Le danseur et chorégraphe blésois Jonathan Breton lauréat des Trophées des Français de l’étranger

Jonathan Breton, danseur et chorégraphe de 29 ans originaire de Saint-Gervais-la-Forêt (Loir-et-Cher), s’est vu remettre au Quai d’Orsay le 13 mars dernier le prix Jeune espoir aux 6e Trophées des Français de l’étranger. Un probable regain de notoriété dans son pays d’origine pour ce danseur français installé depuis 6 ans à New York.

Lara Tant & Jonathan Breton. (c) muse marc photography

Jonathan Breton va faire parler de lui, et c’est bien ce qu’il cherche. Le fondateur et dirigeant de la compagnie de danse new yorkaise AZOTH Dance Theatre fait partie des sept lauréats (sur 260 candidatures), de Trophées organisés par LePetitjournal.com (média des expatriés), RFI, Le Monde, France 24 mais aussi le CNED, Humanis et le ministère des Affaires étrangères. « Ce prix va me permettre de gagner en visibilité en France grâce aux retombées médiatiques », témoigne-t-il alors qu’il vient juste de rentrer à New York. Il dirige cette compagnie composée de dix danseurs provenant de six nationalités différentes (dont deux français) « une chance de melting-pot qu’offre une ville comme New York » assure-t-il.

http://www.france24.com/fr/video/20180318-jonathan-breton-danse-blois-a-new-york

La Cie AZOTH Dance Theatre. (c) muse marc photography.

Gagner en visibilité en France, son pays d’origine, c’est pourtant ce que cherche aussi Jonathan Breton, désireux de rentrer au pays afin d’y installer un centre chorégraphique et artistique, pour créer et diffuser le travail des danseurs, plus un lieu d’exposition. À ce sujet, le jeune chorégraphe gervaisien a rencontré avant de repartir aux États-Unis Marc Gricourt, maire de Blois, où Jonathan aimerait peut-être poser ses valises. « À Paris, non, c’est blindé, je suis plutôt à la recherche d’une ville moyenne où il y aurait un public », précise-t-il. « J’ai proposé au maire de Blois l’organisation d’un festival de danse pendant l’été 2019. Après, pourquoi pas en effet m’installer ici… ».

“Aux États-Unis, la danse, c’est un métier…”

Jonathan Breton.

C’est à Blois que Jonathan Breton a débuté la danse, dans l’école de Brigitte Wattelin, puis au conservatoire d’Angers. Il passe ensuite par l’Institut Supérieur des arts de la scène à Paris avant de s’envoler pour New York dans la prestigieuse Alvin Ailay School. « Il y a beaucoup plus d’offres de travail qu’en France. Aux États-Unis et particulièrement à New York, la danse fait partie intégrante de la scène culturelle, on ne met pas dans des boîtes comme en France. Ça correspondait aussi à ma vision artistique. Je souhaite désormais rapporter tout ça dans mon pays » explique-t-il. « Et lutter contre les idées reçues sur la danse… ». Il y a en effet du chemin à faire dans un pays où si beaucoup de gens dansent les soirs de semaine ou les week-ends dans des salons (rock, salsa, valse, tango, west-coast swing, etc.), l’image du danseur, professionnel ou non, est encore associé à toutes sortes de clichés qui entravent son développement et sa reconnaissance. « Aux États-Unis, danseur c’est un métier. Les compagnies de danse vont dans les écoles, dès le plus jeune âge ils ont accès à ça, garçons ou filles », poursuit Jonathan Breton qui ne manque jamais une occasion, quand il est chez lui à Saint-Gervais-La Forêt, d’aller parler de son art dans les écoles du village ou à Huisseau-sur-Cosson tout proche. On devrait donc réentendre parler de lui dans l’année qui vient…

F.Sabourin

Jonathan Breton et la Cie AZOTH Dance Theatre se produiront à l’Espace Jean-Claude-Derré de Saint-Gervais-la-Forêt le 22 juillet à 15h30 et 18h30. Il organisera également des stages de danse tout public et tous âges du 19 au 22 juillet, avant de s’envoler pour deux mois et demi de résidence en Finlande avant une tournée au Japon début 2019.
www.jonathanbreton.com. www.azothdancetheatre.com

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.