Les Assises du journalisme remettent leurs prix

Le président de l’édition 2018 des Assises du journalisme de Tours Thomas Sotto (co-rédacteur et présentateur de Complément d’enquête sur France 2) a remis dans la soirée du 15 mars les prix du journalisme. Quatre publications parues dans les douze derniers mois ont été récompensées. Elles interrogent le mieux le journalisme et éclairent la pratique actuelle du métier.

Les quatre lauréats des prix du journalisme des Assises de Tours, le 15 mars.

Le « Grand prix du journalisme 2018 » a été attribué à Forbidden stories de Laurent Richard et la Fondation Freedom Voices Network, un collectif collaboratif de journalistes visant à lutter contre la censure visant des journalistes à travers le monde. « Il s’agit de poursuivre les enquêtes que les journalistes ne peuvent pas terminer, soit parce qu’ils sont censurés, soit parce qu’ils sont assassinés ou emprisonnés. Leurs sujets tournent souvent autour de la corruption, l’environnement, les trafics en tous genres », explique Laurent Richard. « On fait en sorte de pouvoir publier massivement, une façon de dire : vous pouvez arrêter le messager, vous n’arrêterez pas le message ». Un journaliste se sentant menacé peut sécuriser ses informations grâce à un moyen de communication chiffré. S’il lui arrivait malheur, un ou une autre journaliste pourra continuer son travail.

Le prix de la catégorie « Journaliste » a été remis à David Groison, Piérangélique Schouler et Ronan Badel pour Les Journalistes nous cachent-ils des choses ? chez Actes Sud junior. Un livre illustré à destination du public jeunesse, mais aussi des documentalistes et enseignants qui font intervenir des journalistes dans le cadre de séance d’EMI (Éducation aux médias et à l’information). « Les questions de ces collégiens, lycéens, étudiants souvent impertinentes nous ont incité à relever le défi », témoigne Piérangélique Schouler.

Le prix de la catégorie « Recherche » a été attribué à Sidonie Naulin, auteure Des Mots à la bouche, le journalisme gastronomique en France, aux éditions PUR. Un travail de recherche et d’enquête sur un genre méconnu et peu étudié, à partir d’entretiens, d’observations, d’études d’archives. L’auteure retrace l’histoire du journalisme gastronomique depuis sa naissance au XIXe siècle jusqu’à nos jours.

Enfin, le prix « Enquête et reportage » a été remis à Samuel Forey pour son article « Soudain, le monde éclate : le récit tragique de notre envoyé spécial blessé à Mossoul », paru dans Le Figaro. Deux de ses confrères présents avec lui lors de ce reportage ainsi que leur « fixeur » ont été tués. « Le journalisme est un combat de tous les jours, mais il est aussi composé de moments extraordinaires dans la vie d’un homme ou d’une femme » a déclaré le lauréat, très ému de la remise de ce prix.

F.Sabourin

Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail