Législatives à Montargis dimanche: les états-majors nationaux font leur miel du Gâtinais

Quel que soit le résultat de cette partielle le 25 mars, le vainqueur ou la gagnante en feront un test national. Et les battus, les perdantes, déclasseront ce scrutin au rang d’élection purement locale. Pourtant, ils auront tous fait le voyage du Gâtinais, les Castaner, Wauquiez, Jacob, Laurent, Mélenchon, Faure, Dupont-Aignan...Entre les deux tours, l’autre vedette de LR, Valérie Pécresse viendra en voisine francilienne soutenir le sortant Jean-Pierre Door. Si sa candidate, Mélusine Harlé, est toujours dans la course, le Premier ministre, Edouard Philippe, en personne, est même annoncé à Montargis la semaine prochaine!

Nous n’en sommes pas là: dimanche 18 mars se joue le premier acte de cette législative de la quatrième circonscription du Loiret. A peu de chose près (douze candidats au lieu de onze), les 74 458 électeurs qui voudront bien se déplacer jusqu’aux urnes, y retrouveront les mêmes postulants qu’en juin 2017. Le maire de Montargis, Jean-Pierre Door qui briguait un 4 ème mandat, l’avait emporté alors d’une très courte tête (huit voix réduites à sept, 14 561 voix contre 14 553) et le Conseil constitutionnel avait, comme il fallait s’y attendre avec un si faible écart, invalidé le scrutin le 14 décembre. Pour une sombre histoire “abracadabrantesque”, de pages sur les réseaux sociaux le jour du vote et une distorsion entre signatures et nombre de bulletins dans un bureau.

A l’époque, Mélusine Harlé (LREM) avait largement bénéficié de la vague Macron, comme ses deux consoeurs, Caroline Janvier (2 ème) et Stéphanie Rist (1ère) toutes deux élues, ainsi que  Richard Ramos (MoDem) sur la 6 ème. Dix mois plus tard, l’état des lieux a changé. Macron et Philippe multiplient les réformes avec forcément des dégâts collatéraux. Dans deux législatives partielles de métropole récentes, Val d’Oise et Territoire de Belfort, les candidats macronistes ont été battus par les candidats LR. Antoine Savignat, le vainqueur du Val d’Oise était d’ailleurs au meeting de Laurent  Wauquiez mercredi. Histoire de jouer l’effet talisman pour Jean-Pierre Door .                                           

Carton jaune au gouvernement?

Droite et centre à l’unisson autour de Jean-Pierre Door.

Personne n’en doute, ce scrutin risque de souffrir d’une forte abstention, déjà importante en juin (51,4’%). Or dans ce cas-là ce sont les militants, voire les sympathisants, qui vont voter. Qui aura su le mieux les mobiliser? A moins que, comme le joue à fond le camp de Jean-Pierre Door, et Laurent Wauquiez est venu appuyer là où ca fait mal pour le pouvoir, les retraités notamment n’aillent déposer un bulletin de mécontentement, un carton jaune au gouvernement. Comme c’est souvent le cas dans les partielles. A contrario, les Français continuent à plébisciter le renouvellement de leurs représentants et sont favorables à la limitation du nombre de mandats dans le temps. Alors que la maire de Montargis brigue son 4 ème mandat, une vox populi qui donnerait des billes à Mélusine Harlé. 

L’extrême-gauche divisée

Derrière, les oppositions sont-elles destinées à faire de la figuration dimanche? Ludovic Marchetti, le secrétaire départemental du Front national talonnait presque Mélusine Harlé (20,78%) en juin Un FN qui a toujours été bien implanté dans le Gâtinais, notamment avec un certain Paul Malagutti de triste mémoire puis avec Maurice Etienne et Bernard Chauvet. Autre force traditionnellement enracinée en Gâtinais, celle du Parti communiste, Franck Demaumont le maire PC de Chalette avait recueilli en juin 11,60% en bénéficiant du label des Insoumis. Depuis, les frères ennemis ne se serrent même plus la main et Mélenchon a décidé de présenter un candidat Jérôme Schmitt, un travailleur du nucléaire, ce qui tombe à pic au moment où le résident secondaire du Loiret, et ancien sénateur de l’Essonne,  préconise un référendum sur le nucléaire.

Le PS en second couteau

Olivier Faure et les militants socialistes du Loiret..

Quant à la gauche social-démocrate représentée par Jalila Gaboret (PS) conseillère régionale, elle a été saignée à blanc par Mélusine Harlé. En 2012, Jalila Gaboret rassemblait 11 107 voix et se hissait en finale contre Jean-Pierre Door, en 2017, elle était tombée à 1 961 suffrages! A tel point qu’Olivier Faure qui vient d’accéder au poste de Premier secrétaire, n’est venu la soutenir que par un point presse dans un café de Montargis. Le premier tour en Haute-Garonne aura peut-être regonflé le moral du camp socialiste, mais le sud-ouest est un fief du PS ce qui n’est pas le cas du Montargois.

En juin Mélusine Harlé était sortie en tête du premier tour avec 10 215 voix (28,56%) devant Jean-Pierre Door (8507 voix, 23,78%). Tout porte à croire que les deux finalistes de juin 2017, se retrouveront dimanche en tête du premier tour. Reste à savoir dans quel ordre et avec quelles “réserves” pour le second tour.

Ch.B

 

Les candidats

 

 

 

 

 

Laurent Chaillou
UNION POPULAIRE REPUBLICAINE

.

46 ans, agent de maîtrise.

 

Suppléant, Gilles Berder.

 

 

 

Nicolas Rousseaux
FORCE NATIONALE

 

42 ans, chef d’entreprise.

Suppléant Marie-Hélène Seguin.

 

 

 

Jérôme Schmitt
FRANCE INSOUMISE

 

46 ans, salarié dans le nucléaire.

Suppléante, Véronique Seltz

 

 

 

Frédéric Chaouat
SANS ETIQUETTE

 

55 ans, professeur d’Anglais.

Suppléant, Pascal Loeb.

 

 

 

Luc Bucheton.

 

Luc Bucheton
DEBOUT LA FRANCE

 

55 ans, notaire.

Suppléant, Michel Boissy.

 

 

 

Ludovic Marchetti
FRONT NATIONAL

31 ans, chef pâtissier

Suppléant, Valentin Manent

 

 

 

Bruno Nottin
PARTI COMMUNISTE FRANCAIS, Europe Ecologie Les Verts

43 ans, greffier au tribunal.

 

Suppléante, Françoise Causse.

 

Jean-Pierre Door
LES REPUBLICAINS

Union des Démocrates et Indépendants

76 ans, cardiologue retraité, député sortant.

Suppléant, Frédéric Néraud.

 

 

Jalila Gaboret
PARTI SOCIALISTE

45 ans, professeur du secondaire.

Suppléant, Christophe Bethoul

 

 

 

 

 

 

 

 

Joël-Pierre Chevreux
MOUVEMENT HOMMES, ANIMAUX, NATURE

62 ans, éditeur en presse numérique

Suppléant, Marie-Claude Gille.

 

 

 

 

Mélusine Harlé
LA REPUBLIQUE EN MARCHE

45 ans, Présidente d’une société de conseil en communication.

 

Suppléant, Jean-Louis Boyet

 

 

 

 

 

Dominique Clergue
LUTTE OUVRIERE

52 ans,ouvrière.

Suppléante, Anne-Marie Fourniols.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail