Macron très attendu à Ajaccio

 Emmanuel Macron va effectuer mardi, date anniversaire de l’assassinat du préfet Erignac,  un voyage à haut risque en Corse.  Un faux-pas dans la négociation peut entraîner de multiples complications et  des dérapages incontrôlés .

Gilles Siméoni.

 Le président de la République déposera une gerbe au pied de la plaque apposée sur la façade  de la préfecture d’Ajaccio avant de se rendre avenue du  Colonel Colonna-d’Ornano où Claude Erignac fut abattu par un commando nationaliste le 6 février 1998. Puis il s’adressera aux Corses et aux nouvelles autorités insulaires élues en décembre à une  majorité écrasante et incontestable.

  Depuis leur arrivée à la tête de la collectivité,  les nationalistes Gilles Siméoni, président du Conseil exécutif et Jean-Guy Talamoni,  patron de l’Assemblée de Corse font cause commune car « les enjeux du moment dépassent les querelles stériles ».Pour eux , sans l’ombre d’un doute,  le président de la République détient les clés de la situation. « Aujourd’hui, en France, il fixe le cap. S’il en a la volonté, il peut être l’homme d’Etat qui ouvrira la voie à une solution politique négociée permettant de  construire entre la  Corse et la République française une relation forte et apaisée »,  nous déclarait Gilles Siméoni à la suite de son entretien la semaine dernière  avec le premier ministre puis le président du Sénat dont il sortait déçu.

Jusqu’où aller ?

Emmanuel Macron, Président de la République.

 Face à l’exécutif, Jean-Guy Talamoni et Gilles Siméoni ont joué la mobilisation populaire avec  samedi une grande manifestation réussie à Ajaccio. Jusqu’où l’Elysée est-il prêt à accorder un droit de différentiation à la Corse  afin que  la législation nationale coïncide avec  ses revendications principales et  ses besoins ? Après en avoir  défini le principe encore faudra-t-il  s’accorder sur le contenu et le faire entrer dans la réalité. Jusqu’où l’autonomie, jusqu’où la langue corse ?

Rapatriement des détenus                                                                               « politiques »

Les deux dirigeants corses lors du Congrès des régions (archives).

 Autre question  épineuse mais plus circonstancielle, le rapatriement sur l’île des détenus dits « politiques », autrement dit les condamnés du commando Erignac, toujours détenus sur le continent. Ferrandi et Alessandri sont libérables depuis deux ans, Ivan Colonna le sera en 2021. Gilles Siméoni qui fut l’avocat d’Ivan Colonna, s’exprimant en tant que l’avocat qu’il fut et non en président de l’exécutif  corse dit « quand une peine est exécutée , maintenir la détention  c’est infliger une double peine, un peu comme s’il y avait  une forme de vengeance » .

C’est la crédibilité de  sa  gouvernance et  la force de son autorité qu’Emmanuel Macron va jouer en Corse. Il est un premier de cordée sur la corde raide

 Françoise Cariès

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Et les 2 FLB = ?
    Fronts de libération de la Bretagne et ….
    front de libération du … Berry .
    République une et indivisible ; certes , mais dans quelles conditions ” constitutionnelles ou anticonstitutionnelles ” ?
    Qui agirait : ” anticonstitutionnellement ” ?

Comments are closed.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail