L’amour vu d’Orléans

L’exposition de photos amateurs sur les grilles de la mairie d’Orléans à l’occasion de la Saint Valentin, donne à voir une sorte de vision institutionnelle de la vie amoureuse des habitants de la cité johannique. A y regarder de plus près, cette vision municipale du domaine amoureux ne manque pas d’interroger sur le choix des photos et du message moral implicite qu’elles connotent. Bien sûr, ce regard peut sembler anecdotique dans cette volonté de la ville de soutenir ses commerçants en célébrant un événement qui, somme toute, touche à la vie privée de tout un chacun, mais voyons  ce que nous renvoie cette dizaine de photos  choisies par la ville d’Orléans.

D’abord, évidemment, l’homosexualité n’y est pas présente excluant déjà 8 à 10 % des amoureux… et puis les photos insistent sur l’age et surtout la durée: l’amour c’est fait pour durer, si possible toute la vie, et tant pis pour tous les couples divorcés, remariés ou recomposés (50 % des amoureux, cette fois) qui ne répondent pas à ce critère municipal de l’amour: la longévité.  Et puis, si on lit dans l’ordre des photos exposées sur les grilles comme les vignettes d’une bd, l’amour c’est fait d’abord pour se marier et puis pour avoir des enfants: “ils s’aimèrent toute la vie et eurent beaucoup d’enfants“, comme disent les contes de fée…

Il est des sujets qui, je crois, relève de la vie privée de chacun et où la puissance publique ferait mieux de s’abstenir d’y mettre son nez, même en photos !

GP

http://www.orleans-metropole.fr/351-6981/fiche/orleans-fete-la-saint-valentin.htm

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. excellent !
    Cette “exposition” n’est que l’illustration renouvelée d’une gouvernance municipale réactionnaire et réactionnelle qui s’inscrit dans les pas, dit autrement qui “marche” à fond dans le projet de la gouvernance nationale: faire du jeune avec du vieux, retaper les façades, mais laisser les vieilles habitudes gouverner et perpétuer la morosité, l’ennui, freiner ce qui pourrait remettre en cause leur ordre établi.
    Un ordre qui a pour mot d’ordre : faire semblant que “tout va très bien mesdames et messieurs les marquis-es” avec paillettes et serpentins chinois. . .
    Heureusement

  2. Moi j’aurais publié un cliché d’une élue municipale socialiste embrassant sur le front un député modem, celui d’un élu FN étreignant jusqu’à l’étouffer, l’une de ses ex-colistière, un autre d’un candidat LR et d’un collègue de l’UDI se congratulant après leur défaite électorale face à une candidate socialiste. Et pourquoi pas une photo d’une conseillère municipale communiste main dans la main avec un camarade président d’une association de locataires. Vive Orléans, vive l’amour.

Les commentaires pour cet article sont clos.