Parc Pasteur (Orléans): Guignol ne répond plus

Si vous avez des enfants en bas age, peut-être avez-vous souhaité profiter des vacances scolaires pour les emmener au “pestacle” du petit Théâtre du Parc Pasteur à Orléans ? Mais voilà: Guignol ne répond plus !

Après une ultime représentation en novembre 2017, la Tortue Magique, compagnie de marionnettes et de bien d’autres arts de la scène, a rendu son tablier après 29 ans d’une action culturelle passionnée au service de l’imaginaire des enfants, en programmant et créant des spectacles dont la particularité étaient d”afficher le plus souvent “complet”. Depuis novembre, le petit théâtre est donc silencieux et fermé au public en attendant le sésame d’une commission de sécurité, formalité obligatoire tous les cinq ans.
Et bonne nouvelle, Nathalie Kerrien, l’adjointe à la culture de la ville d’Orléans, nous informe que l’avis de la-dite commission devrait être favorable à une reprise des activités. Le festival du Parc Pasteur qui se tient tous les ans juste avant la rentrée scolaire de septembre, devrait donc pouvoir se dérouler en utilisant ce lieu incontournable pour les enfants. La ville d’Orléans s’apprête donc à lancer un appel à projet pour trouver la compagnie théâtrale qui prendra le relais de cette action culturelle en direction des enfants.

Les spectacles pour enfants dans la métropole orléanaise

© Zélie TRONQUOY

En plus des compagnies théâtrales comme le Grand Souk, Matulu, Fabrika Pulsion et bien d’autres qui créent et proposent des spectacles destinés aux enfants, Orléans compte plusieurs compagnies professionnelles spécialisées dans la création de spectacles de marionnettes: Allo maman Bobo, Compagnie Ô, Tortue Magique, Théâtre Céphise*, pour les plus connues.

La création orléanaise dans ce domaine est donc plutôt active même si l’on ne voit finalement qu’assez peu ces spectacles à Orléans (hormis la toute nouvelle Ruche en scène)  mais plutôt dans d’autres lieux de l’agglo (médiathèques et divers lieux culturels), et, sauf le petit théâtre du parc Pasteur, il n’existe pas de lieu dédié au spectacle vivant pour enfants, ceci expliquant peut-être cela !

*Le théâtre Céphise est parti durant les vacances scolaires présenter son spectacle de marionnettes “Le dernier mammouth” aux enfants de Parakou, dans le cadre d’une convention de coopération entre les mairies d’Orléans et de Parakou de promotion de la langue française et de la francophonie. Avec le partenariat de l’institut français du Bénin,  La compagnie a également animé des ateliers de construction et manipulation de marionnettes pour les conteurs de Parakou et à l’Ecole Internationale du Théâtre du Bénin.

Reste que la compagnie retenue aura à gérer le lourd héritage d’un bâtiment construit dans les années 70, vraie passoire thermique et dont la jauge a déjà été réduite pour raison de sécurité, rendant son exploitation particulièrement lourde. Quant à l’autre lieu orléanais de spectacle pour enfants, la salle Gérard Philipe à la Source, qui ne programmait qu’un spectacle de slam durant ces vacances scolaires, le moins que l’on puisse dire c’est que cette salle de 500 places n’est pas particulièrement adapté au public des moins de huit ans.

Peut-être un lieu dédié au jeune public pourrait faire partie des projets métropolitains ?

GP

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Madame Kerrien dit que cela ne devrait pas poser de problèmes. Mais qu’attend la ville pour mettre la main à la popoche pour les petits. Si le lieu remonte aux années 70, une bonne et belle restauration est nécessaire pour les 40 prochaines années !
    Trouver un financement ? suppression du set électro au moins une année ou plus s’il le faut ! Combien coûte cette éphémère fantaisie orléanaise et combien coûterait une restauration du petit théâtre pour nos petites têtes et leurs petits yeux émerveillés ?

  2. La nécessité de sécurité est à géométrie variable. Dans ce cas, on applique les textes à la lettre, et on ferme le lieu.
    Dans un autre, qui n’a rien à voir, mais qui concerne quotidiennement des milliers de personnes, on laisse faire, depuis des années: je veux parler du centre commercial Carrefour à Saran, dont les issues de secours sont condamnées, au su et au vu de tous, sans que cela émeuve les autorités chargées de… la sécurité.

Comments are closed.

Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail