possède un référent unique à même de prendre en compte leur demande immédiatement.

La RGPD un nouveau marché

La question de la protection des données et de leur sécurité a été abordée. « Le Règlement général sur la protection des données (RGPD) va s’imposer à toutes les entreprises à compter du 25 mai prochain. Les entreprises seront responsables de leurs données », a expliqué Michel Dugardin en informant qu’un délégué à la protection des données (Data Protection Officer) devra être désigné dans certains cas.

Interpellé sur cette nouvelle obligation qui se surajoute à d’autres, véritable contrainte administrative pour les dirigeants des petites entreprises, le Préfet a tenté de la justifier. « La protection des données est une nécessité pour les entreprises si elles veulent ne pas être victimes d’attaques sur leurs données confidentielles. De la même façon qu’on se protège des intrusions physiques, il faut se démunir des hackers », a déclaré le représentant de l’État en soulignant la vulnérabilité des PME.

Fort de son expertise dans le domaine, Alpha micro, qui est certifiée Ethical Hacker (le top pour contrer les pirates) possède une offre de services sécurité – réseaux de haut niveau. « Nous réalisons des audits sécurité en amont pour comprendre le besoin ; ils sont d’ailleurs souvent l’occasion de réfléchir à l’organisation du client. La mise en place d’un pare-feu (firewall) est bien-sûr incontournable pour protéger le SI » soulignait le dirigeant dont l’entreprise réalise déjà 8 % de son CA sur le segment de la sécurité.

Face à la pénurie parfois constatée de compétences en informatique, Jean-Pierre Condemine a également fait part de la démarche menée conjointement par l’État et l’agglomération pour étudier les besoins prévisionnels des entreprises locales dans les métiers du numérique. Rendus prochainement, les résultats de ce travail, financé par les crédits de la revitalisation Delphi, sont très attendus dans un contexte de métropolisation où les agglomérations de Tours et Orléans vampirisent les compétences des jeunes talents.

www.alpha-micro.fr
02 54 55 51 50

(1) 1200 entreprises sont adhérentes au MEDEF 41 dont 83 % ont moins de 50 salariés.
(2) Acronyme anglais signifiant enterprise ressource planning.
(3) L’objectif de ce nouveau règlement est de « redonner aux citoyens le contrôle de leurs données personnelles, tout en simplifiant l’environnement réglementaire des entreprises ».

Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail