Loiret: Stéphanie Rist sera l’une des “pilotes” d’Agnes Buzyn qui dévoile son plan santé

Ce mercredi la ministre de la Santé Agnes Bzyn devrait dévoiler les premiers bases de sa  réforme de notre système de santé. Une refonte de très grande ampleur qui ne passe pas seulement par un nouveau financement de l’hôpital. Cinq grands chantiers seront mis en route et présentés par la Ministre avec à chaque fois deux pilotes qui les conduiront sur le terrain. L’une de ces dix co-pilotes sera Stéphanie Rist, députée LREM du Loiret, ancien chef de pôle au centre hospitalier régional d’Orléans qui sera aux côté de la ministre, mardi lors de la conférence de presse de lancement.

Stéphanie Rist sera l’une des pilotes de la réforme.

“Tous les acteurs de notre système de santé sont en détresse”, explique Stéphanie Rist, “les patients, les médecins, les infirmières, les salariés des EHPAD…”.  Pertinence et qualité des soins, montée en puissance du numérique et financement, tels seront les trois premiers chantiers déclinés. Sur ce dernier point, crucial, l’idée est de réformer le paiement à l’acte dans les hôpitaux qui, avait dit la ministre sur une radio, “pousse aujourd’hui à une activité sans qualité“. Et à une concurrence entre hôpitaux. Stéphanie Rist explique: “en 2022, il n’y aura plus que 50% de paiement à l’acte”. Un système qui aujourd’hui pousse les praticiens à en faire le plus possible.”En revanche pour les maladies chroniques comme le diabète ou le cancer, c’est un parcours de soin qui sera financé”. 

Défense de la liberté d’installation

Le service gériatrie de l’hôpital d’Orléans.

Autre volet qui concerne la région Centre-Val de Loire au premier chef, “championne” en terme de désert médical, la formation et les ressources humaines. Selon toutes vraisemblances Stéphanie Rist devrait être l’une des deux pilote de ce chantier. Ce qui ne rassurera guère les adversaires de la liberté d’installation des médecins dont les voix commencent de plus en plus à se faire entendre et pas seulement sur les bancs de la gauche, qui n’y a d’ailleurs pas touché lorsqu’elle était aux affaires. En effet Stéphanie Rist, sur la même longueur d’onde que les syndicats de médecins défend bec et ongle cette liberté d’installation. De même sur le numérus clausus (quota d’étudiants en 1re année) la députée du Loiret estime que son augmentation par exemple à Tours n’est pas une garantie de retrouver un nombre supplémentaire de médecins à la sortie en région. “Pour les garder sur place il faut afficher des établissements d’excellence, des service compétents”. 

Trois mois de chantier

Les pilotes de ces cinq chantiers auront trois mois pour recueillir les avis de terrain auprès des citoyens, des médecins, des ARS, des doyens de fac…

Olivier Carré et le docteur Jouaneau à la MSP de la Source.

S’agissant des MSP (Maison de santé pluridisciplinaire) la réforme imaginée par la Ministre proposera sans doute un semblant d’organisation territoriale. Alors qu’aujourd’hui les collectivités locales financent des MSP, parfois vides ou abritant des médecins qui quittent leur cabinet, en toute liberté, n’importe où. Ainsi à Orléans-La Source en panne de praticiens. Quant à la PACES (Première Année Commune aux Etudes de Santé) à Orléans, là encore Stéphanie Rist n’y voit pas un accélérateur d’installation: “ce n’est pas ça qui va résoudre nos problèmes de densité médicale”, dit-elle. Et elle aussi se déclare favorable à plus de coopération avec le CHU de Tours, comme ces deux professeurs de Tours promis au CHRO. 

Des groupes de CHU mais pas à Orléans

Or, l’on a vu récemment au Conseil régional combien c’était un crève coeur pour les Tourangeaux de céder une once de leur mandarinat hospitalier. De toutes manières, précise la députée qui semble être la voix de sa ministre, il y a trop de CHU en France, donc pas question d’en créer un nouveau à Orléans. Le ministère mise plus sur une vraie coopération comme HUGO (Hôpitaux Universitaire du grand Ouest (Angers, Brest, Nantes, Poitiers, Rennes, Tours) qui a été mis en place en 2005. Et tant pis pour Orléans qui reste la seule capitale régionale sans CHU. Au total en France, l’hôpital devrait s’organiser autour de dix grand pôles comme HUGO. Dans la zones rurales, le projet évoque des “groupements hospitaliers de territoire”. 

Le docteur Door doit laisser la place

Pas de bon système de santé sans prévention et Agnes Buzyn devrait dévoiler une réforme volontariste qui implique les étudiants, en médecine, kiné, infirmière…Lors de leur scolarité, ils auront à faire de la prévention (alimentation, lutte contre les addictions…) tout en soignant leur aptitude à la pédagogie, dans les établissements scolaires. 

Quant à l’ordonnance rédigée par le docteur Rist, (LREM), à l’attention d’un confrère du Loiret, le docteur Jean-Pierre Door (LR) candidat à sa réélection sur la 4 ème circonscription, elle est sans concession: “il faut qu’il laisse la place“, tout en reconnaissant qu’il a beaucoup travaillé lors de ses mandats, y compris sur les sujets santé. Mais la solidarité corporatiste a ses limites, alors Stéphanie Rist soutient haut et fort, et la cure de rajeunissement de l’Assemblée, et Mélusine Harlé la candidate de la majorité.

Ch.B

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. la bonne copine… non je ne soutiens pas plus que ça M. Door mais je ne veux pas, vraiment pas, d’une députée ballerine de plus

  2. Beau défi. Comment créer un service de santé qui favorise la longévité des personnes et améliore la qualité des soins, tout en abaissant les coûts pour la collectivité et en améliorant les conditions de travail du personnel soignant , médecins y compris ?
    Voilà un paradoxe apparemment impossible à résoudre. Il faut pour cela des personnes qui ont une perception globale de la situation, et une capacité à intégrer les informations en provenance des différents plans de la réalité.
    Si la doctoresse Rist et la Ministre Buzin ont cette perception elles ont alors les outils pour réussir. Un CHU à Orléans n’est pas forcément une réponse pertinente. Quand des ultra libéraux comme Peltier, ou des élus d’un autre bord n’imaginent comme réponse aux déserts médicaux qu’une contrainte d’installation obligeant les jeunes médecins, ils sont franchement dans le conservatisme réactionnaire.

  3. Ce n’est déjà que la voix de son maître en l’occurrence celle de sa ministre, Agnès Buzyn….Elle est élue d’une circonscription urbaine d’Orléans?, c’est à se le demander, CHU éventuel à Orléans, PACES à l’université,aucun intérêt à ses yeux.La région Centre-Val de Loire est déjà la région la moins connue du territoire métropolitain,c’est pas avec cette députée qu’elle va être davantage connue….

Comments are closed.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail