T’es pas tannée, Jeanne d’Arc ?

C’était le titre d’une pièce québécoise à succès du tout début des années 1970, qui entendait établir un parallèle entre le sort de la sainte et celui du Québec assassiné à petit feu par le Canada. Il m’est revenu à l’esprit en apprenant, éberlué, le scandale que constitue pour certains le fait que la candidate retenue pour incarner la Jeanne 2018 soit d’origine béninoise.

Par Gérard Hocmard 

Et alors ? La jeune fille satisfait a priori à tous les critères de sélection. Où donc est le problème ? Faudrait-il, pour satisfaire les grincheux, inclure parmi les conditions requises pour candidater celle d’être blonde aux yeux bleus (sait-on seulement la couleur de ceux de Jeanne ?), d’être issue de Lorraine (pourtant duché extérieur au royaume de France à l’époque), d’avoir un CAP de bergère et le don de transmission de pensée ?

Parce qu’il s’agit quand même – ne l’oublions pas – d’une incarnation symbolique, d’une commémoration spirituelle, de l’accomplissement annuel du vœu perpétuel de la ville prononcé à la levée du siège de 1429, pas de théâtre. La population de la ville change, en effet. Est-ce une raison pour renoncer à en rassembler les habitants dans un même geste collectif ?

Et quand bien même il s‘agirait d’une simple représentation ? Après tout nul n’est obligé d’être touché par la dimension spirituelle que confère au défilé le fait qu’il s’agisse d’un rite, et perpétuel qui plus est. Interdira-t-on de chanter Madame Butterfly à une cantatrice qui ne serait pas japonaise ? Jessye Norman, qui n’a rien d’une cousette montmartroise, n’a-t-elle pas superbement incarné Mimi dans La Bohème ?

Je me suis demandé si le tollé serait plus grand au cas où, sous l’injonction d’un Secrétariat à l’Égalité entre femmes et hommes conscient de sa mission, on décidait d’autoriser les garçons à candidater une année sur deux, en ressuscitant la pratique du « Puceau d’Orléans » des débuts de la Restauration. Pire encore : ne risquerait-on pas d’avoir à déclarer l’état de siège en ville si on sélectionnait une jeune Anglaise catholique domiciliée à Orléans depuis 10 ans ?

Vade retro, Satana !

Gérard Hocmard.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Rappelons d’abord qu’il y a eu plusieurs centaines de commémorations sans représenté Jeanne. Rappelons ensuite, et oui, que tout d’abord on a demandé au secrétaire de mairie de porte un drapeau… c’était un homme, avant d’avoir l’idée du cheval… et enfin, il y a très peu de temps en fait, d’une jeune fille. Rappelons enfin que la Lorraine n’était pas toute française à l’époque de Jeanne et qu’on ne sait pas exactement de quel côté elle était née. Bref… faut-il vraiment argumenter devant la bêtise de quelques neo-fachistes ?

Les commentaires pour cet article sont clos.