Région : Muriel Pénicaud distribue les bons points

La ministre du Travail est venue adouber les premières Rencontres de l’Économie et de l’emploi, lundi 12 mars au Centre de conférences à Orléans, à l’invitation de François Bonneau, président de la Région Centre-Val de Loire. Elles viennent clôturer les 23 cordées du territoires qui se sont déroulées dans tous les bassins d’emploi de la région, pour mettre en avant les bonnes pratiques en matière de recrutement, d’attractivité, et de projets concernant les grandes transitions en cours mises en œuvre par les entreprises. « Du jamais vu ailleurs en France » a-t-elle déclaré.

Muriel Pénicaud et François Bonneau.

Devant un parterre fourni d’élus régionaux et consulaires, d’organismes de formation et de chefs d’entreprises, Muriel Pénicaud a notamment participé à des speed meetings, tables rondes thématiques où des entrepreneurs viennent partager les réussites régionales en matière de recrutement et de fidélisation des salariés. Et montrer qu’en France, on peut parfois recruter en étant moins scotchés aux bonnes lignes d’un CV mais plus sur les compétences, le savoir-être et la motivation des candidats. Par exemple Néolink, entreprise blésoise installée dans la ZUP, où Akli Brahami qui recrute dans les quartiers fabrique des plateformes communautaires web à destination des entreprises ou collectivités (Job 41 notamment, qui met en relations des allocataires du RSA avec des recruteurs près de chez eux). Ou Julien Dargaisse, d’InterviewApp, logiciel de recrutement par vidéo : « Il faut vraiment aller au-delà du CV, plus dans le comportement, le savoir être, les compétences, la motivation. Nous travaillons aussi sur l’éthique en RH : les nouvelles technologies ne doivent pas permettre de laisser faire n’importe quoi » avance-t-il face à la ministre de l’autre côté de la table.

1,3 million de jeunes sans emplois

« Oui, la croissance est là, oui il y a eu 250.000 créations d’emplois nets l’année dernière, mais tous les jours des entrepreneurs disent ne pas trouver les compétences dont ils ont besoin », a-t-elle déclaré lors d’un bref échange avec les médias. « Or on ne trouve pas les compétences sur une étagère. Recruter, c’est établir une relation avec des personnes en recherche d’emploi, et le recrutement doit absolument ouvrir des perspectives à des personnes motivées. Dans ce contexte, le défi majeur de notre société réside dans l’investissement stratégique dans les compétences », a-t-elle enchaîné dans son discours.

Parmi les priorités, l’une d’entre elles l’est davantage : la formation et l’emploi des jeunes : « 1,3 million de jeunes de moins de 30 ans sont sans emploi, ils ne se projettent pas pour la plupart ; s’ils ne montent pas dans ce train ils seront désespérés » se lamente la ministre. On pense spontanément à l’apprentissage comme voie de recours, mais, selon la ministre du Travail, « ça n’est pas la seule voie, il n’y a que 400.000 jeunes apprentis actuellement en France. Je dis aux entreprises, notamment aux petites qui peinent à recruter que l’apprentissage est un moyen formidable de former et d’investir sur leur collaborateurs d’aujourd’hui et de demain. Les compétences ne viendront pas naturellement chacun doit s’engager dans ce processus gagnant pour les jeunes et gagnant pour les entreprises ».

Dimension territoriale de l’apprentissage

On sait que le sujet est tendu entre les Régions et le Gouvernement. Muriel Pénicaud assure avoir eu « un dialogue franc et constructif avec les régions et notamment avec François Bonneau. Les régions ont toute leur place dans le développement de l’apprentissage en tant que porteur de logique d’aménagement du territoire. C’est pourquoi, le projet de loi prendra en compte cette dimension territoriale indispensable en proposant aux régions de construire avec les branches professionnelles des schémas de développement territorial de l’alternance permettant de répondre aux charges de service public qui incombent aux régions en la matière ».

F.Sabourin

Un an après le lancement de l’agence régionale de développement économique Dev’Up, ces premières rencontres régionales de l’économie venaient clôturer les 23 cordées du territoire qui se sont déroulées dans toute la région afin de recueillir les témoignages des bonnes pratiques de recrutement, d’attractivité et de projets s’inscrivant dans les grandes transitions en cours, mais aussi de relever ce qui ne fonctionne pas. Ces cordées sont le fruit du schéma régional de développement économique, d’innovation et d’internationalisation (SRDEII) voté fin 2016 suite au versement dans le giron régional de la compétence économique. 

On a testé pour vous : le simulateur 3D pour être employé d’un libre-service

C’est nouveau et ça n’existe pour l’instant que dans deux Pôles emploi en France, à Compiègne et Orléans nord : le simulateur 3D en réalité virtuelle permettant aux candidats de faire « comme s’ils y étaient ». Munis d’un casque sur le visage, et d’une manette en main avec une gâchette, ils se retrouvent dans le contexte, projeté en employé d’une supérette libre-service, comme s’ils y étaient. D’une durée de 45 mn, le test commence par des actions simples expliquées par des consignes claires. Par exemple, retirer des rayons les produits périmés à la date du jour. L’objectif est d’immerger les candidats à des emplois de libre-service comme s’ils étaient dans le rayon, non seulement pour vérifier leurs compétences mais aussi leur motivation et leur manière de se comporter dans ce qui ressemble un peu à du jeu vidéo. Les exercices vont crescendo en difficultés. À l’issue, une note est accordée, et les agents accompagnateurs Pôle emploi en savent rapidement si la personne pourrait faire l’affaire ou non. Le secteur du libre-service recrute, en ville mais aussi en zones rurales. 

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Un ou une employée de libre-service en costume cravate. Cherchez l’erreur ! Ne vous faites pas trop d’illusions en 3D et allez plutôt voir chez Lidl, Amazon ou dans un drive, si vous êtes capable de tenir la cadence, avec un bas salaire en prime.

    • Certes, dans un monde qui bouge vite, comme toujours, il ne faut pas se faire trop d’illusions. Mais il y en a un peu marre des ronchons pros.
      Je vais découvrir bientôt la 3D et tenter de comprendre par moi-même. J’invite Tt à faire de même, gratuitement. Il y a bien une formation dans son secteur d’activité.

  2. ôtez moi d’un doute, on parle le bien de la personne qui a gagné plus d’un million d’euros avec une charrette de 900 personnes…. ou d’une homonyme ?
    allez hop, en marche !

Comments are closed.

Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail