France Bleu-France 3 Régions, un rapprochement inévitable ?

A la rentrée dernière, le gouvernement Macron évoquait à nouveau son ambition de faire, au plus vite, des économies au sein de l’audiovisuel public. Au total sur plusieurs années, un effort de 80 millions d’euros sur l’ensemble du secteur, dont 36 millions dès cette année. En ligne de mire afin de réduire cette voilure budgétaire, principalement le Groupe France Télévisions mais également Radio France.

 

Des réductions de coûts illustrées dans la foulée par l’annonce de Gérald Darmanin, ministre  des comptes publics , fin octobre dernier devant l’Assemblée Nationale. Ce dernier révélant à la hâte un projet de fusion des antennes régionales de France 3 avec le Réseau France Bleu. Projet de fusion requalifié aussitôt par Françoise Nyssen, ministre de  la culture et de la communication, préférant parler elle de : « coopération renforcée » entre les deux entités. Qu’en est il vraiment de ce rapprochement aujourd’hui ? Difficile à dire.

Même si des propositions de coopération ont bien été remises il y a quelques semaines au gouvernement, respectivement par les présidents de Radio France et France Télévisions, Mathieu Gallet (sur le départ) et Delphine Ernotte, le projet reste flou. Parmi les pistes avancées tout de même, un rendez-vous politique régional diffusé sur les deux entités.

Mais également une matinale hybride radio/télévision, orchestrée par France Bleue, réunissant news et services de proximité. Un projet rappelant l’un des principaux objectifs de ce rapprochement, la production de programmes communs dans une logique multicanale radio-TV-Internet, réduisant ou optimisant de fait les coûts de fonctionnement. Des propositions que ne souhaite pas commenter Valérie Giacomello , directrice de France 3 Centre Val de Loire ,contactée récemment. Confirmant : « Que la réflexion est simplement ouverte dans le cadre des échanges existant à ce jour entre Radio France et France Télévisions ». Du côté de la rédaction de la télévision régionale, deux discours. Certains approuvent déjà ce rapprochement, selon eux : « Inévitable à terme ».

“Tout se passe  à Paris…”

D’autres confient d’emblée : « qu’il n’est jamais bon de mélanger les torchons et les serviettes ». Une façon « élégante » de camper sur ses compétences et de rappeler que le métier de la radio n’est pas celui de la télévision et inversement. Un tirage de langue en règle aux éventuelles économies d’échelle programmées. De son côté ,Philippe Magnier ,directeur de France Bleu Orléans, l’une des stations locales du réseau public en Région Centre n’est guère plus loquace sur le sujet , confirmant du bout des lèvres des discussions entre les deux groupes mais que : «tout se passe à Paris pour le moment ». Seule certitude pour l’heure , en marge de ce rapprochement à pas de velours, le départ au 1er mars prochain du patron de la Maison Ronde, Mathieu Gallet, rattrapé par son passé professionnel, et révoqué récemment par le CSA. Un moyen pour l’autorité de régulation, de retirer au plus vite une pierre devenue, au fil du temps, de plus en plus encombrante dans le jardin de la réforme audiovisuelle du Gouvernement Macron.

Régis Bonlieu

 

 

 

 

 

 

 

Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail