Tourisme : les fabuleux tarifs « optimisés »

Pour tout comprendre aux systèmes de tarification appliqués de façon croissante chez les fournisseurs de prestations « tourisme », il est désormais impératif de s’asseoir confortablement dans son fauteuil, car cela risque de prendre du temps. Officiellement, les professionnels appellent ça le « Yield management, ou le Revenu management ». Une formule savamment orchestrée par quelques algorythmes tout droit sortis d’un mystérieux chaudron, et aux effets les plus surprenants sur la programmation des vacances ou des voyages d’affaire.

Savez-vous pourquoi vous avez payer 50 euros votre place dans un avion alors que pour le même vol votre voisin de travée aura payé dix fois plus cher ? Non, non, ce n’est pas pour votre bonne tête. C’est grâce au « Yield management ».

Ce vaste sujet très d’actualité donnait lieu ce jeudi 15 mars à un débat au sein du Salon mondial du Tourisme, à Paris, à l’invitation de l’Association des journalistes du tourisme, et avait pour ambition de clarifier les choses et, avouons-le, à surtout servi à générer des questions supplémentaires propres à engendrer quelques migraines pas forcément jubilatoires.

Animé par Matthieu Sarfati, journaliste à TV5 monde (un ancien de France 3 Orléans), ce débat réunissait à la table des représentants d’Air France, Jet Tours, Best Western et de la fédération nationale des usagers des transports (FNAUT)…mais pas de la SNCF, au grand dam de nombre de personnes dans la salle.

Donc, qu’est-ce que le « Yield management » ? Une forme de gestion des stocks adaptée aux prestations touristiques, expliquaient d’un commun accord les trois « Yield managers » présents, avec toutefois quelques nuances selon les organismes et les professions qu’ils représentaient. A Air France, cela occupe environ 300 personnes, dont 200 en Ile de France. Chez Jet Tours et chez Best Western, beaucoup moins.

Ce dernier,

Olivier Cohn, Best Western

, directeur général de la chaîne d’hôtel, était peut-être le plus clair dans ses explications…toutes proportions gardées. « …Cette méthode de gestion découle de celles appliquées depuis longtemps dans d’autres secteurs économiques. Il s’agit de gérer les stocks de produits en fonction de leur intérêt à un moment donné, et de leur désintérêt. Pour nous, par exemple, dans l’hôtellerie…une nuitée est « périmée » au bout de 24 heures… ». Tout en sachant que l’hôtellerie doit se conformer à des règles plus strictes que les voyagistes ou les sociétés de transport, puisqu’elle à obligation de proposer un prix maxima pour ses chambres. Un prix maxima rarement atteint, et sujet à de multiples offres inférieures, selon la période, la météo, la situation de l’hôtel, l’attrait ou la désaffection à une période donnée, etc. « …Cette politique a pour but de favoriser les clients fidèles et réguliers…au détriment, certes, d’une clientèle occasionnelle… ».

Même raisonnement pour les fournisseurs de transports, aérien ou ferroviaire, ou les agents de voyages. « …Il s’agit pour les acteurs du tourisme d’établir un prévisionnel de leurs revenus sur l’année en tenant compte de leur nécessité de bloquer des places, des chambres, des circuits à l’avance. Et de prévoir autant que possible un équilibre financier entre les périodes creuses et les périodes les plus demandées… », résumait pour l’AJT,  sa présidente, Evelyne Dreyfus.

Il est vrai que cela peut surprendre d’avoir payé  un billet d’avion 5 fois moins cher que son voisin

Certes, mais parfois avec des résultats ubuesques ou incompréhensibles pour le voyageur « lambda » comme pour le plus au fait du sujet. Tout le monde ne sort pas des grandes écoles de commerces, ou n’est pas ingénieur, et pas nécessairement formé à la compréhension intuitive de la prestation hyper-individualisée. « …Il est vrai que cela peut surprendre que vous ayez payé un billet d’avion 5 fois moins cher que votre voisin, le même jour, pour le même vol. Mais lui n’a certainement pas réservé à la même période, ne vient pas forcément du même point de départ, et ne va pas forcément au même endroit que vous à l’arrivée. Il y a des milliers de combinaisons possibles entre toutes les personnes qui se retrouvent dans un même avion… », expliquait pour Air France/Klm, Fred Ferchiou, son responsable yield moyen-courrier. Et on ne parlera pas ici des prestations offertes par des organismes intermédiaires non contrôlables par les prestataires initiaux, notamment pour l’hôtellerie, qui influent encore sur la variabilité des prix, parfois à l’aide de logiciels aux programmes particulièrement « pervers ».

Marc Debrincat (FNAUT)

« …Ce que nous exigeons surtout, c’est une meilleure transparence, une meilleure information sur ces variations de prix… », assénait Marc Debrincat pour la Fédération nationale des associations d’usagers des transports (FNAUT), tout en regrettant que certaines lois en la matière soient désormais obsolètes.

En résumé, expliquait toujours le représentant de Best Western, « …le yield management, c’est l’ajustement des prix entre le client flexible et celui qui ne l’est pas. Entre celui qui réserve à la dernière minute, poussé par des impératifs, et celui qui est capable d’ajuster sa demande pour profiter des meilleurs prix, quitte à avancer ou différer ses déplacements… ». Voilà un raisonnement aux conséquences fabuleuses, qui aurait certainement plut à un La fontaine impertinent, réécrivant pour l’occasion la fable du Chêne et du roseau. Mais on ne sait toujours pas pourquoi des prix peuvent monter de deux euros en dix minutes de temps, avec le même ordinateur. Les trois intervenants présents assuraient que cela ne vient pas de leurs ordinateurs. Cela fera certainement l’objet d’un futur débat…

Jean-Luc Bouland.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.