Corse : Emmanuel Macron ne cède rien

  Avant de s’adresser aux Corse, à Bastia, le chef de l’Etat avait exigé le décor qu’il souhaitait : point de drapeaux corses derrière lui mais six drapeaux français associés à autant de drapeaux européens. Puis, dans ce cadre  par lui défini, à sa manière très doctorale, Emmanuel Macron  a infligé une leçon républicaine  aux Corses et aux élus qu’ils ont choisis pour les représenter. 

Emmanuel Macron et Mme Erignac.@Présidence de la République.

Des concessions attendues il n’a point été question.  Après avoir réaffirmé « l’union indéfectible entre la  France et la Corse »,  il a dit  oui à une mention  de la Corse dans la Constitution mais non à la co-officialité de la langue corse, non au statut de résident pour l’acquisition du foncier et non à l’amnistie des prisonniers.

 Identité corse pourquoi pas ? Mais dans la bouche du chef de l’Etat le mot identité ne recouvre  pas le même concept que celui des élus nationalistes.  Pour lui,  l’inscription  dans la constitution n’est pas une réponse aux questions et aux problèmes très concrets  (logement,  chômage) qui agitent les habitants de l’île.  Et de leur rappeler,  dans la foulée qu’il y avait eu depuis 1982, quatre statuts successifs les concernant sans que la question corse soit réglée. « Je ne vous encouragerai pas à croire que cela soit la mère des batailles », a-t-il prévenu sans aller jusqu’à  dire explicitement que l’inscription dans la constitution ne changerait rien à la situation de l’île.

Le “rendez-vous manqué” des dirigeants corses

Jacqueline Gourault.

 En filigrane il invitait son auditoire à commencer par balayer devant  sa porte, en leur rappelant pour finir qu’ils jouissaient d’ores et déjà de compétences supérieures à n’importe qu’elle collectivité hexagonale. Et qu’ils gagneraient beaucoup en commençant à les exercer avant d’en réclamer de nouvelles

 Mais n’est-ce pas justement, en partie, derrière ces réclamations nouvelles non obtenues que les responsables de l’exécutif  corse  songent à s’abriter devant  ceux qui les ont portés au pouvoir tant leur semble difficiles  à  faire entre dans une pleine réalité certaines politiques sociales. Si ce refus peut  agir  comme un parapluie  dans le futur, il n’en reste pas moins que la déception  est grande chez Mrs Siméoni et Talamoni, respectivement président du Conseil exécutif  et de l’Assemblée de Corse. Ils évoquent « un rendez-vous manqué » mais Jacqueline Gourault promue Mme Corse   affirme que « le dialogue n’est pas rompu ».

 F.C.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Ils sont biens mignons les corses et je les adorent, mais je les trouve souvent de mauvaise foi. Ils ne sont pas heureux chez eux, sur leur Ile magnifique ? Protection du littoral, faire la chasse aux promoteurs, absolument d’accord et c’est valable pour toute la France métropolitaine et DOM-TOM (protection de nos montagnes et de nos campagnes). Ils ne veulent pas que l’on vienne acheter ou habiter dans leur département, la France est une et indivisible. Après tout, à une certaine époque, nous aurions pu nous passer de Napoléon Bonaparte !

Comments are closed.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail