Orléans: prison ferme pour les deux anciens gérants du cinéma les Carmes

Le cinéma Des Carmes (archives).

L’affaire du cinéma Les Carmes, la salle “art et essai” d’Orléans remonte à 2013. Ce feuilleton judiciaire contre les deux ex-gérants successifs, Bertrand Mauvy et de Boudjemaa Dahmane, accusés d’abus de biens sociaux et du travail dissimulé, a trouvé son épilogue jeudi avec le délibéré rendu par le Tribunal correctionnel d’Orléans dont l’audience s’était tenue en novembre 2017. Les deux hommes ont été condamné à deux ans de prison ferme. Ils devront aussi verser 210 000€ à ‘administrateur judiciaire.

Depuis le cinéma Les Carmes, acteur majeur de la vie culturelle orléanaise a changé de gouvernance et de gérance et se porte bien fréquenté par uue clientèle fidèle.

A propos des épisodes précédents, Patrick Communal, ancien avocat, sur un réseau social fait ce commentaire: “J’avais suivi un moment ce dossier en défense des salariés. Je crois que si ce cinéma a survécu, on le doit essentiellement à Myriam Djebour, à l’origine salariée de l’établissement, victime de harcèlement, de déqualification, qui a su organiser le personnel, conduire la grève, engager les actions judiciaires appropriées et assumer la responsabilité de la gérance statutaire de la nouvelle société lors de la liquidation de la précédente. Elle a tout fait pour sauver la structure, en renonçant au passage au bénéfice des indemnités auxquelles elle aurait eu droit comme salariée et qu’elle ne pouvait plus revendiquer en étant devenue gérante. J’ai un grand respect pour Myriam, ce fut un honneur de croiser son chemin.”

 

 

Afficher les commentaires