Déols (Indre) : la prometteuse ascension de Serious Frames

Basée à Déols, Serious Frames se fait peu à peu un nom dans la communication visuelle interactive 3D. Un marché porteur pour cette startup dynamique qui vient d’achever un projet de réalité virtuelle pour l’abbaye cistercienne déoloise.

Littéralement « images sérieuses », traduction du nom de la société, l’entreprise spécialisée dans les images de synthèse et les solutions 3D a été créée en juin 2015 par Olivier Quibel. Ce jeune et brillant ingénieur formé à l’école d’ingénieurs de La?Rochelle (Eigsi) appuie son projet sur la technologie des jeux vidéo.

« Nous travaillons sur des briques de jeu vidéo pour plus d’interactivité. Celles-ci s’interfacent facilement sur tous les types de plateformes pour smartphone, IPhone, tablettes … la technologie (1) n’est plus une limite pour faire de la réalité augmentée ou de la réalité simulée par ordinateur » assure le quadragénaire rencontré dans le show-room de son entreprise située à l’aéroport de Châteauroux.

La réalité virtuelle : une réalité réelle…

Johann Botton développeur informatique surdoué de la réalité virtuelle.

La réalité virtuelle (VR) va bouleverser le monde. C’est particulièrement vrai dans le secteur du tourisme. Plus besoin par exemple d’arpenter les pièces de Chambord pour découvrir le faste de la vie sous François Ier ou de visiter l’ancienne abbaye bénédictine Notre-Dame-de-Déols fondée en 917 pour en mesurer la puissance (voir ci-dessous).

Mais ce type de technologie, qui recrée un site actuel ou disparu ou superpose des images en trois dimensions à la réalité (réalité augmentée), peut avoir de nombreux usages dans bien d’autres domaines. Centre de formations pour entraîner les stagiaires à conduire des engins de chantier ou travailler dans un environnement nucléaire, offices du tourisme ou même fabricants de cercueil, les applications sont multiples… Avec ses MOOC (2) ou COOC, le secteur de l’éducation est ainsi en passe de devenir un vaste jeu vidéo. Partenaire d’un des leaders du secteur (Global knowledge) pour lequel elle assure le développement technique, les solutions de Serious Frames sont ainsi utilisées à la la RATP, Orange ou la SNCF.

« Pour mettre les gens dans un contexte, qu’il s’agisse d’une usine, d’un monument disparu ou d’une situation à dénouer, les plonger dans la réalité virtuelle ou la réalité augmentée, ça aide beaucoup. Pour capter l’attention, c’est vraiment très efficace », garantit le fondateur de Serious Frames, Olivier Quibel. En conceptualisant et contextualisant le réel, l’entreprise conçoit aussi des outils d’aide à la vente. Une activité en plein boum en particulier pour les architectes qui présentent virtuellement leurs projets.

Lever des fonds pour le développement

Si dans un premier temps, Olivier Quibel a été soucieux d’assurer la rentabilité de son entreprise, il ne manque pas d’ambition pour accélérer sa croissance sur ses différents marchés y compris à l’export. « Pour franchir une étape, nous avons besoin de capitaux. L’idée est de progresser sur le segment de la muséographie. Le marché de la numérisation du patrimoine français est immense. Il y a une vraie demande » explique le fondateur qui dans l’immédiat compte bien présenter une demande d’aide dans le cadre du PRI (partenariat régional d’innovation) mis en place par l’État, la BPI et la région Centre-Val de Loire.

Forte de six salariés et de trois indépendants, Serious Frames a doublé son CA en 2017 (200.000 €) et possède un beau portefeuille de prospects et clients de renoms (Bouygues Construction, Orange, Jeanneau, PGA Avionics…). Reconnue pour son expertise, l’entreprise s’est aussi installée dans la pépinière numérique Créatio®ImagéTIC au port des Minimes à La Rochelle. Une installation dans un lieu emblématique qui ne masque pourtant pas son attachement à la région Centre-Val de Loire où Serious Frames souhaite poursuivre sa montée en puissance.

(1) Surpuissants, les logiciels Unity et Unreal engine permettent des réalisations fantastiques.
(2) Le MOOC ou Massive Online Open Course, est une formation en ligne en libre accès sur Internet. Le COOC Corporate Online Open Course) est un cours en ligne dispensée par une entreprise auprès de ses clients ou de ses salariés.

J-L. Vezon.

www.seriousframes.com

 L’abbaye de Déols dans la bure d’un moine bénédictin, comme si vous y étiez

L’abbaye de Déols fut sans contexte un site majeur de l’ordre clunisien. Pour ses 1100 ans, la ville de Déols a donc souhaité numériser un site, dont il ne reste aujourd’hui que le clocher, et proposer une visite virtuelle via une borne interactive. Un marché pour le développement d’une maquette numérique de l’ensemble du bâti a donc été passé avec Serious Frames.

Pour livrer un travail collant à la réalité historique, Olivier Quibel et son équipe se sont attachés les services des archéologues et historiens locaux. Le résultat est à la hauteur des espérances avec la création d’une banque de données virtuelles et une reconstitution de l’abbaye projetée au musée lapidaire qui a ouvert ses portes en 2016. Grâce à un PC de gamer (joueur de jeu vidéo), les visiteurs se promènent ainsi virtuellement dans l’univers monastique.

Mais Serious Frames ne s’est pas arrêtée là. Elle a conçu une application (accessible sous Androïd) qui permet, à partir d’un Smartphone ou d’une tablette, de remonter le temps lors de la visite. « Nef, cloître, chambres des moines, réfectoire ou cuisine : avec la réalité augmentée, on se croit presque au cœur du film Le Nom de la rose » plaisante Olivier Quibel.

« L’équipe de Serious Frames nous a bluffé. Ils sont su écouter nos attentes et prendre en compte les spécificités architecturales en contextualisant leur travail dont le rendu est exceptionnel. Au final, la reconstitution 3 D nous a permis de mieux connaître l’abbaye » précise Olivier Jarraud du service communication de la ville de Déols.

Le projet a également permis de sauvegarder numériquement la crypte de l’abbaye qui est l’une des plus grandes en Europe. « La restitution 3 D va permettre aux historiens et archéologues de poursuivre leurs travaux. C’est une avancée importante en terme de conservation du patrimoine » poursuit-il encore.

Côté fréquentation du site, l’effet est indéniable depuis le déploiement de la 3D en septembre dernier. Entièrement gratuit, la visite numérique de l’abbaye et du musée lapidaire attire ainsi une nouvelle clientèle avide d’histoire et d’innovation. « C’est un atout touristique incontestable que la ville compte exploiter et valoriser en exploitant au maximum les possibilités des vidéos immersives à 360 degrés qui sont de bons outils marketing” assure Olivier Jarraud. En ligne de mire, le site gallo-romain d’Argentomagus qui sert de modèle.

Le projet mené de concert avec l’entreprise d’Olivier Quibel devrait aussi devenir pilote pour l’ensemble des abbayes clunisiennes en Europe. Et une belle carte de visite pour cette startup indrienne.

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.