Un aller-retour pour Paris: Orléans arrache un nul frustrant contre le PFC 1-1

Le P-O sans l’EPO

Paris-Orléans a longtemps été une grande compagnie ferroviaire, le « P-O » sans dopage, dont les gares d’Orsay et d’Austerlitz étaient les quais lancés vers le Sud-Ouest. Quant à la relation Paris-Orléans, elle a été une longue rivalité de capitales, puis une relation hiérarchique entre l’hypertrophie du centre et le désert relatif de la région Centre, bien avant le désert médical.

En football, il n’y a pas photo entre la Loire et la Seine, même si chacun se souvient des exploits des hommes de Jacky Lemée et du portier de légende l’Arago de la rue Moine puis du Stade de La Source, Patrick Viot.

Un barrage aux Montées ?

Moins d’une année après le barrage pour éviter la descente qui avait vu la double victoire des Orléanais, que d’eau passée sous les ponts de Loire et sous le Pont Mirabeau ! Paris FC est 4e et commence à rêver de côtoyer les rivaux du PSG, mais l’USO est sur une belle série de trois victoires consécutives qui l’a réinstallée confortablement au cœur du classement. D’où une confrontation passionnante qui peut orienter le dernier tiers de la saison loin de la seule quête du maintien, mais il faut pour cela percer la solide défense parisienne, et aussi les mystères et misères de l’effondrement du niveau de l’arbitrage en ligue 2 : il faudrait au plus vite confier une mission à Jean-Michel Blanquer pour sortir du naufrage en empruntant un nouveau bac et passer d’un barrage à l’autre.

 

Le nouveau siège de Paris

 

Dès la 5e mn, Orleans se montre incisif et dangereux et provoque une série de fautes peu ou pas sanctionnées par un arbitre très éloigné de l’arbitrage maison de Real-PSG, en dépit de son patronyme bien connu des Sourciens. Monfray et Poha, comme souvent, se montrent les meilleurs sur le terrain. Et à la 20e, suite à un contre rondement mené, Le Tallec s’écroule au point de pénalty, mais laisse l’arbitre de marbre. De l’autre côté du terrain, il faut attendre la 30e mn pour voir le 1er tir parisien, non cadré. En revanche à la 38e, c’est un centre orléanais qui file devant le but parisien.

Carton plein pour Tchokounté

Gauthier Gallon (USO).

Toutefois, à la 40e, c’est Gallon qui fait preuve d’une belle autorité en se couchant sur un centre en retrait menaçant. Pourtant c’est bien Tchokounté qui ouvre le score contre le cours du jeu à la 42e. sur une action dans la surface digne de vidéogag :1-0 pour PFC.

Peu après, le buteur parisien prend un carton jaune pour un très vilain geste, juste avant la mi-temps.

Coaching gagnant : joue la comme Zidane

Cissokho.

À la reprise, en un coaching osé, Benkaid prend la place de Poha pour aller chercher au minimum l’égalisation. Mais une perte de balle de Bouby au milieu de terrain aboutit à un coup franc parisien dès la 48e. Le match s’anime avec un contre de Le Tallec, malheureusement gâché par une passe pas assez appuyée de Benkaid. Les Orléanais sont décidément trop maladroits pour être dangereux.

À la 63e, une bonne combinaison N’Goma-Seidou provoque un corner, mais celui-ci ne donne rien. A la 68e, une série de dribbles virevoltants de Cissokho puis de Benkaid fournit à l’USO une énorme occasion, gâché par un tir qui ne trouve pas le cadre.

Un ferry pour la traversée de NGoma

Le Tallec et Bouby, décevants, cèdent leur place à Dehmoncy et à Perrin pour les 20 dernières minutes, pendant que Cissokho vendange encore.

Les 3 713 spectateurs retiennent leur souffle à la 73e quand Monfray tente un retourné acrobatique au point de penalty, mais la balle passe au-dessus de la barre.

Et le public tremble à la 81e quand un contre parisien voit l’attaquant s’écrouler dans la surface, sans dégâts. Les esprits s’échauffent comme dans tout bon derby, ici frustrant.

Enfin la délivrance vient d’un ballon repris par Seidou magnifiquement repris par un tir aussi puissant que vrillé de Ferris Ngoma. 1-1 !

Boire la coupe de la Ligue jusqu’à la lie 

D.Ollé-Nicoll

 Dans le temps additionnel Benkaid est fauché dans la surface, mais c’est lui qui prend un rouge pour contestation, et l’entraîneur orléanais avec ! Décidément, les mauvaises fées de la Ligue souhaitent un 2e club à Paris en Ligue 1…Espérons que le maintien d’un club en ligue 2 à Orléans leur soit supportable. Vivement le prochain derby des rives du Cher, d’autant plus chaud qu’il constituera une des dernières chances pour le Tours FC pour ne pas laisser Orléans en tête à tête avec Châteauroux métropole., meilleur club régional cette saison.

Paul Jozet

Ligue 2 résultats et classement: http://www.maxifoot.fr/resultat-ligue-2.htm

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.