La requête en référé de Tahar Ben Chaabanne rejetée par le Conseil d’État

L’Association de défense de l’audiovisuel public (ADAP), et l’Orléanais Tahar Ben Chaabanne, ont déposé lundi 26 février dernier une requête en référé contre la décision du CSA de mettre fin aux fonctions de président de Radio France de Mathieu Galet (décision prise le 29 janvier dernier). L’association invoquait un “excès de pouvoir” de la part des sept sages du Conseil supérieur de l’audiovisuel, qui auraient agit sur injonction gouvernementale.

“Au moins, on aura essayé. C’est le droit qui prime. L’aventure continue, la question de l’indépendance des médias nous préoccupe toujours, et il y aura d’autres initiatives dans le futur”, indique en fin de journée mercredi 28 février Tahar Ben Chaabanne, qui avait trouvé là une belle façon de s’assurer un peu de publicité dans une période creuse (et froide) en actualités.

 Extrait du communiqué officiel du Conseil d’État : “L’ADAP, qui a pour mission de « veiller à l’indépendance des médias publics, leur stratégie, leur gestion, leur engagement éditorial » et de « contribuer à leur renforcement, ceci incluant d’éventuels recours contre les décisions injustifiées ou contraires au droit de ces organismes » a saisi le juge du référé-liberté du Conseil d’État afin que celui-ci ordonne la suspension de cette décision”. (…) “Par l’ordonnance de ce jour, le juge des référés du Conseil d’État rejette cette demande. Il juge que l’ADAP ne justifie pas d’un intérêt donnant qualité pour demander au juge la suspension de cette décision, qui concerne une personne en particulier. La demande de l’association n’est donc pas recevable”.

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Il n’est pas besoin d’être docteur en droit pour savoir que pour aller au tribunal il faut avoir “la qualité pour agir”. Nous l’avions évoqué dans un commentaire laissé lundi dernier après l’annonce de Tahar Ben Chaabanne qui aurait pu éviter de faire perdre du temps au Conseil d’Etat avec cette dérisoire demande qui était surtout une recherche ratée de publicité personnelle.

  2. Au fond, le mieux serait pour M. Ben Chaabanne de s’offrir un média lui-même pour les besoins de ses ambitions orléanaises. Officiellement indépendant et libre, il en tirerait cependant les ficelles au gré d’idées géniales (telle que la requête au conseil d’Etat) soufflées en coulisse par ses amis, dont quelques uns sont déjà opportunément bien placés et ne peuvent se permettre de telles facéties. Pour s’offrir un média, il faut des sous, mais pas trop, l’affaire n’est donc pas impossible. Actuellement, l’offre de sites internet d’infos (par exemple) est assez large à Orléans, il aurait le choix, et pour certains d’entre eux, il n’y a qu’à se baisser pour les ramasser… Heureusement, tout ceci n’est que fiction !

  3. @Magcentre : Pourquoi coup de pub?
    Quand l’information sera TOTALEMENT verrouillée vous verrez que c’est un combat à mener. Faut-il rester passif et ronchonner dans son coin ou essayer de faire quelque chose. Avec mes amis, nous avons choisi la seconde solution. Après, comme on dit, la critique est aisée, …..
    Surprenant que ceux qui ne font rien, critiquent ceux qui essayent de faire.
    Cette initiative aura des suites, dès que l’on connaîtra les projets du gouvernement au sujet de l’audiovisuel public. A suivre.

    • Au contraire, ce gouvernement que je ne soutiens pas spécialement, risque de dépoussiérer l’audiovisuel public, souvent verrouillé par les gouvernements précédents. L’audiovisuel public appartient aux français (redevance oblige) et pas seulement à des courants, souvent de gauche ou centre gauche que vous avez l’air de regretter. La pensée unique de l’audiovisuel public avec des rédactions et émissions orientées “bâbord” c’est le passé Monsieur. Sans vouloir vous offenser, c’est mon opinion ! Effectivement à suivre, il y a encore du boulot…

  4. Quand Mr Ben Chaabane arrêtera-t-il de se prendre pour le Fouquier-Tinville de la République et d’Orléans ? A force de monter des dossiers contre les uns et les autres, …, cela finira par lui retomber dessus. En tout cas, les juristes n’ont pas fini de le chambrer sur son incompétence. Ne voilà-t-il pas qu’il prend la défense d’un responsable d’établissement public, accusé de favoritisme pour des marchés publics ? (Mathieu Gallet). Et cela au nom de la liberté de l’audiovisuel ? Hallucinant !

  5. Réponse à Tt: Nous n’avons chercher à prendre la défense de personne. Au demeurant, concernant monsieur Gallet, la justice s’est prononcé et c’est tant mieux. Par notre démarche nous voulions simplement dénoncé l’absence d’indépendance du CSA qui n’a fait d’obéir aux ordres du gouvernement. Or, il est censé être une autorité INDÉPENDANTE notamment du gouvernement. C’est écrit noir sur blanc dans notre requête. C’est agaçant de voir des critiques, émanant de gens qui n’ont pas pris la peine de comprendre les situations, qui vous critiquent( voir plus) à l’emporte pièce et de surcroît sous pseudonyme. Comme je l’ai promis, il y’aura des suites. Notre objectif est simple. Nous avons besoin de 2 choses:
    1. Un audiovisuel public en région pour garantir le pluralisme de l’information.
    2. Une autorité de régulation RÉELLEMENT INDÉPENDANTE.
    Ni plus, ni moins.

    • Si vous partagiez l’opinion du CSA, il serait une Autorité Indépendante ; puisque vous êtes en contradiction avec, le CSA est donc dirigé par le gouvernement ! Apparemment, vous ne connaissez rien au système de nominations des membres du CSA, aucun d’entre eux n’a été nommé sous l’ère de l’actuel Président de la République ! Les deux derniers nommés l’ont été en janvier 2017 par le Président du Sénat et le Président de l’Assemblée Nationale ! L’actuel Président du CSA (ex Dir.Cab. de L. Jospin) a été nommé par F. Hollande en 2013. Selon vos dires, ils sont à la botte du gouvernement ? Vous êtes libre de vous engager politiquement mais vous n’êtes pas sérieux !

Comments are closed.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail