Terrorisme: l’ancien préfet du Loiret désavoué par le tribunal administratif d’Orléans

Orléans et le Loiret sont considérés par “les services” comme  des bases arrières à forte implantation terroriste. Ce n’est pas une raison pour voir des islamistes dangereux partout. C’est en tous cas ce qu’a estimé le tribunal administratif d’Orléans qui a débouté le préfet de région et du Loiret, Nacer Meddah quant aux agissements suspects décelés par un employé d’un lieu hautement sensible, la centrale nucléaire de Dampierre En Bruly (Loiret), près de Gien.

Dampierre-en-Burly

 Le tribunal administratif d’Orléans a désavoué fin février le préfet du Loiret qui avait ordonné des perquisitions au bureau et au domicile d’un salarié EDF de la centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly  soupçonné de sympathie pour le terrorisme islamiste.

Une  « note blanche » pour comportement « suspect » avait été rédigée en septembre 2016, selon laquelle ce préparateur électricien avait refusé d’observer une minute de silence organisée dans l’enceinte de la centrale nucléaire après les attentats en France. Il lui était aussi imputé d’avoir déclaré après l’attaque contre un club gay à Orlando, aux Etats-Unis : « si la charia était appliquée, il n’y aurait plus de problèmes avec la communauté homosexuelle ».Estimant que l’homme était susceptible de  « constituer une menace pour la sécurité et l’ordre publics », le préfet avait ordonné des perquisitions dans son bureau à la centrale nucléaire, ainsi que dans ses deux véhicules et à son domicile.

Il avait participé aux minutes de silence

Nacer Meddah, préfet de région à l’époque.

Aucun élément pouvant établir qu’il évoluait dans une mouvance islamiste n’avait été recueilli. Aussi l’employé d’EDF a contesté le bien-fondé de l’initiative préfectorale devant le tribunal administratif, qui lui a donné raison, estimant que la décision préfectorale était sans fondement. Pour le tribunal administratif  « la note blanche produite par le préfet ne permet pas de tenir pour établis les faits rapportés ». En effet, le salarié a présenté au tribunal divers témoignages sur sa participation à  « des minutes de silence », tant dans les locaux de la centrale de Dampierre que devant la mairie de Gien. Il conteste également avoir tenu les propos qu’on lui prête sur la communauté homosexuelle. Le tribunal orléanais relève qu’ « aucune précision n’est donnée (…) sur les circonstances de date et de lieu dans lesquelles le salarié aurait tenu de tels propos ».Les juges administratifs ont en conséquence annulé la décision préfectorale ordonnant les deux perquisitions et ont condamné l’Etat à verser 2.000 euros au requérant, au titre des frais exposés pour sa défense.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.